- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Marivaux, l'entretien sur la scène 8 des acteurs de bonne foi. Les questions à l'oral, une nouvelle scène d'exposition et la cruauté du marivaudage

 

Marivaux

 

 

 l'entretien : scène 8

Scène 8, Les Acteurs de bonne foi, Marivaux

Introduction :

Marivaux, auteur incompris du XVIIIème siècle est surtout connu pour ses pièces qui traitent de "la métaphysique du cœur", ce qu'on a appelé le marivaudage. Il dit avoir "guetté dans le cœur humain toutes les niches différentes où peut se cacher l'amour lorsqu'il craint de se montrer", et chacune de ses comédies a pour objet de le faire sortir d'une de ses niches. Parmi elles, les Acteurs de bonne foi (1748), dont nous étudierons ici la scène 8.

Problématique :

en quoi pouvons nous parler de cette scène comme d'une nouvelle scène d'exposition?

TEXTE :

Scène 8

MADAME AMELIN, ARAMINTE

MADAME AMELIN, un moment seule.

Vous avez pourtant beau dire, Madame Argante ; j'ai voulu rire, et je rirai.

ARAMINTE

Eh bien, ma chère ! où en est notre comédie ? Va-t-on la jouer ?

MADAME AMELIN

Non ; Madame Argante veut qu'on rende l'argent à la porte.

ARAMINTE

Comment ! Elle s'oppose à ce qu'on la joue ?

MADAME AMELIN

Sans doute ; on la jouera pourtant, ou celle-ci, ou une autre. Tout ce qui arrivera de ceci, c'est qu'au lieu de la lui donner, il faudra qu'elle me la donne et qu'elle la joue, qui pis est, et je vous prie de m'y aider.

ARAMINTE

Il sera curieux de la voir monter sur le théâtre ! quant à moi, je ne suis bonne qu'à me tenir dans ma loge.

MADAME AMELIN

Écoutez-moi ; je vais feindre d'être si rebutée du peu de complaisance qu'on a pour moi, que je paraîtrai renoncer au mariage de mon neveu avec Angélique.

ARAMINTE

Votre neveu est en effet un si grand parti pour elle...

MADAME AMELIN, en riant.

Que la mère n'avait pas osé espérer que je consentisse ; jugez de la peur qu'elle aura, et des démarches qu'elle va faire ? Jouera-t-elle bien son rôle ?

ARAMINTE

Oh ! D'après nature.

MADAME AMELIN, riant.

Mon neveu et sa maîtresse seront-ils, de leur côté, de bons acteurs, à votre avis ? Car ils ne sauront pas que je me divertis, non plus que le reste de mes acteurs.

ARAMINTE

Cela est plaisant, mais il n'y a que mon rôle qui m'embarrasse : à quoi puis-je vous être bonne ?

MADAME AMELIN

Vous avez trois fois plus de bien qu'Angélique : vous êtes veuve, et encore jeune. Vous m'avez fait confidence de votre inclinaison pour mon neveu, tout est dit. Vous n'avez qu'à vous conformer à ce que je vais faire : voici mon neveu, et c'est ici la première scène, êtes-vous prête ?

ARAMINTE

Oui.

 

Deuxième partie de l'entretien :

Problématique :

en quoi pouvons nous parler de cette scène comme d'une nouvelle scène d'exposition?

Plan de l'étude :

  • I. Une nouvelle scène d’exposition
  • 1) Une nouvelle comédie
  • 2) Le rôle de la pièce de Mme Hamelin
  • II. La cruauté du Marivaudage
  • 1) Des victimes collatérales
  • 2) Un regard lucide sur le mariage

Questions sur la scène en fonction du plan proposé :

I -

1 -

  • - Qui joue le rôle du nouveau metteur en scène?
  • - Que mettait en scène la comédie de Merlin? - valets -
  • - Que met en scène la comédie de Mme Hamelin? - maîtres -

2 -

  • - Quel est le rôle de la pièce de Mme Hamelin?
  • - Quelle est la fonction première du théâtre?
  • - Relevez les expressions qui montrent que la fonction du théâtre est de divertir
  • - En quoi peut-on parler d'une vengeance personnelle?

II -

I -

  • - Comment percevez-vous Araminte?
  • - Une actrice? Un personnage de bonne foi?
  • - Que risquent les deux jeunes amants?

2 -

  • - Avons-nous un regard lucide sur la mariage?
  • - Que pouvez-vous dire de l'intrigue inventée par Mme Hamelin?
  • - Sur quoi reposait le mariage à cette époque?
  • - Quelles sont les deux conceptions que cette scène oppose?

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau