- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Science et technique, fiche bac révisions, prépabac

 

DNBAC

 

Science et Technique :

 
 
 
 
I. L’attitude scientifique n’est pas naturelle à l’homme = elle est une conquête de l’histoire.

 

1. La théorie d’Auguste Comte = les trois états :
Dans un premier temps, les hommes se référaient à des explications théologiques pour rendre compte des éléments, ils étaient ainsi ramenés aux caprices de Dieu. La métaphysique succède aux explications théologiques, les dieux sont remplacés par des forces abstraites et enfin, la science permet de justifier des faits en rattachant objectivement ces derniers les uns aux autres. Nous retrouvons à travers l’évolution de ces trois stades, théologique, métaphysique et scientifique la théorie des trois états d’Auguste Comte. Nous voyons donc que l’attitude scientifique est un produit tardif de l’histoire puisqu’elle n’est pas spontanée chez l’homme. Elle propose une explication qui n’est plus anthropomorphique, cela signifie qu’on ne projette plus de sentiments humains sur les phénomènes.
 
2. Un niveau scientifique :
 
Le niveau scientifique suppose que les explications soient dénuées de tout anthropomorphisme. Il faut poser des relations objectives qui ne soient plus le reflet des dispositions subjectives de l’homme. La connaissance spontanée du réel est donc anti-scientifique. La science doit dépasser les apparences et l’observation empirique qui sont des obstacles épistémologiques. Il faut passer au-delà des données immédiates et poser des rapports = ainsi le poids dépend du champ de gravitation. La réalité scientifique n’est donc pas immédiate mais construite. Par exemple, la température devient un fait scientifique lorsqu’elle n’est plus sentie sur la peau mais lue sur le thermomètre. Du vécu immédiat, on passe au connu scientifique.
 
3. Les caractéristiques de la science différente de la technique :
 
La science est désintéressée. La technique est le fait pour l’homme d’utiliser les connaissances scientifiques. Elle est donc pragmatique et utilitaire.
 
II. Rapports de la science et de la technique :
1. Les rapports entre science et technique :
La science s’éloigne de la subjectivité pour poser des rapports objectifs dans le réel et la technique utilise ces connaissances scientifiques dans un but pratique. Il s’établit un rapport de moyen à fin. La technique est un savoir appliqué. Ainsi l’ingénieur utilise la physique pour construire des machines. Apriori, la technique serait donc l’application d’un savoir. Le savoir précède le savoir faire.
 
2. Un paradoxe :
Il n’y a pas à proprement parler de science chez les primitifs qui ne sont pas encore libérés de l’anthropomorphisme. Cela explique l’importance à cette époque la magie qui tente de rendre compte des phénomènes de manière anthropomorphique. Ils tentent ainsi d’agir sur les vents par exemple à coup de formules magiques. Mais paradoxalement, les primitifs la théorie est très en retard sur la pratique. Ils jouent sur le prolongement de l’instinct. L’outil prolonge l’organe. Le bâton, prolonge le bras, l’hameçon imite le doigt recourbé. Ici, Le savoir faire précède le savoir. Par conséquent, historiquement la pratique précède la théorie, la technique précède la science.
 
3. L’esprit technicien devient un esprit scientifique :
La science est malgré tout autre chose qu’un prolongement de la technique préscientifique spontanée. Elle prend du recul par rapport à la technique primitive. L’esprit technicien subit une mutation brusque en devenant esprit scientifique. Le savant en tant que savant se pose les problèmes pour eux-mêmes. Le technicien voulait agir, le savant cherche avant tout à comprendre.
 
4. Une interdépendance :
La science va à son tour recevoir des applications pratiques fécondes. L’exemple de la lampe, pour laquelle il nous a fallut connaître la science de la combustion, en est l’exemple type. Donc l’interdépendance entre science et technique est nécessaire. Le savant découvre, l’ingénieur adapte, le technicien effectue. La science ne se distingue de la technique que parce qu’elle ne poursuit pas de visée utilitaire. Science et technique seraient sur le même axe épistémologique. Alors il n’y a ni opposition de technique et science mais synthèse.
 

Date de dernière mise à jour : 23/08/2017