Commentaire  - ARENDT, La crise de la culture (1961) : sujet corrigé Pondichéry séries technologiques 2018

Bac 2018

 

   Les sujets tombés au baccalauréat de philosophie : Pondichéry, bac 2018

Sujets des séries technologiques 

Terminales technologiques

Sujets des séries technologiques

 

Dissertation 1 - La culture sert-elle à changer le monde ?

Dissertation 2 - Douter, est-ce renoncer à la vérité ?

Commentaire  - ARENDT, La crise de la culture (1961)

Sujet 3 :

Il semble qu'on puisse affirmer que l'homme ne saurait rien de la liberté intérieure s'il n'avait d'abord expérimenté une liberté qui soit une réalité tangible1 dans le monde. Nous prenons conscience d'abord de la liberté ou de son contraire dans notre commerce 2 avec d'autres, non dans le commerce avec nous-mêmes. Avant de devenir un attribut de la pensée ou une qualité de la volonté, la liberté a été comprise comme le statut de l'homme libre, qui lui permettait de se déplacer, de sortir de son foyer, d'aller dans le monde et de rencontrer d'autres gens en actes et en paroles. Il est clair que cette liberté était précédée par la libération : pour être libre, l'homme doit s'être libéré des nécessités de la vie. Mais le statut d'homme libre ne découlait pas automatiquement de l'acte de libération. Être libre exigeait, outre la simple libération, la compagnie d'autres hommes, dont la situation était la même, et demandait un espace public commun où les rencontrer — un monde politiquement organisé, en d'autres termes, où chacun des hommes libres pût s'insérer par la parole et par l'action.

ARENDT, La crise de la culture (1961)

1 concrète

2 relation

Pour expliquer ce texte, vous répondrez aux questions suivantes, qui sont destinées principalement à guider votre rédaction.

Elles ne sont pas indépendantes les unes des autres et demandent que le texte soit d’abord étudié dans son ensemble.

1. Dégager l’idée principale du texte et les étapes du raisonnement.

2. Expliquer :

a) « nous prenons conscience d’abord de la liberté ou de son contraire dans notre commerce aux autres, non dans le commerce à nous-mêmes. » ;

b) « pour être libre, l’homme doit s’être libéré des nécessités de la vie »

c) « Être libre […] demandait un espace public où les rencontrer ».

3. La liberté suppose-t-elle des échanges avec autrui ?

Bac philo technologique

 

Les sujets corrigés séries technologiques

 

Sujet 3

1) L’idée principale du texte est que l’homme peut connaître la liberté intérieure en connaissant, grâce à la compagnie des autres, la liberté extérieure (c’est-à-dire la liberté politique). Arendt commence par évoquer cette thèse (du début à « en actes et en paroles »). Elle propose ensuite une nuance, une reformulation (de « il était clair » à la fin) : être libre ce n’est pas seulement se libérer, mais vivrepratiquer sa liberté au contact des autres. La liberté est donc avant tout politique dans son expression.

2)

a) Arendt veut dire ici que la liberté ne s’expérimente pas par la seule réflexion ; je ne peux pas me contenter de réfléchir seul sur la liberté pour la connaître et la comprendre, il faut que je me lève et que je sorte pour aller la vivre aux côtés des autres, et que je forge peu à peu ma conception de la liberté grâce à eux et aux expériences partagées.

b) Cela signifie que pour être libre, l’homme ne peut pas être retenu, aliéné par quelque chose d’autre : je ne peux pas être libre si je suis contraint par la vie à faire quelque chose que je ne veux (et ne peux moralement) pas faire, par exemple : rester chez moi enfermé.

c) Autrement dit : les conditions de la liberté doivent se traduire dans l’espace public de sociabilité. Je ne peux être libre si la société ne m’offre pas d’espace de partage, de rencontre, un endroit où ma parole politique sera entendue et partagée, où je pourrais échanger avec les autres.

3) oui : je ne peux pas vivre ma liberté dans la solitude, ni même la comprendre.

 

 

Spécial bac 2018 Pondichéry