- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Les Fourberies de Scapin, Molière, mise en scène, Jean Louis Benoît

DNBAC

 

Mise en scène de Jean Louis Benoît, les Fourberies de Scapin

 

Résumé :

Interview de Jean-Louis Benoît qui explique avoir cherché à retrouver dans sa mise en scène l'esprit d'une pièce à tréteaux. Un extrait du spectacle, la scène où Scapin enferme Géronte dans un sac et le bat (acte III, scène 2), vient illustrer ce propos, puis Philippe Torreton insiste sur le caractère retors et solitaire de Scapin.

Type de média :
Format court - Vidéo - Magazine
Date de diffusion :
20 décembre 1997
Source :
FR3 (Collection: Mise en scène )
Compagnie :
Comédie-Française
Oeuvre(s) :
  • Les Fourberies de Scapin ( Molière - Auteur / Jean-Louis Benoît - Mise en scène)
Artistes et personnalités :
  • Molière - Auteur
  • Jean-Louis Benoît - Mise en scène
  • Gérard Giroudon - Acteur(trice)
  • Philippe Torreton - Acteur(trice)
Thèmes :
  • Théâtre > Auteurs du XVIIe siècle
Lieux :
  • Europe > France > Ile-de-France > Paris > Comédie-Française

DNBAC

Jean-Louis Benoit

Metteur en scène, auteur, scénariste et réalisateur, Jean-Louis Benoit est né en 1947. Il remporte en 1998, le Molière du meilleur metteur en scène pour Les Fourberies de Scapin joué par Philippe Torreton à la Comédie-Française. 

Avec Les Fourberies de Scapin, qu'il crée en 1671, Molière revient à ses premières amours, la comédie farcesque à l'italienne mettant en valeur la virtuosité actoriale de ses interprètes : il cherche ainsi à réaffirmer le primat du théâtre pur après plusieurs années d'association avec le compositeur Lully, avec lequel il vient de se brouiller ; il s'efforce également de renouer avec le rôle du valet vedette qui lui avait offert ses premiers succès de comédien, avec le Mascarille de L'Etourdi et des Précieuses ridicules. Mais il est malade, physiquement diminué, et sa performance n'est pas à la hauteur de son ambition : le spectacle est un échec, et ne sera pas repris du vivant de Molière. La pièce connaîtra cependant une immense fortune dès 1680, après la mort de Molière.

Réécriture d'une comédie romaine antique, le Phormion de Térence, Les Fourberies de Scapin empruntent aussi largement à l'esthétique de la commedia dell'arte, pour laquelle Molière a beaucoup d'admiration (le valet fourbe Scapin reprend ainsi les caractéristiques du Scappino italien), ainsi que de la farce populaire du début du XVIIe siècle (la scène du sac est une version enrichie d'un numéro de Tabarin).

Au rebours de la tradition dominante, Philippe Torreton n'est pas un Scapin virevoltant et bouffon : au milieu d'une troupe déchaînée, il présente au contraire un calme désabusé, une gravité mélancolique et une surprenante économie de gestes. Solitaire et lucide sur les égoïsmes qui l'entourent, il semble intervenir dans les intrigues des autres personnages par pure passion du jeu, se jouant d'eux comme le ferait un montreur de marionnettes. La mise en scène tout entière est placée sous le signe de l'amour du théâtre, à commencer par la fameuse scène du sac, encadrée par un second rideau de scène.

Voir Les Fourberies de Scapin mises en scène par Jean-Pierre Vincent au Festival d'Avignon (1990)

Dom Juan Molière baroque classique théâtral rire critique oeuvre intégrale mythe libertinage réécriture pièce

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau