Candidats libres   Descriptifs   Oeuvres intégrales   L'entretien EAF  Coaching scolaire    Lycées français à l'étranger  Docbac

Les annales 2018  -  L'actualité du bac 2018 - Bac 2019 L'actualité du brevet 2018 - Brevet 2019 -

L'art, définition et critères de la création

 

Dnbac commentaires

 

L'ART, LA CREATION ARTISTIQUE

 

LA CONTEMPLATION ESTHETIQUE

 

 

 

Introduction

 

Nous allons étudier la thématique du beau, de l'art et de la création artistique. Que signifie la valeur du beau, de l'art? Le mot est ambigu. Il peut renvoyer à la technique ou aux beaux-arts, au travail de l'artisan ou à celui de l'artiste. Dans le sens le plus général, l'art signifie une production humaine, quelque chose que l'homme ajoute à la nature. Mais tandis que la technique à une visée utilitaire, l'art vise une autre valeur, le beau. D'après le vocabulaire de Lalande, «l'art ou les arts désignent toute production de la beauté par les œuvres d'un être conscient». Ce que l'on appelle esthétique n'est pas autre chose que la réflexion philosophique sur l'art. Réfléchir sur l'art, c'est élucider le sens de cette valeur qu'est le beau. Nous verrons dans un premier temps, la nature du beau. Nous nous demanderons si la beauté de l'œuvre, la beauté artistique est ou pas tout simplement l'image, l'expression de la beauté naturelle par des techniques humaines, l'art est-il une transposition ou un reflet du réel? En second lieu, nous analyserons la création artistique au sens d'une transposition des passions sur le plan supérieur, à savoir, une sublimation. Enfin nous nous demanderons par quels processus la création de l'œuvre s'opère.

 

 

I- La nature et l'art

 

Le sentiment du beau et du laid semble précéder l'activité artistique. Les hommes ont été sensibles à la beauté d'une fleur, d'un coucher de soleil avant qu'il existe de belles peintures, de belles représentations, de belles sculptures. Il existerait donc une beauté naturelle indépendamment de la beauté artistique.

 

-Quel est le critère de la beauté naturelle?-

 

S'il s'agit d'un être vivant, sa beauté semble résulter de la parfaite adaptation de ses formes à ses fonctions. D'un façon plus générale, la beauté d'un être vivant semble liée à la jeunesse, à l'exubérance vitale et à la santé. Sans doute est-il plus difficile de donner le critère objectif de la beauté des êtres inanimés : un coucher de soleil. De deux cieux sereins , il faudrait choisir entre le plus éclatant, le plus implacable. Mais le jugement de beauté paraît ici singulièrement subjectif, relatif aux goûts de chacun. Les forêts profondes, les montagnes gigantesques, les précipices insondables qui enchantaient les romantiques ne peuvent pour certains ne représenter que des solitudes affreuses. La beauté naturelle n'est donc que ce qui répond à un sentiment personnel, ce qui suscite la joie en nous. Ce que nous appelons beau dans la nature, c'est avant tout l'être ou la chose avec qui nous sentons que nous formerions société avec le plus de bonheur.

 

 

  • La beauté artistique, n'est-elle pas tout simplement l'image, l'expression de la beauté naturelle par des techniques humaines? -

 

«L'œil disait Léonard de Vinci, reçoit de la beauté peinte le même plaisir que de la beauté réelle». La beauté artistique parfaite est celle qui rejoint la beauté vivante. Tous les artistes se sont inspirés de la nature. Et pourtant, nous nous proposons de démontrer que cette confusion entre beauté naturelle et beauté artistique n'est qu'un préjugé, le préjugé fondamental qu'il nous faut détruire avant d'être réellement introduit dans le domaine authentique de l'art. Sans doute, certaines formes d'art prêtent plus aisément que d'autres à la confusion entre beauté naturelle et beauté artistique. Les artistes dits classiques sont le plus souvent choisis de représenter dans leurs oeurvres ce qui est déjà beau, c'est -à-dire, ce qui est sain et agréable ou ce qu'il y a de sain et d'agréable dans la nature.

 

ExExemple : Michel Ange représente des types supérieurs d'humanité, des athlètes.

 

CeCependant, même l'art classique nous laisse déjà deviner que la beauté artistique est autre chose que la beauté naturelle. Boileau, maître de l'esthétique classique affirmait : «il n'est pas de serpent, ni de monstre odieux qui par l'art imité ne puisse plaire aux yeux». La beauté de l'oeuvre n'est donc pas celle de la nature. Kant nous disait que l'art n'est pas «la représentation d'une belle chose mais la belle représentation d'une chose». La distinction radicale de la beauté naturelle et de la beauté artistique nous permet de résoudre aisément une difficulté qui avait arrêté Pascal : «quelle vanité, écrivait-il, que la peinture qui attire l'admiration par la ressemblance de choses dont on n'admire pas les originaux».

 

L'aL'art est-il une imitation?-

 

L'aL'art n'est pas une imitation. L'imitation répond à d'autres besoins que les besoins artistiques. Si j'attends du photographe une image très ressemblante de mes enfants, c'est parce que je veux garder un fidèle souvenir de leur jeune âge, et non pas parce que je désire une œuvre d'art. Les peintures des hommes préhistoriques représentent très fidèlement des scènes de chasse. Mais ce n'est pas cette fidélité qui fait pour nous leur beauté. Le souci d'imitation n'obéit pas ici à un désir esthétique mais à une fonction rituelle, l'exactitude de la reproduction répondant à un scrupule de magicien, non d'artiste. L'art est un autre monde que la nature. Ce n'est pas l'émotion provoquée par la beauté de la nature qui donne au futur artiste l'idée de créer une œuvre. Ce n'est pas la vie mais la lecture d'un poème ou d'un roman qui donne l'idée d'écrire un poème ou un roman. De même, le plus souvent, ce n'est pas le spectacle de la nature mais la visite des musées ou des expositions qui peut nous inciter à peindre. Malraux, «de même qu'un musicien aime la musique et non les rossignols, un poète des vers et non les couchers de soleil, un peintre n'est pas d'abord un homme qui aime les figures et les paysages. C'est un homme qui aime les tableaux. Malraux nous montre qu'un jeune peintre commence par imiter, mais par imiter les toiles de ses maîtres, et non pas la nature, avant de trouver sa manière propre de peindre; De même les arts nouveaux se cherchent-ils toujours à partir des arts antérieurs? Le cinéma lui-même ne s'est nullement conquis sur la vie mais bien sur la farce, le cirque et le théâtre.

 

L'aL'art sous tous ses aspects, est donc une transposition et non pas un reflet du réel. Il est l'instauration d'un nouveau monde. La beauté de l'oeuvre d'art n'est pas la reproduction d'un valeur impliquée dans la nature mais la création d'un valeur de beauté spécifique.

 

          Mais quel sens peut avoir la notion de création? -

 

 

 

II - La création artistique

 

Comment rendre compte d'une création?

 

Expliquer une création, n'est-ce pas nier son originalité, n'est-ce pas refuser à la création son caractère créateur? Peut-être que l'esthétique philosophique n'est pas capable d'expliquer de découvrir le secret des œuvres d'art. Les philosophes prétendent rendre raison de l'univers par le logos, c'est-à-dire, par la raison alors que l'art se veut bien au-delà du discours et de la raison raisonnante. En face de l'oeuvre on parle communément d'intuition, d'inspiration, de génie. Le secret de l'oeuvre serait ineffable. Une analyse de la création artistique semble malgré tout possible car il ne s'agit pas d'une création ex nihilo mais dans une certaine mesure de la mise en forme de matériaux préexistants. Les concertos de Bach ne seraient pas ce qu'ils sont si Vivaldi n'avait pas été. Avant tout l'oeuvre d'art demeure l'oeuvre d'un homme qui a une histoire et qui appartient à une classe sociale et à un milieu. Les psychanalystes ont bien montré que les pulsions qui s'esthétisent en images sont celles, qui refoulées n'ont pu se traduire en actes.

 

La création est donc une transposition des passions sur un plan supérieur, une sublimation.

 

Des esthéticiens, au delà d'une réduction purement psychologique de l'oeuvre d'art et parfois contre elle s'attachent à révéler un conditionnement sociologique de l'art. Selon les marxistes, la création artistique correspondrait à une transposition plus ou moins inconsciente, des conflits de classes sociales. Mais la psychologie ou la sociologie de l'art n'expliquera de l'art que ce qui en lui n'est pas artistique. L'explication historique ou sociologique est insuffisante. On n'explique pas le génie de Rembrandt à partir de la Hollande de son époque.

 

Date de dernière mise à jour : 11/08/2017