- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Eloge de la sincérité, Montesquieu, plan pour un commentaire de la première partie, "on croit.... de ce qui n'est point"

Dnbac commentaires

Découverte d'une notion initiatique

 

 

  • Eloge de la sincérité, première partie
  • Montesquieu
  • Lecture du texte :
  • Eloge de la sincérité, Montesquieu
  • On croit, par la douceur de la flatterie, avoir trouvé le moyen de rendre la vie délicieuse. Un homme simple qui n’a que la vérité à dire est regardé comme le perturbateur du plaisir public. On le fuit, parce qu’il ne plaît point ; on fuit la vérité qu’il annonce, parce qu’elle est amère ; on fuit la sincérité dont il fait profession parce qu’elle ne porte que des fruits sauvages ; on la redoute, parce qu’elle humilie, parce qu’elle révolte l’orgueil, qui est la plus chère des passions, parce qu’elle est un peintre fidèle, qui nous fait voir aussi difformes que nous le sommes.
  • Il ne faut donc pas s’étonner si elle est si rare : elle est chassée, elle est proscrite partout. Chose merveilleuse ! Elle trouve à peine un asile dans le sein de l’amitié.
  • Toujours séduits par la même erreur, nous ne prenons des amis que pour avoir des gens particulièrement destinés à nous plaire : notre estime finit avec leur complaisance ; le terme de l’amitié est le terme des agréments. Et quels sont ces agréments ? Qu’est-ce qui nous plaît davantage dans nos amis ? Ce sont les louanges continuelles, que nous levons sur eux comme des tributs.
  • [D’où vient qu’il n’y a plus de véritable amitié parmi les hommes ? Que ce nom n’est plus qu’un piège, qu’ils emploient avec bassesse pour se séduire ? « C’est dit un poète, pace qu’il n’y a plus de sincérité. »]
  • En effet, ôter la sincérité de l’amitié, c’est en faire une vertu de théâtre ; c’est défigurer cette reine des cœurs ; c’est rendre chimérique l’union des âmes ; c’est mettre l’artifice dans ce qu’il y a de plus saint et la gêne dans ce qu’il y a de plus libre. Une telle amitié, encore un coup, n’en a que le nom, et Diogène avoit raison de la comparer à ces inscriptions que l’on met sur les tombeaux, qui ne sont que de vains signes de ce qui n’est point.
  • Plan possible pour un  commentaire :
    Introduction
    I -  De la sincérité à la vérité
    Un éloge de la sincérité
    Un éloge de la vérité
    Un éloge de la connaissance de soi 
    Transition
    II - Une notion initiatique, l'amitié
     Critique de l'amitié agrément
     Diogène et Montesquieu
    Conclusion
    Ouverture

 

 

 

 

A consulter 

Autres documents pour le bac

Montesquieu

Ajouter un commentaire