Candidats libres   Descriptifs   Oeuvres intégrales   L'entretien EAF  Coaching scolaire    Lycées français à l'étranger  Dobac

Les annales 2018  -  L'actualité du bac 2018 - Bac 2019 L'actualité du brevet 2018 - Brevet 2019 -

La Fontaine, la Cour du lion à l'oral EAF. Problématique, plan,commentaire. symbolisme animalier, fonctions de la fable, plaire et instruire

ORAUX EAF

Un récit divertissant, une dénonciation de la tyrannie et une leçon sociale. Les fonctions du symbolisme animalier dans les fables de La Fontaine.

 

 

« La Cour du Lion », livre VII, Fable VII à l'oral EAF

 

ORAUX EAF

Texte

La Cour du Lion

Sa Majesté Lionne un jour voulut connaître

De quelles nations le Ciel l'avait fait maître.

Il manda donc par députés

Ses vassaux de toute nature,

Envoyant de tous les côtés

Une circulaire écriture,

Avec son sceau. L'écrit portait

Qu'un mois durant le Roi tiendrait

Cour plénière, dont l'ouverture

Devait être un fort grand festin,

Suivi des tours de Fagotin.

Par ce trait de magnificence

Le Prince à ses sujets étalait sa puissance.

En son Louvre il les invita.

Quel Louvre ! Un vrai charnier, dont l'odeur se porta

D'abord au nez des gens. L'Ours boucha sa narine :

Il se fût bien passé de faire cette mine,

Sa grimace déplut. Le Monarque irrité

L'envoya chez Pluton faire le dégoûté.

Le Singe approuva fort cette sévérité,

Et flatteur excessif il loua la colère

Et la griffe du Prince, et l'antre, et cette odeur :

Il n'était ambre, il n'était fleur,

Qui ne fût ail au prix. Sa sotte flatterie

Eut un mauvais succès, et fut encore punie.

Ce Monseigneur du Lion-là

Fut parent de Caligula.

Le Renard étant proche : Or çà, lui dit le Sire,

Que sens-tu ? Dis-le-moi : parle sans déguiser.

L'autre aussitôt de s'excuser,

Alléguant un grand rhume : il ne pouvait que dire

Sans odorat ; bref, il s'en tire.

Ceci vous sert d'enseignement :

Ne soyez à la cour, si vous voulez y plaire,

Ni fade adulateur, ni parleur trop sincère,

Et tâchez quelquefois de répondre en Normand.

 

Notes pour un commentaire

Problématiques possibles

En quoi ce récit est-il à la fois divertissant et instructif?

Etudier le symbolisme animalier

Montrez que cette fable est à la fois une dénonciation de la tyrannie et une leçon sociale

En quoi cette fable est-elle une leçon universelle? 

I- Un récit divertissant

Les éléments constituant une fable

"Sa Majesté Lionne un jour voulut", "L'Ours boucha sa narine", "Le Singe approuva" (v.20), "Le Renard [...] aussitôt de s'excuser" (v. 28/30) = personnification : les animaux représentent les personnages et sont des personnes (symbolisme animalier).

"voulut" (v.), "manda" (v.2), "portait" (v.7), "devrait" (v.) = imparfait et passé simple (qui sont des temps utilisés pour un récit)

Schéma narratif respecté avec une situation initiale (= volonté du Roi de connaître ses sujets et organisation d'une fête), élément perturbateur (l'ours trouve que l'odeur est fort désagréable), péripéties (l'ours est condamné, le singe approuve et est condamné également), élément de résolution (le renard est interloqué pour faire la justice et esquive la question), situation finale sous-entendue (le renard s'en tire et le lion arrête sa boucherie).

Un récit vivant

V./2, 3/7, 7/ : enjambements qui confèrent au texte un rythme continu.

V.28/29 : (discours direct), v.30 (discours narrativisé) = alternance des discours rapprochés, ce qui a pour but de rendre ce récit plus vivant.

V. (rimes suivies) v.3/6 (rimes embrassées), etc = alternance des rimes et des vers. Cela va créer un effet de répétition et de surprise afin de rendre plus vivant le récit.

"Un vrai charnier" (v.) : hyperbole = retournement de situation (différence entre le paraîtrre attendu et l'être).

II- Une dénonciation de la tyrannie

Un roi puissant et important

"Sa Majesté Lionne", "Le Prince", "Le Roi", "Le Monarque", "Ce Monseigneur du Lion-là" = périphrases pour désigner le lion. Celui-ci est important puisqu'il n'est désigné qu'en tant que roi.

"L'écrit portait/ Qu'un mois durant le Roi tiendrait/ Cour plénière, dont l'ouverture/ Devait être un fort grand festin/ Suivi des tours de Fagotin" = hyperbole qui met en valeur la puissance du roi puisqu'il peut organiser un mois de festivité et se procurer des éléments extraordinaires (un singe dressé).

"magnificence" mis à la rime avec "puissance" = ces deux mots sont mis en relation car la magnificence de la réception dénote la puissance du souverain + "En son Louvre" = mise en valeur du terme placé avant et utilisation du pronom possessif "son" + "Quel Louvre !" = phrase exclamative et nominale. Le Lion est puissant car ce qu'il possède est splendide.

Un tyran sans nom

"Le Monarque irrité/ L'envoya chez Pluton faire le dégoûté" = euphémisme. Le lion a tué l'ours car celui-ci avait montré que l'odeur le gênait. Il abuse donc de son autorité royale pour perpétuer des crimes (tyran).

"Ce Monseigneur du Lion-là/ Fut parent de Caligula" = mise en relation avec attribut du sujet. La Fontaine compare le Lion avec Caligula, empereur romain qui à la mort de sa soeur Drusilla sombra dans la folie. En effet, il mettait à mort ceux qui ne pleuraient pas la défunte car il considérait que c'était une offense. Cependant, il condamnait également à mort ceux qui la pleuraient parce que cela signifiait qu'ils ne pensaient pas qu'elle était devenue une déesse. Cela était donc également une offense. Du même coup, le Lion n'est satisfait ni par une solution, ni parl'autre, et punit par la mort.

"Dis le moi", "parle sans déguiser" = demande la vérité en l'ordonnant alors que si elle ne lui convient pas, il tuera le locuteur.

III- Une leçon sociale

L'injustice faite aux courtisans (suscite la pitié)

"Il se fut bien passé de faire cette mine/ Sa grimace déplut" = anacoluthe. Il y a une mise en valeur de la peccadille commise par l'Ours (se boucher le nez face à l'odeur nauséabonde).

"approuva", "fort", "loua" = champ lexical de l'approbation + "flatteur excessif" = complément du nom/ périphrase + "il loua la colère/ Et la griffe du Prince, et l'antre, et cette odeur" = accumulation + "Il n'était ambre, il n'était fleur,/ Qui ne fût ail au prix" = hyperbole. Le crime du Singe est d'avoir été flatteur.

"L'envoya chez Pluton faire le dégoûté", "Sa sotte flatterie/ Eut un mauvais succès, et fut encore punie" = euphémismes. Les crimes des courtisans ne méritaient pas la mort. La tyrannie du Lion fait donc d'eux des êtres suceptibles d'attirer la pitié du lecteur puisqu'il se trouve face à une injustice.

La règle de Cour (Une solution individuelle à un problème collectif)

"L'autre aussitôt de s'excuser,/ Alléguant un grand rhume : il ne pouvait que dire/ Sans odorat : bref, il s'en tire" = "s'excuser" (discours narrativisé : moyen d'éviter la fausseté), "Sans odorat : bref, il s'en tire" (rythme saccadé afin d'attirer l'attention sur la solution possible au problème). La solution serait donc d'éviter la question (LF en fait une déduction puisqu'il pose la morale sur ce principe).

"soyez", "vous sert", "tâchez" = présent de l'impérarif et utilisation de la deuxième personne du pluriel. La Fontaine donne un conseil aux courtisans mais également au lecteur (de l'époque).

"fade adulateur", "parleur trop sincère" = antithèse. La solution est de ne pas choisir son camp d'où l'expression "répondre en Normand" (répondre ni par oui ni par non par peur d'être surpris ou de s'engager).

 

 

EAF La Fontaine

Ajouter un commentaire