Candidats libres   Descriptifs   Oeuvres intégrales   L'entretien EAF  Coaching scolaire    Lycées français à l'étranger  Docbac

Les annales 2018  -  L'actualité du bac 2018 - Bac 2019 L'actualité du brevet 2018 - Brevet 2019 -

Raisons du goût pour la lecture d'autobiographies


Dnbac dissertations

 

DISSERTATION

Séquence le biographique

 

 

Sujet :

 

« L’intérêt des mémoires, des confessions, des autobiographies, des voyages, même, tient à ce que la vie de chaque homme devient un miroir où chacun peut s’étudier dans une partie du moins de ses qualités ou de ses défauts » écrit Nerval.

 

A partir de cette citation, vous réfléchirez aux différentes raisons du goût actuel pour la lecture d’œuvres autobiographiques quelles qu’elles soient.

 

 

 

Introduction

 

Le mot autobiographie apparaît au XIXème siècle en Angleterre et en Allemagne. Il est formé de trois mots grecs désignant l’écriture, graphein, de « sa vie », bios et de « par soi-même », autos. Ce néologisme apparaît en France en 1829 pour remplacer le mot mémoires; Si le genre désigne encore au XIXème siècle, les romans intimes racontant une éducation sentimentale ou la mémoire de la vie personnelle des écrivains, le genre s’impose au Xxème siècle. Il désigne désormais un texte dans lequel un individu parle de sa vie. L’autobiographie appartient au genre de la biographie, qui regroupe les différents sous-genres de la littérature personnelle : mémoire, récit de vie, journal intime et biographie; Le critique de Philippe Lejeune décrit l’autobiographie comme « le récit rétrospectif en prose qu’une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu’elle met l’accent sur une vie individuelle, en particulier sur l’histoire de sa personnalité ».

 

 

Développement

 

Nous pouvons citer parmi les mémoires, St Simon, les mémoires du cardinal de Retz, 1717, ou encore, Les mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand. L’intérêt pour les mémoires nous renvoie à une passion pour l’histoire. Les mémoires sont une sous-catégorie du genre biographique et consistent en une évocation d’idées ou d’images d’évènements passés. L’objet essentiel des mémoires est l’histoire ou la société, le narrateur se présente plus comme un témoin que comme un personnage principal de l’histoire. Les mémoires sont pour le lecteur une ouverture sur le monde. Chaque homme en tant qu’il est porteur de l’humanité est un agent de l’histoire. L’auteur doit viser à une certaine objectivité, effectuer un travail de mémoire et se présenter comme un témoin. St Simon s’assigne pour but « de mettre son lecteur au milieu des acteurs de tout ce qu’il raconte, en sorte qu’il croie moins lire une histoire ou des mémoires qu’être lui-même dans le secret de tout ce qui lui est représenté et spectateur de tout ce qui lui est raconté ».Dnbac dissertations

 

 

 

Concernant le journal intime par exemple le journal d’Anne Franck, nous pouvons dire qu’il s’agit d’une écriture au jour le jour d’évènements qui ne sont pas destinés à la publication; Mais l’intime peut être occulté par le récit d’évènements historiques; C’est le cas du journal d’André Gide durant les premiers mois de l’année 1914; Ce n’est pas un récit rétrospectif, c’est une écriture immédiate. Par exemple le journal de voyage de Montaigne retrace son itinéraire précis à travers la France, l’Allemagne et l’Italie de 1580 à 1581. Les journaux de voyage ont pour but d’éveiller la curiosité du lecteur, l’intérêt est tant historique que géographique. Le journal d’Amiel, 1821, 1881, porte une interrogation sur l’individu en général, la montée de la bourgeoisie et une nouvelle mobilité sociale qui favoriseraient une remise en question de l’individu et de sa place dans le monde. Le journal de Marie Bashkirsteff nous familiarise avec la gente féminine qui se retrouve dans sa lutte pour un combat social, une quête de parité, une égalité avec l’homme; cela correspond au mouvement de libération de la femme. Les lectrices recherchent une identification, une identité commune pour la même lutte; il s’agit d’une libération par l’écriture.

 

 

La biographie est un récit d’une vie rédigé par quelqu un d’autre que la personne concernée. Le lecteur intéressé par la biographie éveille sa curiosité pour la personne pour des raisons qui peuvent être littéraires, voire historiques etc. La biographie permet d’approfondir une étude, de trouver la relation entre la singularité de l’œuvre et l’homme que cette œuvre nous fait découvrir,l’intérêt peut être intellectuel et toucher à l’universalité d’une époque et de l’histoire. Sartre propose une méthode « progressivement régressive », « un va et vient » de l’œuvre à l’homme et de l’homme à l’histoire; par conséquent, derrière la biographie, les intérêts peuvent être historiques, culturels ou littéraires car la vie de l’individu est replacée dans l’un de ces trois contextes. La biographie correspond également à la découverte de l’inconscient freudien. Il s’agit de l’investigation personnelle, de la recherche de son propre moi. Les biographes soulignent l’ambivalence des sentiments, le caractère aléatoire des conduites, l’imbrication entre la création littéraire et un moi profond qui est à la fois l’ombre et le contre poids d’un moi social.

 

 

Enfin, l’autobiographie comme écriture répond à une quête de vérité intérieure, à un examen de conscience. L’autobiographie permet l’identification, elle est libératrice à la fois pour le lecteur et l’auteur, nous pouvons mettre en avant sa fonction cathartique. Dans les confessions, Rousseau parle de sa vie, de son enfance et retrace une construction de sa personnalité, la vérité étant le pacte de sincérité avec le lecteur. Il nous dit, « je forme une entreprise qui n’eut jamais d’exemple et dont l’exécution n’aura point d’imitateur; Je veux monter à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature et cet homme ce sera moi ». Le désir de justification universelle renvoie au propre vécu du lecteur, l’autobiographie a donc un effet miroir.

Date de dernière mise à jour : 09/08/2017