Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales     L'entretien EAF    Coaching scolaire      Lycées français à l'étranger 

Les annales 2018  -  L'actualité du bac 2018  -  L'actualité du brevet 2018

Questionnaire sur la lettre 81 "Un an se passa..." Les Liaisons dangereuses, Laclos, série L   

ORAUX EAF

 

 

*** *** Répondez aux questionnaires après lecture du document ci-joint en haut de la page : commentaire la Liaisons dangereuses, lettre 81, série L

 

 

Objet d'étude : le roman

Le personnage de roman du XVII à nos jours

COnstruction du personnage à travers la variété des époques et des formes

Choderlos de Laclos,les Liaisons dangereuses, 1782

Lettre LXXXI : La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont.

 

Un an se passa dans ces occupations différentes. Mon deuil me permettant

alors de reparaître, je revins à la Ville avec mes grands projets; je ne

m'attendais pas au premier obstacle que j'y rencontrai.

Cette longue solitude, cette austère retraite, avaient jeté sur moi un

vernis de pruderie qui effrayait nos plus agréables; ils se tenaient à

l'écart, et me laissaient livrée à une foule d'ennuyeux, qui tous

prétendaient à ma main. L'embarras n'était pas de les refuser; mais plusieurs

de ces refus déplaisaient à ma famille, et je perdais dans ces tracasseries

intérieures, le temps dont je m'étais promis un si charmant usage. Je fus donc

obligée, pour rappeler les uns et éloigner les autres, d'afficher quelques

inconséquences, et d'employer à nuire à ma réputation, le soin que je

comptais mettre à la conserver. Je réussis facilement, comme vous pouvez

croire. Mais n'étant emportée par aucune passion, je ne fis que ce que je

jugeai nécessaire, et mesurai avec prudence les doses de mon étourderie.

Dès que j'eus touché le but que je voulais atteindre, je revins sur mes

pas, et fis honneur de mon amendement à quelques-unes de ces femmes qui, dans

l'impuissance d'avoir des prétentions à l'agrément, se rejettent sur celles

du mérite et de la vertu. Ce fut un coup de partie qui me valut plus que je

n'avais espéré. Ces reconnaissantes Duègnes s'établirent mes apologistes; et

leur zèle aveugle pour ce qu'elles appelaient leur ouvrage, fut porté au

point qu'au moindre propos qu'on se permettait sur moi, tout le parti Prude

criait au scandale et à l'injure. Le même moyen me valut encore le suffrage

de nos femmes à prétentions, qui, persuadées que je renonçais à courir la

même carrière qu'elles, me choisirent pour l'objet de leurs éloges, toutes

les fois qu'elles voulaient prouver qu'elles ne médisaient pas de tout le

monde.

Cependant ma conduite précédente avait ramené les Amants; et pour me

ménager entre eux et mes fidèles protectrices, je me montrai comme une femme

sensible, mais difficile, à qui l'excès de sa délicatesse fournissait des

armes contre l'amour.

Alors je commençai à déployer sur le grand Théâtre, les talents que je

m'étais donnés. Mon premier soin fut d'acquérir le renom d'invincible. Pour y

parvenir, les hommes qui ne me plaisaient point furent toujours les seuls dont

j'eus l'air d'accepter les hommages. Je les employais utilement à me procurer

les honneurs de la résistance, tandis que je me livrais sans crainte à

l'Amant préféré. Mais, celui-là, ma feinte timidité ne lui a jamais permis de

me suivre dans le monde; et les regards du cercle ont été, ainsi, toujours

fixés sur l'Amant malheureux.

Vous savez combien je me décide vite: c'est pour avoir observé que ce

sont presque toujours les soins antérieurs qui livrent le secret des femmes.

Quoi qu'on puisse faire le ton n'est jamais le même, avant ou après le succès

. Cette différence n'échappe point à l'observateur attentif; et j'ai trouvé

moins dangereux de me tromper dans le choix, que de le laisser pénétrer. Je

gagne encore par là d'ôter les vraisemblances, sur lesquelles seules on peut

nous juger.

Ces précautions et celle de ne jamais écrire, de ne livrer jamais aucune

preuve de ma défaite, pouvaient paraître excessives, et ne m'ont jamais paru

suffisantes. Descendue dans mon coeur, j'y ai étudié celui des autres. J'y ai

vu qu'il n'est personne qui n'y conserve un secret qu'il lui importe qui ne

soit point dévoilé: vérité que l'antiquité paraît avoir mieux connue que nous

, et dont l'histoire de Samson pourrait n'être qu'un ingénieux emblème.

Nouvelle Dalila, j'ai toujours, comme elle, employé ma puissance à surprendre

ce secret important. Hé! de combien de nos Samsons modernes, ne tiens-je pas

la chevelure sous le ciseau! Et ceux-là, j'ai cessé de les craindre: ce sont

les seuls que je me sois permis d'humilier quelquefois. Plus souple avec les

autres, l'art de les rendre infidèles pour éviter de leur paraître volage,

une feinte amitié, une apparente confiance, quelques procédés généreux,

l'idée flatteuse et que chacun conserve d'avoir été mon seul Amant, m'ont

obtenu leur discrétion. Enfin quand ces moyens m'ont manqué, j'ai su,

prévoyant mes ruptures, étouffer d'avance, sous le ridicule ou la calomnie,

la confiance que ces hommes dangereux auraient pu obtenir.

Problématique :

Pourquoi la marquise de Merteuil se donne t'-elle une image irréprochable?

Plan possible :

  • I - Car elle veut attirer de nouveaux amants
  • A - Son image ne le lui permet pas
  • 1- son deuil a crée une image de femme prude
  • 2 - Elle attire les hommes qui veulent l'épouser
  • B - Elle décide donc de changer son image
  • 1 - Elle élabore une stratégie réfléchie
  • 2 - Elle fait semblant de se repentir
  • II - Pour cacher sa nature libertine
  • A - Elle joue le rôle d'une femme sensible moins susceptible d'être touchée
  • 1 - son masque est un mélange de souplesse et de rigueur
  • 2 - Elle élimine tous les soupçons qui pourraient la compromettre
  • B - Elle fait en sorte que ses amants ne puissent pas la dénoncer
  • 1 - Elle leur fait croire qu'ils ont été a seule faute
  • 2 - Elle tente de surprendre leurs secrets afin de les compromettre

 

 Questionnaire sur le commentaire de la lettre 81 en fonction des axes proposés dans le plan :

 

*** Toutes les réponses aux questions sont dans le commentaire joint en lien en haut de page

Questionnaire sur la lettre 81 :

I -

A-

1 -

Pourquoi la marquise veut-elle modifier son image initiale?

Pourquoi ne peut-elle pas?

Qu’en est-il de la convenance sociale?

Quelles sont les conséquences de sa retraite?

Que traduit la métaphore « vernis de pruderie »?

I -

A -

2 -

Quels sont les hommes attirés par la jeune femme?

Que traduit l’expression « ses grands projets »?

Relevez une expression métonymique pour désigner les hommes

Relevez un parallélisme de construction

I -

B -

1 -

Quelle est sa stratégie réfléchie?

Cette dernière est-elle une stratégie de libertine? Pourquoi? Expliquer

Retrouvons-nous le désir de maîtriser les choses par la raison dans le but d’avoir le pouvoir = propre aux libertins?

Relevez le champ lexical du jeu

I -

B -

2 -

Stratégiquement, vers quel idéal de femme se rapproche t’-elle?

Relevez une périphrase évocatrice de son point de vue sur les femmes vertueuses;

Deviennent-elles les apologistes de la Marquise? Expliquez

Quels sont les autres alliés de la Marquise?

Atteint-elle son but?

II -

A -

1 -

Parvient-elle à cacher sa nature libertine?

Proposez une définition du concept

Le champ lexical donne t’-il une image de la marquise « comédienne »?

Peut-on parler de théâtralisation?

II -

A -

2 -

Montrez que la stratégie basée sur l’illusion de la Marquise fonctionne? Parvient-elle à ses fins?

II -

B -

I -

Montrez que la rupture forcée par la Marquise avec les hommes de son choix met son image de femme sérieuse et fidèle en avant

Peut-on parler d’effet réussi de sa stratégie bien pensée? En théorie et en pratique?

II -

B -

2 -

Manipulation, calcul sont les points essentiels de sa stratégie : son désir de contrôle justifie t’-il sa volonté de compromettre les hommes dans le but de les réduire à néant?

Comment prévient-elle pour elle-même la trahison?

A qui peut-on comparer le personnage de la Marquise de Merteuil? Pourquoi? Expliquez

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 26/08/2017