- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Robert Antelme, l'espèce humaine

 

Robert Antelme, l'espèce humaine

 

Robert Antelme, L'espèce humaine, 1947
« À nous-mêmes ce que nous avions à dire commençait alors à nous paraître inimaginable», écrit Robert Antelme pour montrer la difficulté de parler au retour de la déportation. Et pourtant, L’Espèce humaine tente de mettre en mots une tentative bien réelle de la déshumanisation.
Dehors, la vallée est noire. Aucun bruit n'en arrive. Les chiens dor¬ment d'un sommeil sain et repu. Les arbres respirent calmement. Les insectes nocturnes se nourrissent dans les prés. Les feuilles transpirent, et l'air se gorge d'eau. Les prés se couvrent de rosée et brilleront tout à l'heure au soleil. Ils sont là, tout près, on doit pouvoir les toucher, caresser cet immense pelage. Qu'est-ce qui se caresse et comment caresse-t-on ? Qu'est-ce qui est doux aux doigts, qu'est-ce qui est seulement à être caressé ? Jamais on n'aura été aussi sensible à la santé de la nature. Jamais on n'aura été aussi près de confondre avec la toute-puissance de l'arbre qui sera sûrement encore vivant demain. On a oublié tout ce qui meurt et qui pourrit dans cette nuit forte, et les bêtes malades et seules. La mort a été chassée par nous des choses de la nature, parce que l'on n'y voit aucun génie qui s'exerce contre elles et les poursuive. Nous nous sentons comme ayant pompé tout pourrissement possible. Ce qui est dans cette salle apparaît comme la maladie extraordinaire, et notre mort ici comme la seule véritable. Si ressemblants aux bêtes, toute bête nous est devenue somptueuse ; si semblables à toute plante pourrissante, le destin de cette plante nous paraît aussi luxueux que celui qui s'achève par la mort dans le lit. Nous sommes au point de ressembler à tout ce qui ne se bat que pour manger et meurt de ne pas manger, au point de nous nive¬ler sur une autre espèce, qui ne sera jamais nôtre et vers laquelle on tend ; mais celle-ci qui vit du moins selon sa loi authentique - les bêtes ne peuvent pas devenir plus bêtes - apparaît aussi somptueuse que la nôtre « véritable» dont la loi peut être aussi de nous conduire ici. Mais il n'y a pas d'ambi¬guïté, nous restons des hommes, nous ne finirons qu'en hommes. La distance qui nous sépare d'une autre espèce reste intacte, elle n'est pas historique. C'est un rêve SS de croire que nous avons pour mission historique de changer d'espèce, et comme cette mutation se fait trop lentement, ils tuent. Non, cette maladie extraordinaire n'est autre chose qu'un moment culminant de l'histoire des hommes. Et cela peut signifier deux choses : d'abord que l'on fait l'épreuve de la solidité de cette espèce, de sa fixité. Ensuite, que la variété des rapports entre les hommes, leur couleur, leurs coutumes, leur formation en classes masquent une vérité qui apparaît ici éclatante, au bord de la nature, à l'approche de nos limites : il n'y a pas des espèces humaines, il y a une espèce humaine. C'est parce que nous sommes des hommes comme eux que les SS seront en définitive impuissants devant nous. C'est parce qu'ils auront tenté de mettre en cause l'unité de l'espèce qu'ils seront fina¬lement écrasés. Mais leur comportement et notre situation ne sont que le grossissement, la caricature extrême - où personne ne veut, ni ne peut sans doute se reconnaître - de comportements, de situations qui sont dans le monde et qui sont même cet « ancien monde véritable» auquel nous rêvons. Tout se passe effectivement là-bas comme s'il y avait des espèces - ou plus exactement comme si l'appartenance à l'espèce n'était pas sûre, comme si l'on pouvait y entrer et en sortir, n'y être qu'à demi ou y parvenir pleinement, ou n'y jamais parvenir même au prix de générations -, la division en races ou en classes étant le canon de l'espèce et entretenant l'axiome toujours prêt, la ligne ultime de défense : « Ce ne sont pas des gens comme nous. » Eh bien, ici, la bête est luxueuse, l'arbre est la divinité et nous ne pou¬vons devenir ni la bête ni l'arbre. Nous ne pouvons pas et les SS ne peuvent pas nous y faire aboutir. Et c'est au moment où le masque a emprunté la figure la plus hideuse, au moment où il va devenir notre figure, qu'il tombe. Et si nous pensons alors cette chose qui, d'ici, est certainement la chose la plus considérable que l'on puisse penser: « Les SS ne sont que des hommes comme nous» [...] nous sommes obligés de dire qu'il n'y a qu'une espèce humaine.

 

L'oral de français sur Robert Antelme, l'espèce humaine

ORAUX EAF

Les questions probables sur L'espèce humaine, oral préparé de 38 questions avec réponses en commentaire

  • Robert Antelme, L'espèce humaine, 1947
  • Oral préparé de 38 questions avec réponses en commentaire
  • Extrait :
  • « À nous-mêmes ce que nous avions à dire commençait alors à nous paraître inimaginable», écrit Robert Antelme pour montrer la difficulté de parler au retour de la déportation. Et pourtant, L’Espèce humaine tente de mettre en mots une tentative bien réelle de la déshumanisation. ......  « Les SS ne sont que des hommes comme nous» [...] nous sommes obligés de dire qu'il n'y a qu'une espèce humaine.

  • L'oral se présente ainsi :

  • 38 questions avec réponses en commentaire. Les questions suivent les axes de l'étude proposée, elles se présentent ainsi :

Plan de l'étude :

  •  
  • I- Le Choc des contrastes : la condition humaine au camp : 10 questions

  • A) La nature : 3 questions

  •  B) L'homme : 7 questions

  • II-Le "rêve du SS": diviser : 11 questions

  • A) La division : 7 questions

  • B) L'horreur euphémisée : 4 questions

  •  III-L'espèce humaine d'après Antelme : 6 questions

  • A)La démonstration de l'absurde : 3 questions

  • B)L'humanité qui anéantit le mal : 3 questions

  • Conclusioin : 2 questions

  • Ouverture

  • Lire la suite 

 

Date de dernière mise à jour : 24/08/2017

Commentaires

  • AngeCC
    Une idée d'overture pour ce texte ?
    Merci d'avance.
  • YogaWodka
    • 2. YogaWodka Le 30/11/2015
    Introduction : Il existe une littérature riche et bouleversante, sur le plan humain et philosophie qui est née du tRaumatisme des camps de concentration.
  • Velox2.0
    • 3. Velox2.0 Le 09/06/2015
    Bonjours, je ne suis pas tomber dessus lors de l'oral blanc met je vous tiendrai au courant si jamais je l'ai au bac de français.
  • velox2.0
    • 4. velox2.0 Le 30/01/2015
    merci beaucoup, ça pourra m'aider pour mon bac blanc qui sera dans 1h