Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales     L'entretien EAF    Coaching scolaire      Lycées français à l'étranger 

Les annales 2018  -  L'actualité du bac 2018  -  L'actualité du brevet 2018

La Fontaine, le loup et l'agneau

La Fontaine, le loup et l'agneau, éléments de réflexion pour un commentaire, première partie de l'entretien de français

 

La Fontaine, les fables

 

 

 

Première partie de l'entretien : le loup et l'agneau : La Fontaine

Notes pour un commentaire  de la fable :

*** Cette fable allie tradition et innovation .

I. Inégalité loup/agneau, marquée par l’inégalité physique

1) Supériorité physique du Loup

- loup présenté dès le début comme menaçant, terrifiant et cruel : « survient a jeun » V5 « la faim en ces lieux attirait » V6 ->loup est affamé et « plein de rage » V8 il est considéré comme une « bête cruelle » V18

- V23 -> agneau 4 syllabes : « Je n’en ai point » et loup 6 syllabes : « C’est donc quelqu’un des tiers »

- « au fond des forêts » V27 : loup le mange au fond de la forêt -> il est lâche

- « qui cherchant aventure » V5 -> il est querelleur -> le loup est présenté dès sont arrivé comme un lâche, querelleur, cruel et affamé !

2) Un agneau faible et innocent

- appelle le loup « Votre Majesté » V10 -> infériorité

- « Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage » V7 = agression verbale -> domination

- Jeune et innocent : « Comment l’aurais-je fais si je n’étais pas né ? » (…) je tête encore ma mère » V20-21 = jeune -> renforcé

3) Inégalité dénonçant l’injustice de son temps

- allégories du loup et de l’agneau : représentent une classe sociale de la société de Louis XIV

o Loup : puissant, lâche et cruel => Roi et ses courtisans

o Agneau : faible, innocent et opprimé => Le peuple

II. Inégalité dans l’argumentation

1) Médiocrité des arguments du Loup

- « Et je sais que de moi tu médis l’an passé » V19 : affirme sans preuves « et je sais que » : pas de source

- « Tu la troubles, reprit cette bête cruelle » V18 -> mauvaise foi du loup

- « On me l’a dit, il faut que je me venge » V26 : « on » -> rumeur, faux témoignage

2) Le discours de l’Agneau, un discours argumenté

- - utilise des arguments rationnels : il se désaltère « plus de vingt pas au-dessous d’Elle » V15 donc ne peut troubler son breuvage -> preuve

+ « tu médis l’an passé. | Comment l’aurais-je fait si je n’étais pas né » V20 -> question rhétorique, réfute l’argument du loup par un fait rationnel

- et insiste sur sa jeunesse « je tête encore ma mère » V21 -> encore une preuve de son innocence

3) L’échec de l’argumentation

- échec annoncé dès le premier vers « la raison du plus fort est toujours la meilleure » V1 -> le plus fort, le loup, va remporter

Et pourtant, rien n’y fait, le loup est de mauvaise foi : « tu la troubles » V18

- « Je n’en ai point » V23 -> réponse courte, sans argument : l’agneau sait qu’il ne peut plus rien faire

III. Un récit vivant pour plaire en instruisant

1) Instruire par une morale

2) Des allégories pour faciliter la compréhension

- allégories durant tout le texte : celle du Loup et celle de L’Agneau

- ces allégories permettent de parler et critiquer la société de son temps sous couvert des animaux

+ donner des exemples, des images plus simples qui restent en tête et permettent d’expliquer les phénomènes de société assez simplement

3) Structure de la fable

- inégalité de la taille des vers : octosyllabes : « Ne se mette pas en colère » V11, décasyllabes : « Et que la faim en ces lieux attirait » V6, alexandrins : « Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ? » V7 -> créé une inégalité : rend le texte vivant donc plaisant à lire

 

Date de dernière mise à jour : 24/05/2017

Commentaires