- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Philo S 2017 - Polynésie française, session remplacement. D’où vient la force du droit ? la liberté comme une propriété du vivant ?

Philosophie, session de remplacement : Polynésie française. D’où vient la force du droit ? Peut-on considérer la liberté comme une propriété du vivant ?WITTGENSTEIN, Conférence sur l’éthique

DNBAC

 

 

 

 

Philosophie BAC S 2017 - Polynésie française, session remplacement 

 

  • Epreuve : BAC S
  • Matière : Philosophie
  • Classe : Terminale
  • Centre : Polynésie française
  • Date : lundi 4 septembre 2017
  • Heure : 07h30
  • Durée : 4h

 

Sujets : lecture PDF 

Sujet n°1

D’où vient la force du droit ?

Sujet n°2

Peut-on considérer la liberté comme une propriété du vivant ?

Sujet n°3

Expliquer le texte suivant :

Nous savons tous ce qui, dans le train ordinaire de la vie, serait appelé un miracle. De toute évidence, c’est simplement un événement tel que nous n’avons jamais rien vu encore de semblable. Supposons maintenant qu’un tel événement se produise. Imaginez le cas où soudain une tête de lion pousserait sur les épaules de l’un d’entre vous, qui se mettrait à rugir. Certainement ce serait là quelque chose d’aussi extraordinaire que tout ce que je puis imaginer. Ce que je suggérerais alors, une fois que vous vous seriez remis de votre surprise, serait d’aller chercher un médecin, de faire procéder à un examen scientifique du cas de cet homme et, si ce n’étaient les souffrances que cela entraînerait, j’en ferais faire une vivisection. Et à quoi aurait abouti le miracle ? Il est clair en effet que si nous voyons les choses de cet œil, tout ce qu’il y a de miraculeux disparaît ; à moins que ce que nous entendons par ce terme consiste simplement en ceci : un fait qui n’a pas encore été expliqué par la science, ce qui à son tour signifie que nous n’avons pas encore réussi à grouper ce fait avec d’autres à l’intérieur d’un système scientifique. Ceci montre qu’il est absurde de dire « la science a prouvé qu’il n’y a pas de miracles ». En vérité, l’approche scientifique d’un fait n’est pas l’approche de ce fait comme miracle. En effet vous pouvez bien imaginer n’importe quel fait, il n’est pas en soi miraculeux, au sens absolu de ce terme.

WITTGENSTEIN, Conférence sur l’éthique