Le poète doit-il chercher l’inspiration hors de la réalité ? Dissertation corrigée, bac 2018 série L

Le bac de philosophie

Quelles doivent être les sources d’inspiration de la poésie?

Profs en direct le jour du bac : Liban 2018

 

 

 

Epreuve anticipée de français : session 2018

Les sujets des EAF à l'étranger :

séries générales : Liban

Série L

** Les sujets sont mis en ligne

Série L

Durée 4 heures

I. Vous répondrez d’abord à la question suivante (4 points) :

Quelles sont, dans ces textes, les fonctions du rêve pour les poètes ?

II. Travail d’écriture (16 points) :

1. Commentaire Vous ferez le commentaire du texte d’Aragon (texte D).

2. Dissertation Le poète doit-il chercher l’inspiration hors de la réalité ? Vous appuierez votre réflexion sur les textes du corpus et sur les textes que vous avez étudiés en classe ou rencontrés au cours de vos lectures et recherches personnelles.

3. Sujet d’invention Le Douanier Rousseau nous livre dans ce tableau l’image d’un rêve possible. Dans un texte poétique, en vers, en vers libres ou en prose, vous transcrirez ce rêve. Vous veillerez à utiliser de nombreuses images poétiques et insisterez sur les sensations éprouvées par le narrateur. 

Dissertation

Sujet :Le poète doit-il chercher l’inspiration hors de la réalité ?

A définir : poète - inspiration

Il est difficile de définir la poésie, son rôle et ses fonctions. Pour certains, la poésie doit s’inspirer du quotidien ; pour d’autres, elle doit plutôt nous « déconnecter » du réel, grâce au pouvoir de l’imagination. Puisqu'en effet les mots « inspiration » et « hors de la réalité » renvoient aux thèmes que doit choisir le poète. Alors on peut croire que le poète puise sa poésie soit dans le quotidien, soit en se coupant du réel. Ces attitudes apparemment inconciliables sont pourtant complémentaires.

Nous pouvons alors nous demander, quelles doivent être les sources d’inspiration de la poésie. Pour répondre à ce questionnement, nous verrons tout d'abord que la poésie s'inspire du réel, puis nous nuancerons notre propos en évoquant une poésie qui s'en écarte pour une autre source d'inspiration

Dans un premier temps nous pouvons dire que la poésie s'inspire du quotidien, la poésie est attentive au quotidien social, voire politique. Alors comme le fait Aragon dans de nombreux poèmes, la poésie peint le réel pour dévoiler, dénoncer puisque le poète veut nous faire prendre conscience de la réalité sociopolitique. Cette poésie est alors appelée « engagée » : elle cherche à agir sur le réel, à l’améliorer pour que les lendemains soient meilleurs, parce que la poésie est une « arme chargée de futur » (Gabriel Celaya). Par exemple, la poésie de la liberté de Victor Hugo « Melancholia » sur le travail des enfants au XIXième siècle.

Ainsi la poésie ferait voir le quotidien sous un jour différent, le poète fait voir comme pour la première fois une réalité habituelle. Ainsi Desnos dans son poème « A la faveur de la nuit » (texte C), fait apparaître la vision d'une ombre comme une apparition enchanteresse conclue par une déception sentimentale. On peut alors penser que la poésie fait découvrir les liens secrets entre les éléments du réel : le poète ne créerait pas à partir de rien, mais transformerait les éléments du réel pour créer un nouveau monde, à l'instar de Thomas More dans Utopie.

la poésie, s'inspire en redonnant une autre réalité aux mots. En effet la poésie redonne aux mots du quotidien leur réalité d'origine, ainsi comme nous le voyons dans le corpus, le rêve prend tout son sens, redevenant le lieu de tous les possibles, où l'inconscient est maître. La poésie fait que le mot ne recouvre pas une réalité, mais toutes ses réalités, ses possibles. Sartre affirmait que la poésie « ne se sert pas des mots comme la prose ; elle ne s’en sert pas du tout ; je dirais plutôt qu’elle les sert. […] Et comme le poète n’utilise pas le mot, il ne choisit pas entre des acceptions diverses et chacune d’elles […] se fond sous ses yeux avec les autres acceptions […]. Ainsi Florence est ville et fleur et femme, elle est ville-fleur et ville-femme et fille-fleur tout à la fois ». Le poète s'inspirerait bien du quotidien dans sa poésie, mais tout en redonnant aux choses du réel leur juste valeur, bien que le poète puisse également s'éloigner du quotidien pour son inspiration poétique.

 Dans un second temps, nous pouvons dire que la poésie éloigne du réel, fait rêver et imaginer… Ainsi le poète puiserait son inspiration hors du réel.

Alors, nous pouvons commencer par dire que le poète et la poésie, par nature, ont un lien avec le rêve, puisque le poète est un rêveur : il n’a pas les pieds sur terre. Pour Victor Hugo, le poète est un « rêveur sacré ». Comme dans le poème d'Aragon, « Les Lilas » (texte D), il nous est possible de voir que le poète se trouve entre « songe et réalité », qu'il s'inspire autant de l'imaginaire, de ce qu'il désirerait, que le poème s'inspire des sentiments du poète. Alors la poésie parle du monde du rêve, des émotions, de l’indicible : ses thèmes sont le rêve, l’idéal, loin du réel.

Alors nous pouvons dire qu'il existe un pouvoir d'évasion de la poésie, puisqu'en effet celle-ci permet d'oublier le réel ou du moins de flouter les frontières entre réalité et imaginaire. Alors dans le texte A, Victor Hugo semble perdu dans sa rêverie, tandis qu'il « rêve à la fenêtre ». La poésie permettrait donc de s’éloigner d’un lieu bien réel qui n’apporte que tristesse, le poète ferait alors de sa poésie grâce à une inspiration hors du réel, une poésie de l’exil, de la nostalgie. Elle permet de s’éloigner d’une situation personnelle douloureuse, en la sublimant, comme au texte C où Desnos sublime un être qui n'est pas celui qu'il voyait au départ. Ainsi nous pouvons aussi penser à Apollinaire, dans « Poèmes à Lou », où un amour malheureux devient un poème où est placé en son centre l'apologie de l'amour. Nous pouvons penser que l'inspiration hors du réel pour le poète lui permet de s’éloigner de la dureté de la condition humaine. Comme Baudelaire, qui était déchiré entre le spleen et l’aspiration à l’idéal dans « Élévation », voulait s’envoler « bien loin de ces miasmes morbides ». Ainsi face à la dureté de la réalité, la poésie introduit le rêve, inspiration et déclencheur de la poésie pour le poète.

Pour conclure, nous pouvons rappeler que nous nous sommes interrogés sur les sources d'inspirations du poète. Mais ne peut-on pas dépasser cette alternative : poésie du quotidien ou poésie de l’imaginaire ? En effet, l’imaginaire et surtout le rêve relèvent du quotidien du lecteur et le plus souvent c'est de cela que les poètes s’ inspirent. Cependant et en même temps, l’imaginaire permet de dévoiler le quotidien, comme le fait Desnos dans de nombreux poèmes. Nous pourrions rapprocher ce sujet de la question quant à la place du lecteur dans l'inspiration poétique du poète.

 

 

français Liban 2018

Spécial bac de français 2018, Liban toutes séries

Spécial bac de français 2018, métropole, à l'étranger, DOM-TOM

Pour aller plus loin