Candidats libres   Descriptifs   Oeuvres intégrales   L'entretien EAF  Coaching scolaire    Lycées français à l'étranger  Docbac

Les annales 2018  -  L'actualité du bac 2018 - Bac 2019 L'actualité du brevet 2018 - Brevet 2019 -

Le logos Grec

 

Dnbac commentaires

 

 

Le logos comme rapport et raison

Étude des concepts en philosophie

Le logos grec

 

 

 

Introduction

 

Nous allons étudier le concept de logos au sens de rapport et de raison. Selon Platon, le logos est un raisonnement, un rapport entre des propositions. Pour Aristote, il ny a pas de logos divin car Dieu est seul. Le logos est par conséquent un concept relationnel. Les Grecs ont toujours pensé le rapport comme un lien qui est un des sens du mot logos. Donner la cause, cest donner raison, cest penser la cause comme raison. Le logos grec est dabord lié à lhomme. Chez les présocratiques, le terme de logos a un sens cosmique, en particulier chez Héraclite, nous avons ensuite un logos ontologique chez Parménide. Le sens nest donc pas en premier lieu anthropomorphique. La philosophie grecque na pas commencé par le dialogue. La parole grecque pense dabord luniversel et non la relation interpersonnelle.

 

 

Annonce du plan

Dans un premier temps, nous étudierons le logos en tant quil est lié à la signification et quil renvoie à la parole humaine par opposition par exemple au logos dHéraclite. En second lieu, nous analyserons la terminologie propre au logos grec que lon retrouve aujourdhui dans la linguistique, à savoir le signifiant, le signifié. Nous nous préoccuperons de la terminologie linguistique aristotélicienne et poserons les bases dun discours assertif, dun logos vrai ou faux.

Dnbac commentaires

 

 

 

Le logos lié à la signification

 

Nous devons pour éclaircir notre étude poser la distinction grecque entre la parole proférée et intérieure. Le logos comprend lénoncé, le discours. Il est lié à la signification et en ce sens renvoie à la parole humaine, il est en rapport opposé au logos cosmique héraclitéen. Il comprend également le verbum, le verbe. Le logos humain est par conséquent signifiant il comprend un ensemble de significations qui sont rassemblées sous les catégories, nous appelons cette terminologie, la prédication. Le discours est un son vocal possédant une signification conventionnelle. La théorie de la signification sélabore à partir de lidée que la phoné est le signifiant. Lhomme lorsquil parle, charge la phoné dune signification, il pose donc une relation à une chose, la phoné est entendue comme signe conventionnel dautre chose.

 

 

Une terminologie linguistique

 

 

Aristote réfléchit sur lambiguïté de lhomonymie, du mot qui a plusieurs sens, plusieurs significations, cela renvoie à des choses différentes. Nous avons donc pour élucider la terminologie la phoné, le signifiant, le sens, le signifié et lobjet autrement appelé, le référent. De ce fait, nous pouvons poser trois significations du dire, ceci est la base du problème de la parole grecque à savoir, dire quelque chose, dire quelque chose à quelquun, et dire une chose dune autre.

 

 

Le logos aristotélicien est un concept de la signification et de la proposition. Si je dis le mot « homme », je dis quelque chose mais non pas quelque chose qui est ou qui nest pas. Il ny aura affirmation ou négation seulement si on y ajoute autre chose. Le pur acte dénoncer nest pas encore un logos comme affirmation et négation. On appelle une négation, lapophasis et laffirmation, la cataphasis. Lorsque je dis, « homme », cest une phasis, cest-à-dire, un terme isolé ni vrai ni faux, il ny a pas assertion. Il nest pas mis en rapport avec autre chose. Une seule syllabe dun mot ne signifie rien, par exemple, une seule syllabe du mot homme na pas de sens, pas plus que des »souris », il ny a toujours pas assertion. Une syllabe quant à elle nest quun son. Il faut procéder à une distinction des parties. Aristote le premier sen est soucié, il différencie la phasis et lassertion. Lénoncé assertif a en lui-même un sens. Tout discours a une signification, non pas comme instrument naturel mais par convention. Pourtant tout discours nest pas une proposition mais seulement le discours dans lequel résident le vrai et le faux.

Nous pouvons donner comme exemple dénoncé assertif, Socrate était un philosophe averti qui est mort pour avoir bu la ciguë, ceci est une proposition vraie. Ce qui narrive pas dans tous les cas.

 

 

Ainsi, la prière est un discours qui nest ni vrai ni faux. La logique se définit comme létude des propositions en tant quelles sont vraies ou fausses, la parole doit être signifiante et logique. La prière est un discours optatif, nous pouvons donc affirmer que le discours vocatif, optatif, impératif ne sont pas des discours logiques. Le logos quil soit affirmation, cataphasis ou négation, apophasis relève de la logique.

Date de dernière mise à jour : 18/08/2017