- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

La philosophie Leibnizienne

 

Dnbac commentaires

 

 

La philosophie leibnizienne

La spécificité de son système

 

 

Introduction

 

Leibniz est un philosophe dont les contemporains sont Spinoza, et Newton. Il tente dinstaurer une caractéristique universelle en réduisant les raisonnements à un jeu de signes, il y a en ce sens une analogie avec Descartes non pas pour les mathématiques universelles mais pour la logique universelle. Il a un ennemi à lextérieur du rationalisme, lempirisme représenté par Locke et à lintérieur du rationalisme, Descartes. Il attaque les rationalistes car ils peuvent répondre à lempirisme qui amène à lathéisme. Le discours de métaphysique est adressé à Arnauld car il est cartésien, il souhaite le voir changer à lintérieur du rationalisme. Dans un premier temps, nous verrons la querelle des forces vives, en second lieu, la géométrie du philosophe puis en troisième lieu, les points essentiels de sa physique.

 

 

La querelle des forces vives

 

La querelle des forces vives trouve sa première formulation dans le débat qui oppose ceux qui mesurent la quantité de mouvement chez les cartésiens et la quantité de matière, la force inerte. La force vive est celle par laquelle un corps peut être mû par lui-même, la spontanéité, cest-à-dire, les substances développent leur propre force lorsquelles agissent selon Leibniz. Létat dinertie nest pas un état de repos, mais exprime une force en mouvement. Le possible, cette force en puissance, est compris dans la définition même de la substance. Tout ce qui arrive à un sujet était déjà compris dans la définition du sujet. Le débat se passe entre Descartes et Leibniz.

 

 

La géométrie

 

Pour Descartes, la géométrie se rapporte à la longueur et au temps, nous avons une autre grandeur chez Leibniz, la force, (de masse). La cause du mouvement est Dieu car il la créée en même temps quil a crée le monde. Dieu conserve sa création, la quantité de mouvement toujours égale à elle-même. Pour Descartes, le mouvement est un mode de létendue, cest la réalité substantielle de la matière. Le mouvement est lié à la chose étendue, toute substance est indestructible en vertu de la création continuée, Dieu à chaque instant renouvelle le fiacre créateur. La matière na pas en elle-même la cause du temps, elle est tributaire dune théologie, nous avons une théorie de la matière paradoxale car elle réduit la matière à létendue, la physique au géométrique, il fait du mouvement une modalité de létendue. Il ne peut penser laccélération de la vitesse, elle est constante chez Descartes.

La physique et la métaphysique chez Descartes sont démenties par lexpérimentation, le discours métaphysique de Leibniz fait que Descartes ne peut plus soutenir que la force naît que du mouvement, le mouvement ne peut mesurer la force. Leibniz montre que la force est égale quand un poids de un livre tombe de quatre pieds et quand un poids de quatre livres tombe dun pied. Il y a inégalité des mouvements, Descartes à tord, mais il y a égalité des forces. La constante nest pas dans le mouvement comme Descartes le pensait mais dans les forces. La notion didée claire et distincte lui a servi à éliminer les forces occultes des scolastiques, il exige une pensée par lactualité. Lidée dun corps est nécessairement en acte, donnée par intuition, cest la vision de linstant de lidée par lesprit. Il utilise la géométrie car elle opère en acte et exclut le virtuel. Cela a des conséquences dans la physique.

 

 

La physique

 

La pensée par actualité implique linstantanéisme, il ny a ni passé, ni avenir, cest la création continué, il maintient instant par instant les corps dans lexistence. Cest le seul moyen de penser la continuation, il y a une paralysie intellectuelle en physique, laccélération implique le passage continu du virtuel dans lactuel. Il privilégie le mouvement sur la force, lactuel sur le virtuel en métaphysique. Il pense le mouvement extérieur au corps. Le changement des corps vient au corps de lextérieur. Cest le principe du changement des corps qui est interne au corps. Le passage du repos au mouvement ne se fait pas par un saut, mais par une infinité de passages intermédiaires. La force interne appartient aux corps quils ne peuvent pas perdre. On ne peut concevoir le mouvement que par le contact. Un corps diffère dun autre par sa force interne, la quantité mesurable sexprime par les notions de conatus, la tendance, leffort, le fait que toute réalité matérielle soit dotée de cet effort, dune possibilité de mouvement fait que tout tend à lexistence et limpétus est élan, la chose est élan qui se développe ainsi aucune chose ny fait obstacle, il y a développement du mouvement. Ce par quoi une chose persiste en son mouvement outre les obstacles exprime la quantité de conatus, lélan résume le passé, cest la mémoire du corps, cela laisse pressentir le développement accéléré du mouvement.

Cela aura des conséquences dans la métaphysique. Si le corps est une force qui se conserve, il y a quelque chose qui dans le corps est substantiel et qui a à voir avec son étendue. Un corps est une force interne, une unité dune multiplicité détats successifs et dont la figure et le mouvement ne sont que des manifestations phénoménales, ils ne décrivent pas le corps mais sa manifestation substantielle. Si lon passe de la physique à la métaphysique, on change de définition du corps et de substance.

Date de dernière mise à jour : 17/08/2017

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau