- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Le sens de ce que l'on dit se réduit-il à ce que l'on veut dire? Corrigé philosophie série L, Washington 2017

Annales bac

Entraînez-vous avec les corrigés de philosophie Washington 2017

 

 

 

Les sujets tombés au baccalauréat de philosophie : Washington, bac 2017

Corrigé de la dissertation n° 1 : le sens de ce que l'on dit se réduit-il à ce que l'on veut dire? 

 

Sujets de la série L

Terminale L

Annales bac

 

 BACCALAURÉAT général

PHILOSOPHIE
SÉRIE L
 
Durée de l’épreuve : 4 heures
 

 


Dissertation 1 :
Le sens de ce que l'on dit se réduit-il à ce que l'on veut dire? 

Dissertation 2 :
Le droit de propriété doit-il être limité?

Explication de texte :

Malebranche, explication d'un texte. De la recherche de la vérité

 

Lire le sujet

 

 

Annales bac

Les corrigés

Dissertation 1

 

Le sens de ce que l’on dit se réduit-il à ce que l’on veut dire ?

 

Problématique : Qu’est-ce qui donne du sens à nos mots ?

 

Le sujet présuppose qu’il n’est pas évident que ce que nous, en tant que locuteur, soyons ceux qui donnent du sens à ce que nous disons.

 

Le sens de nos mots se réduit à ce que l’on veut dire car notre discours exprime notre pensée

A. Le langage est un système de signes permettant de lier entre eux les mots et les idées qui font sens pour le locuteur

B. Pour Hobbes, la fonction première du langage est de fixer notre pensée (qui est elle, immatérielle)

C. Aristote, père de la linguistique, présente dans De l’Interprétation 16-a, un lien direct entre les choses et ce qu’il appelle « les états de l’âme »

(ou la pensée) d’une part, et d’autre part, un lien direct avec les états de l’âme et le discours .

 

Néanmoins, il existe des cas où ce que l’on voulait dire ne se retrouve pas dans le sens de nos mots

A. Austin, linguiste américain, dans Dire c’est faire, introduit la notion de contexte, nécessaire pour comprendre le sens du discours.

Je dis « Ferme la Porte ».

Si je le dis à un ami alors que nous sommes en train de nager à la piscine, ce que je dis n’a pas de sens même si je voulais bien dire

« Ferme la Porte »

B. Mon interlocuteur, en ne comprenant pas ce que j’ai dit, a lui aussi dépouillé ce que j’ai dit de sens. Paul Grice, linguiste, explique

que l’intention chargée

dans mon discours, doit être reconnue par mon interlocuteur pour avoir du sens.

 

En effet, le sens de nos mots ne se réduit pas à nos intentions mais est garanti par plusieurs paramètres

A. Mon intention de suffit pas pour donner du sens à ce que j’ai dit. Fernand de Saussure, introduit la distinction signifié/signifiant.

Est-ce parce qu’il y a une réelle aporie à expliquer que le signifié dépendrait entièrement de mes pensées, de mon vouloir dire

B. Fernand de Saussure dit que le rapport signifié/signifiant est totalement arbitraire.

 

 

 

philosophie Washington

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau