- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

•Questions sur corpus corrigées, EAF, séries générales, objet d'étude le théâtre; Corpus de textes sur Racine

DNBac

 

 
   

Questions sur corpus corrigées, EAF, séries générales, objet d'étude le théâtre; Corpus de textes sur Racine

 

Séries générales

Objets d'étude : le théâtre, texte et représentation

*** Sujet EAF corrigé

convaincre, persuader, délibérer

  • Textes et document iconographique
  • A. Jean Racine [1639-1699], Bérénice, acte I, scène 1.
  • B. Jean Racine, Bérénice, acte V, scène 5 (vers 1303-1347).
  • C. Interview du scénographe et peintre Gilles Aillaud [1928-], parue dans Théâtre aujourd'hui, CNDP, 1993.
  • D. Document iconographique : photo de la mise en scène de Klaus Michael Grüber à la Comédie française, 1986, scénographie de Gilles
  • Aillaud, Théâtre aujourd'hui.
  • Annexe
  • Bérénice, liste des personnages.

A. Présentation du sujet

1. Ce sujet croise deux objets d'étude.

- Objet d'étude principal : théâtre et représentation :

Le choix d'un texte de scénographe et d'une photographie de son spectacle doivent permettre

de réfléchir sur les différentes options qu'on peut prendre lorsqu'on "représente" une pièce.

Le sujet de dissertation permet de mettre en perspective la tradition scolaire de l'approche

théâtrale ("lire") et les conditions de diffusion sociales du théâtre.

- Objet d'étude : convaincre, persuader, délibérer : l'essai, le dialogue, l'apologue :

Le corpus propose deux formes de dialogue : dialogue théâtral et interview.

Dans un cas, un dialogue impossible (Bérénice), dans l'autre, un pseudo dialogue. Les

connaissances des élèves pourront leur servir dans le cadre du commentaire, ou pour le sujet

d'invention lorsqu'ils réagiront sur le travail de Gilles Aillaud.

2. Les élèves auront aussi la possibilité d'exploiter leurs connaissances en histoire littéraire

(classicisme / le théâtre au XVIIème siècle) tant pour le commentaire que pour la dissertation.

Racine conçoit ses pièces comme des oeuvres à représenter devant le Roi et la cour, et pour

Bérénice, il s'agit même d'un acte politique. "La pompe de ces lieux" redouble celle du lieu de la

représentation. Les connaissances qu’ont les élèves sur le contexte historique de la création de

la pièce seront utiles pour critiquer la démarche de G. Aillaud qui affirme ne pas tenir compte du

contexte de rédaction de la pièce.

3. Le travail d'écriture d'invention présente enfin l'intérêt de proposer aux élèves de choisir

une position aussi bien qu'un registre. L'argumentation peut-être développée aussi bien en

partant de la démarche du scénographe que du résultat de son travail, mais aussi à partir de ce

qu'auraient imaginé les élèves à la lecture du texte (lien avec la question n°1).

Le sujet est l'occasion de mettre en oeuvre des connaissances acquises en lecture de

l'image, et plus particulièrement de réinvestir ce qui aura été vu en termes de représentation

théâtrale (position des personnages dans l'espace, valeur des éléments du décor, costumes…).

B. Questions

1. Quelles indications concernant l'espace scénique de Bérénice vous donnent les deux textes de Racine (textes A et B) ?

2. En prenant appui sur la photographie et sur l'interview de G. Aillaud, présentez brièvement les choix du scénographe.

Question 1

Critères d'évaluation

- observation précise des textes ;

- connaissance des didascalies internes ;

- utilisation du paratexte ;

- capacité d'induction.

Proposition de corrigé

Texte A

Les élèves trouveront aisément (grâce à la lecture du texte de G. Aillaud) que le lieu est à

considérer comme un espace médian entre les appartements de Titus et de Bérénice.

Les termes de "pompe" et de "superbe" (expliqués en note) posent la question de la manière

dont le pouvoir orgueilleux cherche à s'illustrer. L'étonnement d'Arsace redouble celui du

spectateur et se charge de l'exprimer (les élèves ne sont pas censés connaître le sens

classique du verbe, mais peuvent s'interroger sur cet étonnement).

"Cabinet solitaire", répétition du mot "secret" : ces notations peuvent permettre de

s'interroger sur le paradoxe du secret violé par le regard du spectateur et sur la manière de le

représenter.

Les plus attentifs s'interrogeront sur le "Arrêtons un moment" qui inaugure la pièce et

pourront trouver dans le texte B des éléments pour nourrir leur réflexion.

Texte B

La connaissance des règles du théâtre classique ("en un lieu…") peut amener les élèves à

quelques remarques pertinentes : il s'agit du même lieu ; cette unité renforce le caractère

statique - déjà pressenti dans le "Arrêtons…"- et qui pourra être confirmé par la contradiction

entre les affirmations de Bérénice ("je pars") et le fait qu'elle "demeure".

Les élèves pourront néanmoins signaler un problème : le lieu est désigné comme celui des

"appartements" de Bérénice, appartements décorés de festons où les noms des deux amants

sont enlacés ; l’espace scénique apparaît ainsi comme le lieu d'amour, contraire à l'orgueil

solitaire du cabinet qui se présentait en scène 1.

On pourra aboutir à une réflexion sur l'espace scénique : faudrait-il imaginer deux décors ?

faut-il concevoir un lieu à fonctions multiples, susceptible de représenter les deux lieux ?

Enfin, la présence de la rumeur du peuple peut faire imaginer un espace ouvert sur Rome.

Question 2

Critères d'évaluation

- observation du texte et de l'image ;

- repérage de l'essentiel ;

- reformulation.

Proposition de corrigé

La lecture du texte de G. Aillaud et l'observation de l'image permettent d'effectuer les

remarques suivantes :

- la scénographie n'a pas recours à des références contextuelles ou textuelles ; on note

l’atemporalité des choix pour le décor et les costumes. Même si les élèves ne savent pas que la

référence à Dioclétien est un anachronisme, ils peuvent constater que les marqueurs temporels

sont quasiment absents et que la pierre au centre du décor évoque une idée d'immuabilité.

- Gilles Aillaud conçoit un espace binaire : le masculin, romain, "dur" de Titus ; le féminin

oriental, "flottant" de Bérénice. Cette conception cherche à souligner la distance qui s'est

construite entre les deux amants et que confirme l'éloignement des deux corps sur la photo. On

peut constater que les regards ne se rencontrent pas.

Questions corpus

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau