- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Montesquieu,analyse bac de l'Eloge de la sincérité, seconde partie

Dnbac commentaires

Une vertu exemplaire

 

  • Eloge de la sincérité, seconde partie
  • Montesquieu
  • Lecture du texte
  • Éloge de la sincérité, seconde partie
  • De la sincérité par rapport au commerce des Grands
  • Montesquieu
  • Ceux qui ont le cœur corrompu méprisent les hommes sincères, parce qu’ils parviennent rarement aux honneurs et aux dignités ; comme s’il y avoit un plus bel emploi que celui de dire la vérité ; comme si ce qui fait faire un bon usage des dignités n’étoit pas au dessus des digités mêmes.
  • En effet, la sincérité même n’a jamais tant d’éclat que lorsqu’on la porte à la cour des princes, le centre des honneurs et de la gloire. On peut dire que c’est la couronne d’Ariane, qui est placée dans le ciel. C’est là que cette vertu brille des noms de magnanimité, de fermeté et de courage ; et comme les plantes ont plus de force lorsqu’elles croissent dans les terres fertiles, aussi la sincérité est plus admirable auprès des grands, où la majesté même du Prince, qui ternit tout ce qui l’environne, lui donne un nouvel éclat.
  • Un homme sincère à la cour d’un prince est un homme libre parmi des esclaves. Quoiqu’il respecte le Souverain, la vérité, dans sa bouche, est toujours souveraine, et, tandis qu’une foule de courtisans est le jouet des vents qui règnent et des tempêtes qui grondent autour du trône, il est ferme et inébranlable, parce qu’il s’appuie sur la vérité, qui est immortelle par sa nature et incorruptible par son essence.
  • Il est, pour ainsi dire, garant envers les peuples des actions du Prince. Il cherche à détruire, par ses sages conseils, le vice de la cour, comme ces peuples qui, par la force de leur voix, vouloient épouvanter le dragon qui éclipsoit, disoient-ils, le soleil ; et, comme on adoroit autrefois la main de Praxitèle dans ses statues, on chérit un homme sincère dans la félicité des peuples, qu’il procure, et dans les actions vertueuses des princes, qu’il anime.
  • Lorsque Dieu, dans sa colère, veut châtier les peuples, il permet que des flatteurs se saisissent de la confiance des princes, qui plongent bientôt leur État dans un abîme de malheurs. Mais, lorsqu’il veut verser ses bénédictions sur eux, il permet que des gens sincères aient le cœur de leurs rois et leur montrent la vérité, dont ils ont besoin comme ceux qui sont dans la tempête ont besoin d’une étoile favorable qui les éclaire.
  • Plan possible pour un commentaire 
    Introduction
    I - La sincérité du point de de l'homme digne et vertueux 
    Transition
    II - La sincérité du point de vue du commerce des grands
    Transition
    III - Une vertu recherchée car la sincérité incarne la noblesse 
    Conclusion
    Ouverture

 

 

 

 

A consulter 

Autres documents pour le bac

EAF Montesquieu

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau