Le respect de la morale est-il une preuve de la liberté? Corrigé philosophie ES Centres étrangers bac 2018

Le bac de français

Centres Etrangers 2018 série ES / Corrigé de la dissertation n° 1

Philosophie BAC ES 2018 - Centres Etrangers

 

Profs en direct le jour du bac

sur Dubrevetaubac

 

 

 

  • Epreuve : BAC ES
  • Matière : Philosophie
  • Classe : Terminale
  • Centre : Centres Etrangers
  • Date :  juin 2018
  • Durée : 4h

 

Série E.S.


Sujet 1 : Le respect de la morale est-il une preuve de la liberté ?

Sujet 2 : Y a-t-il un sens à débattre de la vérité ?

Sujet 3: 

Expliquer le texte suivant :

 
Quand une oeuvre s'adresse au public, même si j'ai de l'amitié ou de l'inimitié (1) pour l'auteur, je dois me détacher de cette situation, et, me considérant simplement comme un homme en général, oublier, si possible, mon  être singulier et les circonstances qui me sont particulières. Un homme qui est sous l'emprise du préjugé ne se soumet pas à cette condition, mais garde avec obstination sa position naturelle, sans se placer à ce point de vue précis que l'oeuvre demande. A supposer que celle-ci soit destinée à des personnes d'une époque ou d'une nation différente, il ne tient aucun compte des conceptions et des préjugés qui leur sont propres, mais, tout pénétré des moeurs de son époque et de son pays, condamne avec rudesse ce qui paraissait admirable à ceux pour lesquels seulement le discours fut composé. Si l'oeuvre est faite pour le public, il n'élargit jamais suffisamment le champ de sa compréhension, et n'oublie pas suffisamment l'intérêt qu'il lui porte en tant qu'ami ou ennemi, en tant que rival, ou commentateur. Par ce biais, ses sentiments sont faussés, et les mêmes beautrés et les mêmes fautes n'ont pas sur lui la même influence que s'il s'était fait violence de la manière appropriée, en ce qui concerne son imagination, et s'était, pour un temps oublié lui-même. Son goût, bien évidemment, s'écarte pour autant de la véritable norme, et perd, par conséquent, toute crédibilité et toute autorité.

HUME, De la norme du goût (1757)

 

Correction du sujet n° 1

 

Le respect de la morale est-il une preuve de liberté ?

 

Distinctions conceptuelles :

Morale = devoir + volonté

Respect : autonomie ou contrainte ?

Preuve / démonstration / exemple / modèle…

Liberté positive / liberté négative

Le questionnement s’organise autour de la force libératrice (ou non) de la morale

Reformulation : est-on libre lorsque l’on vit selon la morale ?

Problématisation : attention à bien prendre en compte l’ambivalence de la morale (contrainte ou obligation ?) ainsi que celle de la liberté (liberté négative : ne pas être empêché de ; liberté négative : autonomie). Le sujet suggère d’une part que respecter la morale pourrait ne pas faire de nous des êtres libres ; mais d’autre part la question implique de s’interroger sur la force libératrice de la morale. On pourra également s’interroger sur l’existence même de la morale.

Plan possible

I- la morale nous contraint à agir d’une certaine manière. De ce point de vue, elle nous rend moins libres.

A/ je peux vivre de manière très libre sans respecter la morale. Un criminel par exemple est libre puisqu’il fait ce qu’il veut ; il n’est pas moral puisqu’il vole, tue, etc.

B/ la loi morale est un ensemble de règles qui vient dicter ma conduite : elle restreint ma liberté au lieu de l’augmenter. La morale chrétienne par exemple est incarnée dans les dix tables de la loi brandies par Moïse, qui imposent des règles de conduite : mais cela ne me rend pas plus libre, au contraire.

C/ La morale n’est que le ressentiment des esclaves. Pour Nietzsche, la morale n’existe pas. Ce qui me rend libre ce n’est pas la morale mais ce qu’il appelle la volonté de puissance.

II- Il faut faire attention à distinguer contrainte et obligation : la morale est une obligation et non une contrainte. En ce sens elle peut augmenter ma liberté.

A/ La contrainte, c’est quelque chose qui m’est imposé contre ma volonté. En revanche l’obligation et le corollaire de l’autonomie (auto-nomos, propre-loi) : si on comprend la morale comme obligation, elle devient une règle que l’on se donne à soi-même, et qui nous permet d’augmenter notre liberté en augmentant notre moralité.

B/ Selon la vision kantienne de la morale, on ne peut pas être libre sans morale. Il distingue agir par devoir et agir conformément au devoir. Agir conformément au devoir revient certes à respecter la morale, mais de manière intéressée. A l’inverse agir par devoir c’est agir de manière autonome, et donc libre.

III- C’est la morale qui se construit dans l’exercice de la liberté.

On peut donc finir par retourner la question de départ : ce n’est pas vivre selon la morale qui nous rend libre, mais vivre librement, dans l’autonomie, qui nous rend moraux.

A/ liberté négative / liberté positive. La liberté négative, c’est l’absence de contrainte. La liberté positive se rapproche plus d’une forme de volonté. Or on peut définir la morale comme l’union du devoir et de la volonté. C’est donc le fait même d’agir librement (volontairement) par devoir qui fait de nous des êtres moraux et nous permet de construire la morale.

B/ Pour certains philosophes, la morale n’existe pas. On a vu qu’elle était pour Nietzsche le ressentiment des esclaves, auquel il oppose la volonté de puissance. Dans la philosophie psychanalytique de Freud par exemple, la morale est également remise en question : les notions de bien et de mal sont des produits sociaux qui ne permettent pas de nous rendre plus libres. En revanche cherche par la psychanalyse par exemple à nous libérer de nos préjugés peut nous rendre, en un sens, plus moraux.

  

 

 

Le bac de français

Spécial bac de philosophie Centres Etrangers 2018