Pascal, Fragment d’un Traité du vide, Ire partie. Commentaire et réflexion : est-ce par la raison que l'homme se distingue des animaux?

Pascal

 
 
 
 

Commentaire philosophique

 

Pascal, Fragment d’un Traité du vide, Ire partie

« N’est-ce pas indignement traiter la raison de l’homme que la mettre en parallèle avec l’instinct des animaux, puisqu’on en ôte la principale différence, qui consiste en ce que les effets du raisonnement augmentent sans cesse, au lieu que l’instinct demeure toujours dans un état égal ? Les ruches des abeilles étaient aussi bien mesurées il y a mille ans qu’aujourd’hui, et chacune d’elles forme cet hexagone aussi exactement la première fois que la dernière. Il en est de même de tout ce que les animaux produisent par ce mouvement occulte*. La nature les instruit à mesure que la nécessité les presse ; mais cette science** fragile se perd avec les besoins qu’ils en ont : comme ils la reçoivent sans étude, ils n’ont pas le bonheur de la conserver ; et toutes les fois qu’elle leur est donnée, elle leur est nouvelle, puisque la nature n’ayant pour objet que de maintenir les animaux dans un ordre de perfection bornée, elle leur inspire cette science nécessaire, toujours égale, de peur qu’ils ne tombent dans le dépérissement, et ne permet pas qu’ils y ajoutent, de peur qu’ils ne passent les limites qu’elle leur a prescrites. Il n’en est pas de même de l’homme, qui n’est produit que pour l’infinité. Il est dans l’ignorance au premier âge de sa vie ; mais il s’instruit sans cesse dans son progrès : car il tire avantage non seulement de sa propre expérience, mais encore de celle de ses prédécesseurs, car il garde toujours dans sa mémoire les connaissances qu’il s’est un jour acquises, et que celles des anciens lui sont toujours présentes dans les livres qu’ils ont laissés. Et comme il conserve ces connaissances, il peut aussi les augmenter facilement. »

Pascal, Fragment d’un Traité du vide, Ire partie

 

Questions

Dégagez l’idée du texte et montrez comment elle est mise en œuvre dans ce passage.

Expliquez :

  • « La nature les instruit à mesure que la nécessité les presse » ;

     

Réflexion

Est-ce par la raison que l’homme se distingue des animaux ?

 

* caché.

** Pascal précise que l’»instinct» est aussi « science», mais spontanée.

question 1

L'intérêt philosophique du texte

L'intérêt philosophique de ce passage est d'affirmer la différence entre la raison humaine et l'instinct animal avec tout ce que cela suppose. Pour l'animal, une vie faite de besoins primaires pour assurer sa survie et pour l'homme une existence supérieure ayant du sens et pas purement biologique.

Il s'agit pour Pascal de montrer que la raison ne se réduit pas à une sorte d'instinct plus élaboré que celui de l'animal, il n'est pas concevable pour le penseur de « mettre en parallèle » la raison humaine à partir de l'instinct animal.

« N’est-ce pas indignement traiter la raison de l’homme… » = un faux raisonnement et usage abusif de la comparaison.

Il s'agit d'une erreur, Pascal décide donc de réexaminer la comparaison pour montrer ce qui les distingue essentiellement.

premier moment du texte = Différence entre raison et instinct « une principale différence » entre le perfectionnement possible de l'homme et la fixité, la non perfectibilité de l'instinct animal qui, « demeurant dans un état égal » n'autorise pas de progression.

 

Le second moment du texte = Analyse de la nature et de la fonction de l'instinct animal pour confirmer le caractère statique de l'instinct animal

L’exemple : l’instinct des abeilles capable de respecter un ordre de la nature quasi parfait lorsque l'on regarde une ruche mais on s'aperçoit bien vite que cet ordre est immuable « les ruches des abeilles étaient aussi bien mesurées il y a mille ans qu’aujourd’hui ».

Autre argument prouvant le caractère statique de l'instinct animal, il n'a pas conscience de ses conduites adaptées à l'environnement et n'agit pas volontairement. Son comportement est spontanément adapté grâce à son instinct inconscient et nécessaire. Les hommes agissent au contraire librement, consciemment et volontairement.

L'animal est dirigé par la nécessité : « La nature les instruit à mesure que la nécessité les presse »

 

Le troisième moment du texte

Il est consacré à l’examen des capacités de la raison, depuis : « Il n’en est pas de même de l’homme… » jusqu’à la fin du texte

Il n'est plus possible de comparer l'existence humaine et animale.

« Il n’en va pas de même de l’homme, qui est fait pour l’infinité ».

là où l’animal est instruit par l’instinct naturel de ce qui lui est nécessaire de faire pour assurer sa survie, l’homme est destiné à quitter son état initial d’ignorance pour « s’instruire sans cesse ». l’homme se fait être le sujet de sa propre connaissance, là où l’animal est l’objet d’une « science » instinctive

Supériorité de l'homme par la raison.

 

Question 2

Expliquez :

  • « La nature les instruit à mesure que la nécessité les presse » ;

L'instinct est assimilé à une science qui éclaire l'animal sur le comportement à adopter dans son milieu nautrel. Il a donc une réponse comportementale adaptée. Aussitôt le besoin satisfait, cette «intelligence » bornée est de nouveau sollicitée. On a de nouveau à faire à cette nécessité de la vie biologique, à cet instinct qui se limite à la stricte nécessité du besoin, c'est l'instrument de la nature. Mais c'est la nature qui «  les instruit à mesure que la nécessité les presse ». L'instinct ne se cultive pas. Par opposition l'homme n'est pas déterminé par la nécessité vitale mais perfectible. L'homme est un être « produit pour l'infinité ».

 

Réflexion

Est-ce par la raison que l’homme se distingue des animaux ?

Pascal y répond positivement. Par la raison l'homme se distingue des animaux, mais il s'en distingue également par la nature qui lui est propre. La raison humaine s'oppose à l'instinct animal sur le plan de leur nature et de leur fin. L'homme n'en est pas moins par certains côtés «animal » puisqu'il doit répondre aux nécessités de la vie biologique mais c'est un animal raisonnable.

La raison en tant que faculté de raisonner n'est donc pas incompatible avec une certaine dimension animale de l'existence humaine

les fins que la raison permet à l’homme de viser ne se réduisent plus à la seule fin biologique de la survie, conservation et perpétuation de l'espèce.

L'homme = acteur de son existence + sujet de sa connaissance et de ses actes

Raison = elle inscrit l'homme dans un devenir, un perfectionnement possible, une parfaite connaissance de lui-même et de la nature par la raison

La raison permet à l'homme de s'élever et de dépasser les nécessités de la vie biologique. L'homme agit librement en décidant pour lui-même sans être soumis aux nécessités et au déterminisme.

Liberté théorique + liberté pratique : par opposition à l'animal

L'homme est grand par la raison et c'est aussi par elle qu'il s'oppose à l'animal.

 
 

Pour aller plus loin 

<