- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Jean Racine, Phèdre, V, 7, vers 1623 à 1655

 

Racine
 
 
 

OBJET D’ÉTUDE : LE THÉÂTRE

Le texte théâtral et sa représentation du XVIIe siècle à nos jours

LA  : Jean Racine, Phèdre (1677)

 

 

Acte V, scène 7 (vers 1623 à 1655).

 

 

Phèdre

Non, Thésée, il faut rompre un injuste silence : Il faut à votre fils rendre son innocence. II n'était point coupable.

 

Thésée

                                Ah ! Père infortuné ! Et c'est sur votre foi que je l'ai condamné ! Cruelle, pensez-vous être assez excusée...

 

Phèdre

Les moments me sont chers, écoutez-moi, Thésée, C'est moi qui sur ce fils chaste et respectueux Osai jeter un œil profane, incestueux. Le ciel mit dans mon sein une flamme funeste ; La détestable Oenone a conduit tout le reste. Elle a craint qu'Hippolyte, instruit de ma fureur, Ne découvrît un feu qui lui faisait horreur. La perfide, abusant de ma faiblesse extrême, S'est hâtée à vos yeux de l'accuser lui−même. Elle s'en est punie, et fuyant mon courroux, A cherché dans les flots un supplice trop doux. Le fer aurait déjà tranché ma destinée ; Mais je laissais gémir la vertu soupçonnée. J'ai voulu, devant vous exposant mes remords, Par un chemin plus lent descendre chez les morts. J'ai pris, j'ai fait couler dans mes brûlantes veines Un poison que Médée apporta dans Athènes. Déjà jusqu'à mon cœur le venin parvenu Dans ce cœur expirant jette un froid inconnu, Déjà je ne vois plus qu'à travers un nuage Et le ciel et l'époux que ma présence outrage ; Et la mort, à mes yeux dérobant la clarté, Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

Panope Elle expire, Seigneur.

Thésée D'une action si noire Que ne peut avec elle expirer la mémoire ! Allons, de mon erreur, hélas ! trop éclaircis, Mêler nos pleurs au sang de mon malheureux fils ! Allons de ce cher fils embrasser ce qui reste, Expier la fureur d'un vœu que je déteste. Rendons-lui les honneurs qu'il a trop mérités, Et pour mieux apaiser ses mânes irrités, Que malgré les complots d'une injuste famille Son amante aujourd'hui me tienne lieu de fille !

 

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau