- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Racine, Phèdre, oral V, 7

 

 ORAUX EAF

 

  

Racine, Phèdre 

Phèdre est une tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine créée et représentée pour la première fois le 1er janvier 1677 à l’Hôtel de Bourgogne sous le titre Phèdre et Hippolyte. C'est aussi sous ce titre qu'elle fut publiée pour la première fois la même année. Racine n'adopta le titre de Phèdre qu'à partir de l'édition de 1687 de ses Œuvres. La pièce comporte 1 654 alexandrins. 

  
 

Questionnaire sur la vie et son œuvre : 

1 - 

Quelles sont les dates de Racine? 

1639, à Ferté Milon en Picardie dans une famille de petite bourgeoisie. 

Mort en 1699, inhumé à Port Royal des Champs. 

2 - 

Quelle éducation à t’-il reçue? 

Education religieuse marquée par le jansénisme et un enseignement basé sur la langue et la poésie grecque. 

3 - 

A quel âge commence t’-il à écrire des textes poétiques? 

A 20 ans; 

Il commence à fréquenter le milieu des lettres parisien. 

4 - 

Quelles sont les deux tentations de choix de vie de Racine? 

- vie mondaine 

- Milieu littéraire avec les adeptes de Port-Royal 

Mais son ambition première est de faire carrière comme homme de lettres 

5 - 

Qui fréquente t’-il? 

Molière, Perrault, Boileau 

6 - 

Quel est le nom de sa première tragédie? 

La Thébaïde 

Il la confie à Molière et sa troupe. Il se fâche plus tard avec Molière. 

7 - 

La rivalité littéraire : Avec qui le dramaturge s’affronte t’-il? 

Corneille 

8 - Les pièces de Racine sont-elles jouées à la cour du roi? 

Oui, Mme de Montespan le protège, elle est la maîtresse du roi 

9 - Racine est-il reçu à l’académie française? 

Oui, en 1673 

10 - 

Quand est-il en pleine gloire? 

1676 : une édition complète de ses œuvres est éditée. 

1677 : Il a 37 ans, il est en pleine gloire. 

Dernière tragédie profane : Phèdre.  

11 - 

Citez deux écrits de Racine en plus de Phèdre qui ont fait l’objet de querelles littéraires 

Bérénice, Iphigénie 

12 - 

Quelle est sa nouvelle orientation de vie à compter de 1677? 

Historiographe du roi avec Boileau 

Se marie, 5 enfants 

Se réconcilie avec Port Royal 

13 - 

Quelles sont ses œuvres principales?  

Andromaque 

Britannicus 

Bérénice 

Iphigénie 

Phèdre 

Athalie 

  
 

 

Questionnaire sur V, 7  

 

PHEDRE  Jean RACINE Acte V scène 7,  1677 

Introduction au classicisme  

1 -  

A quel mouvement littéraire Racine appartient-il?  

Au classicisme 

2 - 

Qu'est-ce que le classicisme? 

Une conception de l’art et un idéal humain.  

3 -  

En quoi est-ce un idéal esthétique?  

L'idéal esthétique repose sur l'imitation des Anciens. En effet, les références à l'antiquité sont nombreuses dans l'art classique. L'imitation des Anciens est une preuve de perfection. Ainsi La Fontaine imitaient Esope. L'Antiquité est donc un modèle. Les classiques recherchent la nature humaine plutôt que l'individu, l'universalité plutôt que le particulier. Pour atteindre cette universalité, l’art classique suit la voie de la conformité à la raison.  Le classicisme rejette l'excès, c'est un art de la mesure, de la bienséance et de la vraisemblance.  

4 - 

A quel mouvement le classicisme s'oppose t'-il?  

Au baroque.   
C’est en réaction aux excès du baroque que naîtra, en France, le classicisme. Ce mouvement va donc défendre l’équilibre, la mesure, la clarté, l’harmonie, la recherche de la perfection formelle. 

5 - 

A quelles règles le classicisme doit-il obéir?  

 Cela donnera naissance, dans le domaine théâtral, à un certain nombre de règles très strictes.  
La pièce classique doit obéir aux principes des trois unités:  
- l’unité d’action  
- l’unité du temps  
-l’unité de lieu  

  

 
 
Questionnaire sur le passage à présenter à l'oral :  

 1 - 

A quoi correspond le passage, V, 7? 

C'est le dénouement de la pièce 

2 -  

Dans quel sens ce passage constitue t'-il un coup de théâtre?  

. Ce passage constitue un coup de théâtre au sens où nous assistons à la divulgation du secret de Phèdre à Thésée, aveu qui demeure en suspens depuis le début de la pièce. 

Problématique : 

Comment le dénouement de Phèdre fait-il de cette pièce une tragédie classique ? 

Plan possible pour une étude : 

I - Un aveu ambigu 

II - Un dénouement tragique  

  

 

I) Un aveu ambigu 

1 - 

Que fait Thésée dans un premier temps?  

 Thésée semble mener une stratégie de dévoilement : en effet il semble feindre l’ignorance du crime de Phèdre : il parle d’un « cruel soupçon » (v. 2), et déclare que ses « yeux soient toujours abusés » (v. 6), ce qui sous entend le mensonge de Phèdre.  

2 - 

Quelle est la figure de style "je le crois criminel puisque vous l'accusez". Quel est son impact?  

Puis le vers 7 « Je le crois criminel, puisque vous l’accusez. » est une antiphrase montrant que Thésée dit le contraire de ce qu’il affirme, espérant ainsi faire avouer Phèdre.  

3 -  

Quel rôle les impératifs jouent-ils?  

 expression injonctive " il faut " (vers 25) + " écoutez-moi"(V29) = impératif car le temps presse, Phèdre se meurt. 

4 -  

Comment cette scène est-elle construite?  

 

Cette scène est construite sur l’affrontement de Phèdre face à son secret et face à Thésée : c’est tout d’abord Thésée qui établit l’opposition au vers 1 « vous triomphez » et « mon fils ». 

5 - 

Relevez un chiasme et expliquez le 

 

Opposition entre le crime " incestueux, funeste" (v 31et 32) contre innocence " chaste et respectueux"  = chiasme (2 groupes de mots dans un ordre inversé) qui oppose les deux attitudes et renforce la culpabilité de Phèdre 

6 -  

Cette culpabilité est-elle partagée par Oenone?  

 

Culpabilité partagée par Oenone " détestable " (v33), " perfide"(v36) 

 

Interjection "hélas" + champs lexical : " cruelle», "action si noire" , "mon erreur" = accuse mais se sent aussi coupable 

7 -  

Peut-on parler d'une sorte de troisième aveu?  

Oui on peut parler d'un troisième aveu car c'est à Thésée que Phèdre avoue son amour. Seulement par rapport aux deux premiers aveux, celui à Oenone et celui à Hippolyte, ce troisième est bien différent car ce dernier est mort. Il n'est donc plus question d'amour incestueux pour le beau fils mais de l'avoir accusé à tort au point de la conduire à la mort. En fait cet aveu réhabilite Hippolyte.   

 

A. Hippolyte réhabilité  

 

1 - 

Relevez le champ lexical judiciaire 

Il y a un lexique "judiciaire" 

« Injuste ou légitime » « criminel » « « me bannir » « l’accusez » "Il n'était point coupable" "son innocence" 

2 - 

Quel est la finalité de cet aveu?  

Il réhabilite Hippolyte en le disculpant. Sa mémoire est lavée de tous soupçons au point qu'Hippolyte est appelé "fils chaste et respectueux".  

3 - 

Quelle est cette figure de style?  

"fils chaste et respectueux" : c'est une périphrase qui désigne Hippolyte 

4 -  

Quel effet cette figure de rhétorique a t'elle?  

Elle renforce l'idée d'un contraste entre la pureté et l'impureté. Cette idée transparait également dans les vers suivants : "Et la mort à mes yeux dérobant la clarté/ Rend au jour, qu'ils souillaient, toute sa pureté" : On a ainsi une opposition entre la mort et la vie, l'ombre et la lumière. Le symbole mis en avant est ici la pureté.   

 

B. Un aveu incomplet 

 

1 - 

L'aveu de Phèdre est-il complet ou pas? Justifiez votre réponse 

Il semblerait que l'aveu ne soit pas complet car même si elle avoue sa culpabilité, elle n'en diminue pas moins sa responsabilité.  

« C’est moi qui sur ce fils chaste et respectueux / osai jeter un œil profane, incestueux »... "Le ciel mit dans mon sein une flamme funeste" : elle se déresponsabilise en rejetant la faute sur la malédiction divine. Il fut l'objet d'une malédiction, celle de la lignée maudite. "La détestable Oenone a conduite tout le reste" : Oenone est aussi accusée, la nourrice se serait "hâtée" de perdre Hippolyte avec ses manoeuvres.  

2 - 

Quel est le but de Phèdre? Est-elle honnête?  

Elle cherche en faisant accuser les Dieux et la nourrice à gagner Thésée. Son aveu est donc faussé car en fait elle trahit sa nourrice et c'est elle qui a laissé mourir le jeune homme de sang froid.   

 

II Un dénouement tragique 

 

A)  la mort 

 

1 - 

Relevez le champ lexical de la mort 

" poison, venin, cœur expirant, la mort.» 

2 - 

Par quoi l'agonie vient-elle?  

Par le poison ce qui rend la mort plus lente "chemin plus lent", "j'ai fait couler dans mes brûlantes veines" 

3 -  

Pourquoi le poison?  

Car le poison rend l'agonie plus lente, ce qui laisse du temps pour expier la faute 

4 - 

Quel effet cela a t'-il?  

Cela fait monter la tension 

Le suicide est rendu plus douloureux, le récit est au passé composé "j'ai fait", "j'ai pris" : cela a pour effet de mettre en avant la conscience de Phèdre : elle est seule et n'a pas le pardon de Thésée. : "mon erreur" 

5 - 

Relevez le champ lexical de la souffrance 

"douleur", "malheur", "mortel" 

6 - 

Que traduit à référence à Médée?  

Cela renforce le registre tragique avec les questionnement que cela suppose : la culpabilité et l'erreur.  

 

B)Phèdre un personnage tragique à la fois coupable et innocent 

 

1 - 

Comment Phèdre apparaît-elle?  

Comme « ni tout à fait coupable, ni tout à fait innocente ». 

Elle se désigne comme responsable mais accuse ensuite les Dieux.  

Sa culpabilité se trahit ainsi. Elle apparait comme une héroine qui était libre, qui avait le choix et qui malgré cela n'échappe pas à son destin. Le tragique de sa destinée se traduit ainsi     

2 - 

Quel concept domine pour évoquer le tragique du personnage?  

La fatalité. On voit Phèdre se punir par la mort 

3 - 

Quel effet cela a t'-il sur le lecteur?  

Cela suscite la pitié et la terreur. On peut parler d'effet cathartique ou purgation des passions.               

 

Tableau : Phèdre d’Alexandre Cabanel, 1880 

 

  • Titre de l’œuvre : Phèdre 

  • Auteur : Alexandre CABANEL 

  • Date de réalisation : 1880 

  • Type : Peinture 

  • Support : Huile sur toile 

  • Dimensions : Hauteur en m : 1,940 ; Largeur en m : 2,860 

  • Lieu de conservation : Musée Fabre, Montpellier 

  • Genre : Scène empruntée à la mythologie grecque 

Alexandre Cabanel emprunte un des mythes antiques les plus tragiques. Il illustre la scène où Phèdre annonce à ses suivantes son amour incestueux pour Hippolyte; 

Phèdre est ici désespérée ainsi que le témoigne sa posture amorphe, cela traduit sa culpabilité et son accablement.

Date de dernière mise à jour : 26/08/2017