Candidats libres   Descriptifs   Oeuvres intégrales   L'entretien EAF  Coaching scolaire    Lycées français à l'étranger  Docbac

Les annales 2018  -  L'actualité du bac 2018 - Bac 2019 L'actualité du brevet 2018 - Brevet 2019 -

Consultez les corrigés des sujets de philosophie bac Washington 2018, série ES, ils sont en ligne. Entraînez-vous et réagissez dans le forum.

Sujets corrigés de philosophie Washington série ES. Annales de philosophie 2018, consultez les corrigés bac et réagissez sur le forum

 

DNBAC

 

 

 

 

Profs en direct le jour du bac

sur Dubrevetaubac

 

 

   Les sujets tombés au baccalauréat de philosophie : Washington, bac 2018

Sujets de la série ES

Terminale ES 

Lire le sujet intégral

Dissertation 1  - Les faits existent-ils indépendamment de toute interprétation? 

Dissertation 2 - La technique n'est-elle qu'un moyen ?

Commentaire  - ALAIN, Propos, 1932

 

Les faits existent-ils indépendamment de toute interprétation ?

 

Concepts :

L’interprétation, la connaissance, la science, le réel

Théorie et expérience

Objectivité/subjectivité

 

Reformulation : l’interprétation crée-t-elle les faits ?

Problématique : Dans quelle mesure les faits existent-ils indépendamment de nous ? Les faits existent-ils objectivement ?

 

Toute perception est l’objet d’une interprétation

  1. Alain : perception suppose une construction mentale. Quand je vois un cube, je n’en vois pas en réalité toutes les faces. Par synthèse des sensations, je détermine le fait qu’il s’agit d’un cube. A chaque fois que je sens un objet, j’interprète ce qu’il est

  2. Pour Descartes, une véritable connaissance n’est pas possible que par la médiation de l’entendement (expérience du morceau de cire). Je peux connaître un objet en interprétant ma perception pour déterminer s’il est en conformité avec son concept.

  3. J’interprète toutes mes perceptions à partir de mes cadres mentaux. L’exemple des œuvres d’art est donné par Bourdieu : les individus voient la même chose, mais le milieu d’où ils viennent, leur culture va déterminer leur perception de la chose, c’est-à-dire la façon dont ils vont l’interpréter

Les faits existent-ils indépendamment de nous ?

  1. Pour Berkeley, il n’y a qu’une seule substance : l’esprit. Berkeley nie l’existence de la matière. Il n’y a donc pas de faits indépendamment de nous puisque les choses perçues ne sont que des perceptions, des idées.

  2. L’expérience du doute cartésien questionne l’existence des choses hors de nous. D’une certaine manière, je ne peux savoir si les choses extérieures à moi existent vraiment pour Descartes

  3. Kant fait la différence entre les phénomènes et les noumènes. Les phénomènes sont les faits que je perçois. Au contraire, les noumènes ne sont pas connaissables, ils existent en dehors de toute perception par un individu. Je ne peux jamais connaître la chose en soi, même si elle existe, je la connais toujours par le prisme de ma perception.

Un fait est une construction donc comporte toujours une dimension d’interprétation

  1. La différence entre un évènement ou un objet et un fait : l’évènement ou l’objet sont les choses en soi. Le fait est construit par l’esprit humain, il peut être interprété scientifiquement. Il fait l’objet d’une analyse. Le fait devient un fait après interprétation.

  2. Pour Claude Bernard, un fait scientifique est un fait que l’on a observé en ayant à l’esprit une hypothèse donnée. Le fait n’est pas simplement observé passivement, son observation est construite par une méthode plus ou moins intuitive.

 

La technique n’est-elle qu’un moyen ?

 

Concepts :

Fin/moyen

Technique/travail

 

Le sujet interroge les finalités de la technique : est-elle seulement un instrument ? peut-elle être une fin en soi ?

Problématique : dans quelle mesure la technique est-elle un instrument, et assez rarement une fin en soi ?

 

La technique comme outil de transformation du monde

  1. Bergson : l’homme est un « homo faber », un technicien : il se distingue de l’animal en créant des outils. Ces outils permettent à l’homme de travailler plus efficacement.

  2. L’outil créé par la technique, est un prolongement de la main de l’homme. Subordination au projet humain. Pour Hegel, l’outil est une manifestation de l’esprit. La négativité est le processus dans lequel l’homme utilise la technique pour s’approprier le monde en le transformant.

  3. Ce n’est pas la technique qui permet de faire un choix, de construire un projet. On choisit d’abord la fin, puis on examine les moyens, les techniques nécessaires. La technique est un moyen de l’action (Aristote)

La technique comme instrument de libération de l’homme

  1. Platon, mythe de Prométhée : le feu dérobé aux dieux par Prométhée pour les hommes représente la technique. Ce feu permet assure aux hommes la pérennité de l’espèce et une façon de se procurer les moyens de vivre.

  2. Les progrès techniques ont permis une émancipation de l’homme, des meilleures conditions de vie. Pour Descartes, la technique permet la réalisation du savoir dans le but d’agir librement

La technique comme fin en soi ?

  1. La technique érigée au rang de valeur. Il y a un risque d’asservissement de l’homme, de dépendance de celui-ci, vis-à-vis de la technique, et qu’ainsi la technique érigée comme fin en soi prive l’homme de sa capacité d’action. Le principe de responsabilité, théorisé par Jonas, insiste sur le fait que la technique doit rester subordonnée à des moyens rationnels.

  2. Pour Heidegger, la technique organise la pénurie de l’être. La technique prive l’homme de son être, de son essence

  3. Selon Bergson, les progrès techniques, l’expansion matérielle par la machine a créé un vide entre le corps et l’âme. Il y a eu une expansion du corps, des pouvoirs de l’homme mais pas de son âme : l’homme a donc trop de pouvoirs. Ceci peut être lu comme une conséquence de la recherche de la technique pour elle-même et non pas subordonnée à une fin

 

Alain, Propos, commentaire bac corrigé

 

Notions :

Droit et politique

Justice et droit

La société, égalité/inégalité

Perfection/imperfection

Problématique : Comment se mesurent l’égalité et la justice ?

Idée principale : A partir d’exemples, Alain montre que nous avons l’idée d’une égalité parfaite, d’une justice parfaite et que ces idées nous servent à se rapprocher d’une parfaite égalité ou d’une parfaite justice dans la réalité, en mesurant la différence entre l’idée et la réalité.

Plan :

On peut distinguer deux mouvements dans le texte, qui serviront de base au plan. Il faut être attentif aux moments du texte, il n’est pas conseillé de vouloir absolument faire un plan en trois parties en commentaire de texte.

 

« Je ne pense pas (…) mais l’utopiste sait très bien ce qu’il voudrait » : premier exemple et examen de l’idée d’égalité

  1. Comparaison de la justice avec des vérités mathématiques. Raisonnement assez méthodique, scientifique. Alain est cartésien.

  2. Exemple des deux frères se partageant l’héritage. L’égalité n’est pas naturelle, c’est une idée construite comme le sont les vérités mathématiques. L’égalité n’est pas dans la nature mais on peut la rechercher quand même

« et j’ajoute que (…) par le contrat parfait » : deuxième exemple et comparaison de l’idée et de la réalité

  1. La vraie justice est l’égalité : égalité des parts (exemple 1) ou égalité d’informations, égalité face aux situations (exemple 2). Un contrat doit être signé entre deux parties égales donc si il y a une injustice, c’est-à-dire une inégalité, ce n’est pas un vrai contrat. D’où le rôle du juge

  2. Pour faire la différence entre ce qui est juste et ce qui est injuste, entre les situations égales et inégales, il faut qu’une idée existe dans l’esprit de celui qui juge. L’utopiste qui sait e qu’il veut met en avant cette idée. Pour mesurer la justice ou l’égalité d’une situation, la comparaison est un outil utile. L’idée du contrat par exemple telle qu’elle est formulée dans l’esprit du juge est l’idée d’un contrat parfait, comme dans le cas des figures géométriques. La comparaison avec l’idée permet d’établir le degré de perfection/d’imperfection.

 

Bac 2018

Philosophie bac 2018 : spécial bac métropole et DOM-TOM.

Le bac de philosophie

Spécial bac philosophie 2018 toutes séries, métropole, DOM-TOM, Pondichéry, Washington, Liban, autres centres étrangers, sessions juin et septembre

Spécial bac philosophie 2017 toutes séries, métropole, DOM-TOM, Pondichéry, Washington, Liban, autres centres étrangers, sessions juin et septembre

Spécial bac de philosophie 2018 et 2017

Date de dernière mise à jour : 11/06/2018