Candidats libres   Descriptifs   Oeuvres intégrales   L'entretien EAF  Coaching scolaire    Lycées français à l'étranger  Docbac

Les annales 2018  -  L'actualité du bac 2018 - Bac 2019 L'actualité du brevet 2018 - Brevet 2019 -

Montaigne, De l'amitié, Les Essais, Livre I, XXVIII - En quoi peut-on parler d'une autobiographie au service de l'argumentation?

Dnbac commentaires

 

Montaigne, Les Essais, livre I, XXVIII - De l'amitié -
  • Le document fait trois pages word police 12, il comprend une introduction, trois parties développées avec chacune plusieurs arguments, des transitions, une conclusion et une ouverture.
  • Montaigne, commentaire du Livre I, XXVIII, De l'amitié les genres de l'argumentation, questions sur textes
    • Montaigne, les Essais, livre 1, XXVIII
    • "au demeurant... ni qui fut ou tien ou mien"
    • De l'amitié
    problématiques possibles  :
    • en quoi peut on parler d'une autobiographie au service de l'argumentation?
    • en quoi est ce un texte argumentatif?
    Plan de l'étude
    • I - La distinction entre une amitié véritable et de simples relations
    • II - Le tableau touchant d'une union fusionnelle
    • III - Une rencontre soumise à une nécessité qui dépasse le discours
  • Extrait de l'étude :
    Les essais de Montaigne, écrit depuis son domaine ou il s’est retiré de 1570 à sa mort (1592), est un ouvrage riche et même touffu, qui suit le cours des lectures et réflexions de l’auteur. Il crée ainsi un genre nouveau, libre, qui traite de sujet variés sans prétendre en épuiser la matière de l’auteur. Faire « l’essai », c’est a la fois pour Montaigne mettre a l’épreuve de son jugement( il fait « l’essai »de) devant ses expériences de vie et de pensée mais c’est également essayer au sens de tenter avec modestie, de rendre compte du cheminement de ses réflexions pour lui-même et ses proches. L’extrait du livre I, « de l’amitié », que nous allons étudier analyse avec autant de sincérité que de finesse les liens profonds qui ont unis l’auteur et Etienne de la Boétie, cinq ans plus tard. Montaigne distingue d’abord cette amitié sincère de simples « accointances, puis il brosse le tableau touchant d’une union entre les deux hommes, enfin il élève leur rencontre au range d’une nécessité »fatale » difficile à exprimer.

Date de dernière mise à jour : 25/08/2017