Candidats libres   Descriptifs   Oeuvres intégrales   L'entretien EAF  Coaching scolaire    Lycées français à l'étranger 

Les annales 2018  -  L'actualité du bac 2018 - Bac 2019 L'actualité du brevet 2018 - Brevet 2019 -

Corrigé du commentaire de philosophie, bac Washington, série S, examen 2018, les sujets corrigés sont en ligne

Le bac de philosophie

Commentaire  - HEGEL, Propédeutique philosophique (1811) - Problématique : La liberté peut-elle être contrainte par les circonstances ?

Les sujets tombés au baccalauréat de philosophie : Washington, bac 2018

Sujets de la série S

Terminale S 

Lire le sujet intégral

Dissertation 1 - Est-ce le corps qui produit la pensée ?

Dissertation 2 - Avons-nous besoin de l'art pour nous faire une idée du beau ?

Commentaire  - HEGEL, Propédeutique philosophique (1811)

 

Hegel, Propédeutique philosophie

 

Notions :

Volonté, action, liberté

Passif/actif

Cause/conséquence, effet

nécessité

Problématique : La liberté peut-elle être contrainte par les circonstances ?

Idée principale : L’individu, quand il exerce sa volonté, est libre. Dire que l’on a agit de telle ou telle manière en raison des circonstances revient à se réduire à une non-liberté. Dans le domaine de la volonté, il n’y a pas de relation de cause à effet avec les circonstances.

Plan :

On peut distinguer deux mouvements dans le texte, qui serviront de base au plan. Il faut être attentif aux moments du texte, il n’est pas conseillé de vouloir absolument faire un plan en trois parties en commentaire de texte.

 

« On dit volontiers (…) ce qui est contenu dans la cause s’ensuive nécessairement » : examen de l’influence des circonstances sur la volonté

  1. Hegel part d’une expression courante, dans laquelle l’homme est souvent tenté de revendiquer l’influence des circonstances et donc une certaine passivité.

  2. Mais il insiste sur le fait que derrière cette passivité, se dissimule une activité : celle de reconnaître les circonstances comme moteurs de mon action, comme « mobiles »

  3. Hegel refuse l’idée d’une causalité entre les circonstances et l’exercice de la volonté car elle introduit une idée de nécessité qui nie le caractère actif de la volonté

« Mais, en tant qu’être de réflexion (…) le pouvoir qu’il leur accord lui-même » : l’homme est libre de déterminer le poids des circonstances sur son action

  1. La volonté est libre et puissante. Le caractère réflexif de la conscience permet de dépasser les déterminations.

  2. Ainsi, en reconnaissant telle ou telle circonstance comme mobile de son action, l’individu nie d’une certaine manière sa responsabilité. Néanmoins cette négation est la négation dans le discours de sa liberté essentiel. Par une telle action, l’homme refuse sa liberté. Mais il est important de souligner que les évènements n’ont comme effets sur nous que ce que nous leur accordons : la volonté est absolument libre.

 

français Liban 2018

Spécial bac de philosophie, Washington 2018 toutes séries. Les sujets corrigés en ligne, commentaire et dissertations, sujets au choix

Pour aller plus loin 

philosophie sujets corrigés Washington Bac 2018

Ajouter un commentaire