- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Symbole du poète animal

DNBAC

 

Le symbole du poète animal

Leconte de Lisle, « Le Sommeil du Condor », Poèmes barbares, 1862


Par-delà l’escalier des roides Cordillières,

Par-delà les brouillards hantés des aigles noirs,

Plus haut que les sommets creusés en entonnoirs

Où bout le flux sanglant des laves familières,

L’envergure pendante et rouge par endroits,

Le vaste Oiseau, tout plein d’une morne indolence,

Regarde l’Amérique et l’espace en silence,

Et le sombre soleil qui meurt dans ses yeux froids.


 

La nuit roule de l’est, où les pampas sauvages

Sous les monts étagés s’élargissent sans fin ;

Elle endort le Chili, les villes, les rivages,

Et la mer Pacifique, et l’horizon divin ;

Du continent muet elle s’est emparée :

Des sables aux coteaux, des gorges aux versants,
De cime en cime, elle enfle, en tourbillons croissants,

Le lourd débordement de sa haute marée.

Lui, comme un spectre, seul, au front du pic altier,

Baigné d’une lueur qui saigne sur la neige,

Il attend cette mer sinistre qui l’assiège :

Elle arrive, déferle, et le couvre en entier.

Dans l’abîme sans fond la Croix australe allume

Sur les côtes du ciel son phare constellé.


 

Il râle de plaisir, il agite sa plume,

Il érige son cou musculeux et pelé,

Il s’enlève en fouettant l’âpre neige des Andes,

Dans un cri rauque il monte où n’atteint pas le vent,

Et, loin du globe noir, loin de l’astre vivant,

Il dort dans l’air glacé, les ailes toutes grandes. 

Question : quelle image du poète et de la poésie apparaît dans ces textes ?

 

Paul Verlaine, « Je ne sais pourquoi… », Sagesse, 1881

Je ne sais pourquoi

Mon esprit amer

D’une aile inquiète et folle, vole sur la mer,

Tout ce qui m’est cher,

D’une aile d’effroi

Mon amour le couve au ras des flots. Pourquoi, pourquoi ?


 

Mouette à l’essor mélancolique.

Elle suit la vague, ma pensée,

À tous les vents du ciel balancée

Et biaisant quand la marée oblique,

Mouette à l’essor mélancolique.


 

Ivre de soleil

Et de liberté,

Un instinct la guide à travers cette immensité.

La brise d’été

Sur le flot vermeil

Doucement la porte en un tiède demi-sommeil.


 

Parfois si tristement elle crie

Qu’elle alarme au lointain le pilote

Puis au gré du vent se livre et flotte

Et plonge, et l’aile toute meurtrie

Revole, et puis si tristement crie !


 

Je ne sais pourquoi

Mon esprit amer

D’une aile inquiète et folle vole sur la mer.

Tout ce qui m’est cher,

D’une aile d’effroi

Mon amour le couve au ras des flots. Pourquoi, pourquoi ?

 

Tristan Corbière, « Le Crapaud », Les Amours jaunes, 1873

Un chant dans une nuit sans air…

La lune plaque en métal clair

Les découpures du vert sombre.


 

… Un chant ; comme un écho, tout vif

Enterré, là, sous le massif…

– Ça se tait : Viens, c’est là, dans l’ombre…


 

– Un crapaud ! – Pourquoi cette peur,

Près de moi, ton soldat fidèle !

Vois-le, poète tondu, sans aile,

Rossignol de la boue… – Horreur ! –


 

… Il chante. – Horreur !! – Horreur pourquoi ?

Vois-tu pas son œil de lumière…

Non : il s’en va, froid, sous sa pierre.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Bonsoir – ce crapaud-là c’est moi.

Ce soir, 20 Juillet.

 

Stéphane Mallarmé, poème appelé communément le « Sonnet du cygne », Poésies, 1899 (1887 pour la première publication) 

Le vierge, le vivace et le bel aujourd’hui

Va-t-il nous déchirer avec un coup d’aile ivre

Ce lac dur oublié que hante sous le givre

Le transparent glacier des vols qui n’ont pas fui !

 

Un cygne d’autrefois se souvient que c’est lui

Magnifique mais qui sans espoir se délivre

Pour n’avoir pas chanté la région où vivre

Quand du stérile hiver a resplendi l’ennui.

 

Tout son col secouera cette blanche agonie

 Par l’espace infligée à l’oiseau qui le nie,

Mais non l’horreur du sol où le plumage est pris.

 

Fantôme qu’à ce lieu son pur éclat assigne,

Il s’immobilise au songe froid de mépris

Que vêt parmi l’exil inutile le Cygne.

 

Date de dernière mise à jour : 23/08/2017

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau