Candidats libres   Descriptifs   Oeuvres intégrales   L'entretien EAF  Coaching scolaire    Lycées français à l'étranger  Docbac

Les annales 2018  -  L'actualité du bac 2018 - Bac 2019 L'actualité du brevet 2018 - Brevet 2019 -

Sujets et corrigés de français bac 2018 à l'étranger, Liban série S. Les corrigés sont en ligne

Consultez les sujets du bac de français 2018 : Centre Liban, série S, ils sont en ligne. Commentaire, dissertation, écriture d'invention et question corpus

DNBAC

 

 

 

 

Profs en direct le jour du bac

 

 

Epreuve anticipée de français : session 2018

Les sujets des EAF à l'étranger :

séries générales : Liban

Série S

** Les sujets sont mis en ligne

Série S

Durée 4 heures

Corpus textes 

Texte A : Honoré de BALZAC, Le Colonel Chabert, extrait (1832).

Texte B : Émile ZOLA, La Fortune des Rougon, chapitre V, extrait (1871).

Texte C : Jean-Paul SARTRE, Le Mur, « La Chambre », extrait (1939)

I. Vous répondrez d'abord à la question suivante (4 points) :

Comment la folie est-elle représentée dans les trois textes du corpus ?

II. Vous traiterez ensuite, au choix, l'un des sujets suivants (16 points) :

Commentaire :

Vous ferez le commentaire de l'extrait du Colonel Chabert d’Honoré de Balzac (Texte A).

Dissertation

À votre avis, quel intérêt un romancier, et plus largement un artiste, peut-il avoir à mettre en scène des personnages frappés de folie ? Votre réflexion s’appuiera sur les textes du corpus, sur les œuvres étudiées en classe et sur toute autre œuvre connue de vous.

Écriture d'invention :

Racontez à la troisième personne la scène du texte C en adoptant cette fois le point de vue de Pierre. Vous imaginerez son hallucination ; vous vous attacherez particulièrement à rendre compte de la progression de sa folie ; votre écriture mettra en valeur l’évolution des émotions et sensations du personnage par un travail stylistique recherché

Le corrigé de français 

 

Question :
Comment la folie est-elle représentée dans les trois textes du corpus ?

Dans les trois textes qui composent ce corpus, nous pouvons voir des scènes de folie de la part d'un des personnages. Les auteurs semblent ici vouloir montrer la folie à travers le regard d'un autre personnage ne ressentant pas le phénomène, afin de la représenter comme une chose incompréhensible, que seuls ceux qui sont en soufrance peuvent comprendre. Dans les textes, le Colonel Chabert (texte A), Tante Dide (texte B) et Pierre (texte C) sont seuls à savoir réellement ce qui se passe lors des moments où se manifeste la folie. Cette dernière est donc bien représentée comme un phénomène méconnu, bien réel mais souvent tourné en dérision.


Commentaire :

Le thème de la folie est présent dans de nombreux romans, sujet d'inspiration de bien des auteurs. Ici Balzac dans l'extrait (texte A) du Colonel Chabert, met en scène un vieillard tout à fait commun tourné en dérision par les deux autres personnages Godeschal et Derville. Il nous est précisé dans l'entête que l'extrait étudié se passe après bien des événements, ce qui nous laisse penser que le passage se situe à la fin de l'oeuvre, peut-être même dans l'excipit. Pourtant cet extrait rassemble les caractéristiques convenant au contraire.
Nous pouvons alors nous demander dans quelle mesure Balzac a fait ce choix.

Pour répondre à ce questionnement, nous verrons tout d'abord qu'il s'agit d'un texte à l'allure d'un incipit, et enfin qu'il pourrait peut-être s'agir d'un retour au point de départ.

I/ Un texte à l'allure d'un incipit

a) Une présentation banale

comme dans tout incipit, on a des indications quant au temps et au lieu de l’action dans ce dernier extrait « En 1840, vers la fin du mois de juin », et « à Ris », dans « l’Hospice de la vieillesse ».

le premier personnage à être cité dans cet extrait est « Godeschal » « alors avoué ». Derville, lui, a vieilli, il est le « prédécesseur » de Godeschal

Chabert n’est plus qu’un « vieillard » à la « physionomie attachante ».

b) La folie comme fin, dénaturant le personnage

le thème de la folie apparaît sans que le lecteur ne s'y attende

« Pas Chabert ! pas Chabert ! » annonce le début du phénomène de la folie, notamment les points d'exclamation qui rompent avec le calme de la phrase précédente

champ lexical péjoratif, qui présente l'homme auparavant « à la physionomie attachante », comme un « enfant », « gamin », « stupide ».

II / Un retour au point de départ ?

a) l’identité  du Colonel Chabert

le colonel n'est pas reconnu, au début il est « un vieillard », et à la fin il est seulement appelé « le colonel »

seul Derville se souvient de son nom au centre de l'extrait et « raconta l’histoire qui
précède »

il apparaît que le colonel Chabert garde une certaine lucidité quant à son passé. Se souvient de sa jeunesse dans l'armée de Napoléon quant il imite un soldat « vive Napoléon ! », qui apparaît pour les deux autres personnages comme un moment de folie

b) le Colonel retombé en enfance

Godeschal et Derville le retrouvent : en train de s’amuser « à tracer des raies sur le sable » avec un bâton, comme un enfant + son regard est empli d’une « crainte de vieillard et d’enfant ».

la vieillesse est mêlée à l’enfance, le colonel décrit comme un enfant « vieux bicêtrien » retombé « en enfance » + le lieu : à Bicêtre dans un hospice « l’Hospice de la Vieillesse »

le colonel imite un soldat (celui qu’il a été) comme un enfant pourrait faire quand il joue « Il se mit au port d’armes, feignit de les coucher en joue »

Pour conclure, nous pouvons rappeler que nous nous sommes demandés dans quelle mesure Balzac aurait fait le choix de donner l'apparence à cet extrait de fin d'oeuvre, d'un incipit. Il apparaîtrait, si l'on se concentre sur la présence du phénomène de la folie, que Balzac aurait pu vouloir démontrer comment autrui peut réagir face à ce phénomène. Les passions humaines apparaissent alors comme le centre de ce texte. Nous pourrions nous intéresser de manière plus prononcée sur le sentiment que peuvent éprouver ceux étant concernés par la folie.


Dissertation


Sujet : À votre avis, quel intérêt un romancier, et plus largement un artiste, peut-il avoir à mettre en scène des personnages frappés de folie ?

A définir : romancier – artiste – personnages

La folie est un thème récurrent dans la littérature. En effet beaucoup d'auteurs utilisent la folie afin de démontrer des travers de la société. Ainsi c'est dans le théâtre, qui se décline traditionnellement en comique et tragique la folie que l'on retrouve en général chez des hommes en proie aux passions communes, celles de l’argent, du sexe ou du pouvoir. La raison n’est pas ce qui les gouverne le plus souvent. Mais il y a un au-delà de la raison, qui s’appelle la folie, et le théâtre affectionne ces personnages en proie aux désordres intérieurs qui traduisent par les gestes et les propos un dérèglement de la raison. Le «fou» est une figure emblématique des œuvres littéraires. Ainsi l'intérêt d'un romancier, et plus largement un artiste pourrait être de délivrer un message à la société.

Nous pourrions alors nous demander dans quelle mesure un romancier choisit des personnages atteints de folie. Pour répondre à ce questionnement, nous verrons tout d'abord les caractéristiques de ces derniers au sein d'une œuvre littéraire, et ensuite la portée sociale de ce choix.

Dans un premier temps, les personnages atteints de folie, regroupent tous en majorité les mêmes caractéristiques que nous allons analyser. Ils apparaissent tout d'abord comme des personnages en marge de la société, souvent reclus et solitaires comme nous pouvons voir dans le texte A du corpus avec le Colonel Chabert, qui est seul dans un hospice. En marge de la société et même isolés, les personnages en proie à la folie ne sont pas admis dans la société, ainsi nous pourrions faire un parallèle avec les lépreux, qui étaient aux-aussi éconduits de la société.

Les auteurs, et artistes, représentent souvent ces personnages comme des gens aigris, à l'allure étrange et stupide, parfois même à l'apparence déplaisante. Nous pouvons voir dans le texte C du corpus, que Pierre, le personnage souffrant de folie est en effet présenté au lecteur comme un être dérangé, en déconnexion avec le monde qui l'entoure. Alors il semble qu'il soit important pour l'artiste en général de répondre et intensifier les préjugés du lecteur à l'entente du mot de « fou », puisqu'en effet les représentations qu'il nous est possible de voir dans les œuvres cinématographiques, ou même au sein des croyances populaires, ont particulièrement ancré dans l'inconscient collectif les personnes atteintes de folie comme des êtres effrayants.

Il peut être intéressant pour le romancier de jouer avec ce phénomène afin de véhiculer un message.

Dans un second temps, nous pouvons alors dire que le romancier peut se servir de la mise en scène de personnages atteints de folie afin de donner à ses œuvres une portée sociale plus que strictement oisive. L'artiste pourrait tout d'abord faire évoluer les mentalités quant à ces personnages, de manière à ce qu'un tel phénomène soit davantage connu, et que le lecteur soit davantage compréhensif à l'égard des personnages qui en sont atteints. En effet dans de nombreuses œuvres les personnages présents avec le personnage atteint de folie sont incapables de comprendre réellement ce que peut vivre la personne malade. Ainsi dans le texte C, « Ève se sentit épuisée : « Un jeu, pensa-t-elle avec remords ; ce n’était qu’un jeu, pas un instant je n’y ai cru sincèrement. Et pendant ce temps-là, il souffrait pour de vrai. » » .

De plus, il apparaîtrait que le romancier trouve un intérêt à mettre en scène des personnages atteints de folie afin de montrer les lacunes de leur société. Cette dernière apparaît comme sectaire, rejetant toutes les personnes qui ne rentreraient pas dans le moule, dans la case qui leur aurait été attribuée. Les passions humaines pourraient être mieux comprises grâce à ces personnages, alors il serait possible au lecteur de voir à travers un exemple qui lui parle, les conséquences que peuvent avoir des déceptions amoureuses, amicales ou un conflit familial etc. Des personnages atteints de folie pourraient très bien avoir été présentés dans un premier temps comme des personnages illustres et très bien intégrés à leur société, avant que celle-ci ne les rejette.

Pour conclure, nous pouvons rappeler que nous nous sommes demandés dans quelle mesure un romancier ou un artiste choisirait de mettre en scène des personnages atteints de folie. Ces personnages donnent au romancier et à l'artiste plus largement une grande amplitude d'expression quant à la visée de leur œuvre. Nous pouvons nous reporter aux divers textes du corpus afin de confirmer notre idée, et pointer chaque volonté de l'auteur.


Écriture d'invention :

 

Sujet : Racontez à la troisième personne la scène du texte C en adoptant cette fois le
point de vue de Pierre. Vous imaginerez son hallucination

 

Conseils d'écriture :

  •  

Utiliser un registre adapté au roman

  • Prendre appui sur le texte afin de ne pas se fourvoyer

  • Utiliser une écriture dynamique et utiliser un registre commun

  • Faire de nombreuses descriptions des sentiments éprouvés, avec beaucoup de comparaisons, figures de style etc

  • Utiliser un point de vue externe omniscient, afin de bien rendre compte des ressentis de Pierre quant à cette hallucination

  • Bien mettre en exergue la progression du personnage dans sa folie

 

Idées possibles :

  •  

Aborder des topos adéquats tels que : la peur, l'incompréhension, les statues

  • Aborder l'invention avec une accroche en relation avec les sens de Pierre

  • Utiliser de nombreuses descriptions, associées à des termes spécifiques afin de donner un effet de réel

  • S'attacher à rendre compte des détails que pourraient voir Pierre

Bac 2018
Le bac de philosophie

Spécial bac 2018 toutes séries, métropole, DOM-TOM, Pondichéry, Washington, Liban, autres centres étrangers, sessions juin et septembre

  • Bac de français 2018, métropole séries technologiques et générales 4

    Consultez les corrigés du bac de français, métropole, 2018, toutes séries, technologiques et générales, ES, S, L. Ils seront en ligne dès 18 h, à la fin de l'épreuve. Des corrigés seront proposés pour le commentaire, la dissertation, l'écriture d'invention, la question de corpus.
  • Bac 2018. Pondichéry toutes séries 4

    Les corrigés des sujets du bac de français 2018 Pondichéry sont en ligne sur le site dubrevetaubac.fr toutes séries, générales, ES, S, L, technologiques, commentaire, dissertation, écriture d'invention et question de corpus. Les annales du bac de Pondichéry sont en ligne
  • Bac de français 2018, Washington toutes séries 4

    Consultez les sujets de l'épreuve de français, EAF, du bac 2018 à l'étranger, Washington, séries générales et technologiques, 1ères ES, S, L, et technologiques. Ils sont en ligne sur www.dubrevetaubac.fr
  • Bac de français 2018, Liban toutes séries 4

    Sujets de français, 2018, Liban toutes séries Les sujets de français du bac 2018, à l'étranger, Liban, 1ères générales, ES, S, L et technologiques sont en ligne. Consultez les sujets : au choix, commentaire, dissertation, écriture d'invention, question de corpus
  • Français, annales 2018, Polynésie française, toutes séries 1

    Epreuve - Français BAC S, ES, L et techno 2018 - Polynésie française, sessions de juin et de rattrapage. Consultez les sujets de français en ligne, au choix, commentaire, dissertation, écriture d'invention et question de corpus
  • Bac français 2018, Centres étrangers 2

    Consultez les sujets du bac de français 2018, centres étrangers, séries générales, S, ES, L : sujets au choix, commentaire, dissertation, écriture d'invention et la question de corpus. Sujets en ligne, session de juin

Spécial bac 2017 toutes séries, métropole, DOM-TOM, Pondichéry, Washington, Liban, autres centres étrangers, sessions juin et septembre

Spécial bac de français 2018 et 2017

Date de dernière mise à jour : 11/06/2018