Candidats libres   Descriptifs   Oeuvres intégrales   L'entretien EAF  Coaching scolaire    Lycées français à l'étranger  Docbac

Les annales 2018  -  L'actualité du bac 2018 - Bac 2019 L'actualité du brevet 2018 - Brevet 2019 -

Consultez les corrigés des sujets de philosophie bac centre Liban 2018, série S, ils sont en ligne. Entraînez-vous et réagissez dans le forum.

Sujets corrigés de philosophie Liban série S. Annales de philosophie 2018, consultez les corrigés bac et réagissez sur le forum

 

DNBAC

 

 

 

 

Profs en direct le jour du bac

sur Dubrevetaubac

 

 

   Les sujets tombés au baccalauréat de philosophie : Liban, bac 2018

Sujets de la série S

Terminale S 

Version PDF 

Sujet 1

Ne travaille-t-on que pour subvenir à ses besoins ?

Sujet 2

Doit-on rechercher la vérité pour elle-même ?

Sujet 3

Expliquer le texte suivant :

Nous sommes libres quand nos actes émanent de notre personnalité entière, quand ils l'expriment, quand ils ont avec elle cette indéfinissable ressemblance qu'on trouve parfois entre l’œuvre et l'artiste. En vain on alléguera(1) que nous cédons alors à l'influence toute-puissante de notre caractère. Notre caractère, c'est encore nous ; e parce qu'on s'est plu à scinder la personne en deux parties pour considérer tour à tour, par un effort d'abstraction, le moi qui sent ou pense et le moi qui agit, il y aurait quelque puérilité à conclure que l'un des deux moi pèse sur l'autre. Le même reproche s'adressera à ceux qui demandent si nous sommes libres de modifier notre caractère. Certes, notre caractère se modifie insensiblement tous les jours, et notre liberté en souffrirait, si ces acquisitions nouvelles venaient se greffer sur notre moi et non pas se fondre en lui. Mais, dès que cette fusion aura lieu, on devra dire que le changement survenu dans notre caractère est bien nôtre, que nous nous le sommes approprié. En un mot, si l'on convient d'appeler libre tout acte qui émane du moi, et du moi seulement, l'acte qui porte la marque de notre personne est véritablement libre, car notre moi seul en revendiquera la paternité.

BERGSON, Essai sur les données immédiates de la conscience (1889)

(1) « alléguer » : prétendre La connaissance de la doctrine de l'auteur n'est pas requise. Il faut et il suffit que l'explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question. 

Corrigé de la dissertation 1

 

Ne travaille-t-on que pour subvenir à ses besoins ?

 

Distinctions conceptuelles :

Travail / Loisir -> le travail est-il toujours une obligation ? Ne le fait-on uniquement pour gagner sa vie. Séparation de notre temps en deux périodes : le temps de travail et le temps de loisir. Le temps de travail serait le temps de la contrainte, celui du loisir serait celui du plaisir

Nécessité/Choix : la vision du travail sous-entendue par le sujet est celle d’un travail aliénant, contraint.

Reformulation : C’est cette vision qu’il s’agit de questionner : peut-on choisir de travailler alors que l’on n’en a pas besoin ? Travaille-t-on seulement par nécessité matérielle ?

Problématique : le travail est-il seulement une contrainte que l’individu s’impose pour subvenir à ses besoins ou peut-on choisir, désirer de travailler ?

  1. Le travail est un simple instrument pour subvenir à nos besoins

  1. Le travail est aliénant. On peut penser à la distinction latine entre l’otium et le negotium, le travail et le temps de loisir ou alors à la condamnation biblique à travailler pour subvenir à ses besoins. Chez Platon, il y a la différence entre le philosophe, qui est l’homme libre de tout travail et l’esclave qui lui est condamné à travailler

  2. Si on se réduit ainsi au travail, malgré sa nature aliénante, c’est par besoin. La société impose le travail pour permettre aux individus d’y vivre

  3. Le travail, de plus en plus mécanique, dévalorise et asservit l’ouvrier (Hegel) -> on n’a aucune raison de vouloir travailler si on n’y est pas obligé. Le temps qui n’est pas du travail est un temps de loisir, un temps libre, c’est-à-dire un temps où on est libre

II - On peut retirer une plus-value du travail qui n’est pas la simple satisfaction des besoins matériels

  1. Pour se perfectionner, être bon dans un domaine, il faut travailler, s’exercer. Cela est valable pour les disciplines sportives par exemple, mais aussi les matières artistiques. Nietzsche : le génie artistique est aussi le fruit d’un long travail

  2. Le travail permet de se libérer d’une aliénation qui peut être sociale. On peut ici penser à la dialectique du maître et de l’esclave chez Hegel (Phénoménologie de l’esprit)

  3. Le travail peut permettre une meilleure connaissance de soi. En travaillant, je me transforme. Pour Sartre, l’homme est un « faire » libre, qui n’existe que par la réalisation de ses œuvres

III - Le travail est une activité nécessaire à l’homme, mais pas seulement pour la satisfaction des besoins

  1. Le travail est une façon de s’approprier le monde, d’habiter le monde. Hegel, concept de négativité : par mon action, je transforme le monde, donc il peut potentiellement mieux me correspondre, je peux y trouver mes marques, mes repères

  2. Le travail est l’expression de l’essence de l’homme -> l’homme est un « homo faber » pour Bergson, c’est-à-dire un technicien : il se distingue de l’animal en créant des outils. Ainsi, on peut utiliser la distinction aristotélicienne entre « en puissance » et « en acte » : si je ne travaille pas, voire jamais, je reste un homme en puissance.

Sujet 2 : corrigé bac 

 

Doit-on rechercher la vérité pour elle-même ?

Distinctions :

Vérite/Savoir

Doit-on/Peut-on : est-ce une obligation morale ou pratique ? Est-ce même possible ?

Couple fin/moyen : la vérité est-elle un instrument utilisé à des fins qui lui sont extérieures ?

Le sujet interroge le pouvoir de la vérité et la question de son utilisation à des fins politiques, économiques, sociales…

Problématique : La vérité est-elle une fin en soi ou est-elle toujours dépassée par d’autres motifs ?

  1. On doit rechercher la vérité à des fins qui lui sont extérieures

  1. Le pouvoir politique peut manipuler le vrai puisqu’il a en partie la maîtrise du savoir. On assimile souvent les savoirs à la vérité. Si le pouvoir maîtrise la vérité, il peut la déformer pour se maintenir, pour garantir ce qu’il pense être le bien-être de son peuple, ect… Il y a un risque d’utilisation de la vérité et de recherche de la vérité à des fins de manipulation (Machiavel)

  2. La vérité peut-être une arme politique. La recherche de la vérité peut permettre une meilleure résistance ou l’émancipation des citoyens vis-à-vis du pouvoir politique ou bien encore une émancipation individuelle. Raconter la vie quotidienne des camps de concentration est une façon pour Primo Lévi dans Si c’est un homme de s’approprier la vérité historique, d’en faire une arme (obligation morale)

  3. Il faut aussi être pragmatique : on recherche la vérité dans des domaines qui peuvent nous être utiles (John Stuart Mill et l’utilitarisme), ou être utiles à la société (obligation pratique)II L’amour de la vérité, est-ce la recherche de la vérité pour elle-même ?

II - L’amour de la vérité, est-ce la recherche de la vérité pour elle-même ?

1 - Le mot philosophie veut dire l’amour de la sagesse (sophia). La sagesse est une disposition qui permet de mieux atteindre la vérité. Néanmoins, même Socrate, considéré comme le premier philosophe, se servait de la vérité pour attirer l’attention de ses interlocuteurs sur leurs erreurs

2 - Rechercher la vérité pour elle-même, n’est-ce pas renoncer au pouvoir de la vérité ? Si on recherche la vérité comme une fin en soi, on risque une sorte de paralysie, le vrai ne nous sert pas alors pour avancer, faire mieux. Dès lors, on se retrouve dans la même situation que Sextus Empiricus quand il fait usage du doute, on ne fait rien

3 - La vérité est selon Platon, une idée, comme l’est la beauté. Une idée, au sens platonicien, peut être une fin en soi, mais en même temps, la découverte de cette idée a des retombées importantes sur nous. L’homme qui se libère de la caverne pour contempler les idées voit tout différemment. De plus, ensuite, il est du devoir du philosophe de retourner dans la caverne aider les autres. La vérité comme une fin en soi ne sert à rien

III - La vérité ne peut pas vraiment être recherchée pour elle-même

  1. Dans la mesure où la vérité est assimilée au savoir, à partir du moment où on acquière une connaissance, où on connait la vérité sur quelque chose ou quelqu’un, on va l’utiliser même inconsciemment. On peut utiliser une connaissance dans la pratique, ou bien elle peut intégrer nos cadres mentaux, elle peut influencer notre vision du monde

  2. La vérité est une idée qui quelque part n’existe pas en soi. La recherche de LA vérité pour elle-même est même un danger quand cela mène au fanatisme par exemple. La vérité est toujours une vérité, à un moment donné. Même les vérités scientifiques fonctionnent par cycles (Kuhn, La structure des révolutions scientifiques). La vérité est faite pour être renversée. Ainsi, on ne doit pas rechercher la vérité pour elle-même mais pour améliorer l’état du savoir humain, pour trouver la meilleure vérité possible. Toujours remettre en cause l’état actuel de la vérité est le principe même de la science.

 

Sujet 3 : le commentaire 

 

Expliquer le texte suivant : Nous sommes libres quand nos actes émanent de notre personnalité entière, quand ils l'expriment, quand ils ont avec elle cette indéfinissable ressemblance qu'on trouve parfois entre l’œuvre et l'artiste. En vain on alléguera(1) que nous cédons alors à l'influence toute-puissante de notre caractère. Notre caractère, c'est encore nous ; e parce qu'on s'est plu à scinder la personne en deux parties pour considérer tour à tour, par un effort d'abstraction, le moi qui sent ou pense et le moi qui agit, il y aurait quelque puérilité à conclure que l'un des deux moi pèse sur l'autre. Le même reproche s'adressera à ceux qui demandent si nous sommes libres de modifier notre caractère. Certes, notre caractère se modifie insensiblement tous les jours, et notre liberté en souffrirait, si ces acquisitions nouvelles venaient se greffer sur notre moi et non pas se fondre en lui. Mais, dès que cette fusion aura lieu, on devra dire que le changement survenu dans notre caractère est bien nôtre, que nous nous le sommes approprié. En un mot, si l'on convient d'appeler libre tout acte qui émane du moi, et du moi seulement, l'acte qui porte la marque de notre personne est véritablement libre, car notre moi seul en revendiquera la paternité.

BERGSON, Essai sur les données immédiates de la conscience (1889)

(1) « alléguer » :

prétendre La connaissance de la doctrine de l'auteur n'est pas requise. Il faut et il suffit que l'explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question. 

  Le corrigé 

 

Explication de texte : Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience

Distinctions conceptuelles :

Liberté/ déterminisme

Action, actes/pensée

Problématique : Quand est-on vraiment libre ?

Idée principale : on est libre quand on se reconnaît comme l’auteur de l’action, quand on peut en revendiquer la responsabilité.

Plan : On peut distinguer trois mouvements dans le texte, qui serviront de base au plan.

« Nous sommes libres (…) l’un des deux moi pèse sur l’autre » : la liberté suppose l’expression de la personnalité « entière »

Un acte libre est un acte qui se caractérise par la plénitude de celui qui agit. C’est l’expression de la personne que l’on est, dans son entièreté.

On ne peut diviser en deux notre moi : il n’y a pas d’un côté la pensée et les actions, « le moi qui sent ou pense et le moi qui agit » (1e reproche). Je ne suis pas un pur corps ou un pur esprit, il y a une continuité entre les deux. Bergson s’oppose ici à Descartes par exemple, pour qui le corps est une machine. Je ne peux donc pas me dédouaner de certaines de mes actions en disant que ce n’était pas vraiment moi. Refus du déterminisme.

« Le même reproche (…) que nous nous le sommes approprié » : Deuxième reproche

la personne que je suis n’est pas la somme de toutes mes actions et de tout ce qui m’est arrivé. Je suis bien différent chaque jour, mais on ne peut décortiquer ma « personnalité » : mon « caractère » n’est pas une somme d’actions, mais une « fusion », on ne peut les distinguer. Et c’est pour cela que l’on peut être libre : s’il s’agissait d’une somme (Bergson évoque une greffe), cela voudrait dire que je serais déterminé par telle ou telle action. Mais pour lui, il s’agit d’une fusion, c’est-à-dire que j’intègre tout ce que je fais dans mon « moi ». Ce mélange, cette fusion est ce qui me permet d’être libre

« En un mot » jusqu’à la fin du texte

Le moi est une fusion et c’est uniquement lorsque mon action est la pleine expression de ma personnalité que je suis libre. En effet, je suis libre, c’est-à-dire qu’un acte est l’expression de mon « moi », lorsque je peux pleinement me reconnaître dans cet acte, et que je peux en reconnaître la pleine responsabilité. Si un acte ne correspond pas tout à fait, cela veut dire que je n’étais pas libre, qu’il y avait un élément de contrainte, imposé par une personne ou une chose extérieure.

Bac 2018

Philosophie bac 2018 : spécial bac métropole et DOM-TOM.

Le bac de philosophie

Date de dernière mise à jour : 11/06/2018