- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Quelle est la fonction de la comédie ?


Dnbac dissertations

 

Éléments pour une dissertation au bac de français

 

 

Sujet :

La comédie a t'-elle pour fonction de stigmatiser les abus, l’arbitraire du pouvoir, les injustices, l’intolérance et la censure?

 

 

 

De Molière à Beaumarchais, la comédie a pour fonction de faire rire mais dans le but de corriger les mœurs, de dénoncer et de corriger les mœurs, de dénoncer les vices des hommes ou encore de faire une satire morale et politique.

 

Tous les personnages de Dom Juan sont symboliques. Ils représentent la classe sociale à laquelle ils appartiennent. Ils symbolisent bien au-delà du rire, une idéologie morale ou religieuse propre au XVIIème siècle. En fait, Dom Juan n’est pas une pièce dont le comique est innocent; Molière fait rire pour critiquer. Il se moque de l’importance et de la force des apparences, par exemple, à l’acte III, scène 1, Sganarelle est déguisé en médecin et il évoque le pouvoir de son vêtement. On le salue et on croit aux ordonnances qui fait à l’aventure. De même à l’acte V, après avoir ridiculisé le pouvoir de l’hypocrisie dans la scène I, Don Juan en fait la critique dans la scène 2, « l’hypocrisie est un vice à la mode… C’est un vice privilégié ». Mais la satire des mœurs va encore bien plus loin, Molière exprime à travers les attitudes extrêmement légères en amour et au niveau de la religion du héros, le non conformisme social et moral qui caractérise les libertins et qui est renforcé chez Don Juan par son égoïsme et son besoin permanent de défier ou de mépriser autrui.

 

 

Enfin, l’ambiguïté morale de certains usages est aussi traitée de façon satirique. Au XVIIème siècle, le tabac était admis comme une médicament, mais l’église en interdisait la jouissance. Ceci relevait des mœurs libertines. En fait, le plaisir de priser commençait à se répandre dans les salons malgré l’interdiction pontificale. Ainsi, lorsque Molière fait dire à Sganarelle : « il réjouit et purge les cerveaux humains, mais encore il instruit les âmes à la vertu et l’on apprend avec lui à devenir honnête homme », il nous montre un valet qui cherche à s’exprimer comme un gentilhomme et qui a sans doute eu l’occasion, en accompagnant son maître, d’observer qu’on offrait du tabac à priser dans les milieux distingués. Par l’intermédiaire de Sganarelle, Molière rappelle au public de son époque que les belles manières de l’honnête homme n’étaient pas toujours en accord avec la morale chrétienne.

 

 

Au-delà du rire, beaucoup de spectateurs du Mariage de Figaro ont été frappés par l’importance que revêt dans cette pièce le conflit entre les sexes. Il dénonce les injustices qui caractérisaient à son époque la condition féminine. A travers Marceline, il dénonce les abus. Dans l’acte II, son monologue est un réquisitoire contre les hommes. Le premier des abus concerne le cas des infortunées qui, comme elle, ont eu un enfant en dehors du mariage; le deuxième se rapporte aux femmes non mariées et sans travail qui normalement leur reviendraient. Enfin, elle accuse les hommes d’avoir créé un système politique et social qui fonctionne exclusivement en leur faveur et qui leur permet d’opprimer les femmes. C’est particulièrement vrai, d’après Marceline, dans le domaine juridique, où les lois sont faites par et pour les hommes. Beaumarchais dénonce le fait que la femme est traitée en mineures dans lune société patriarcale, « traitées en mineures pour nos biens, punies en majeures pour nos fautes ».

 

 

On peut en dernier point ajouter que cette pièce porte quelques signes avant coureur de la révolution 1789 qui mit fin aux privilèges de la naissance et au pouvoir de l’aristocratie. En effet,le comte représente la tyrannie et l’arbitraire du pouvoir aristocratique. Il gouverne arbitrairement, « vous commandez à tout ici, hors à vous-même », lui déclare Figaro; Il dispose de la liberté des autres , veut chasser Chérubin de son château, menace son épouse de la faire enfermer dans un couvent. Enfin, il dispose du pouvoir juridique suprême. Mais l’arbitraire du pouvoir féodal ne se résume pas à la seule personne du comte. Dans son monologue de l’acte V, Figaro attaque la société de l’ancien régime. Il critique la pratique des incarcérations arbitraires dont il fut victime; Il s’attaque en outre à l’intolérance du pouvoir à travers la censure; Avant de pouvoir faire jouer sa pièce, l’auteur s’est heurté à des obstacles; plusieurs censeurs royaux l’ont déclarée inacceptable. Le monologue porte la trace de hostilité à la censure.

 

 

Ainsi, si la comédie a pour fonction de faire rire, elle doit également stigmatiser les abus, l’arbitraire du pouvoir, les injustices, l’intolérance et la censure.

Date de dernière mise à jour : 25/08/2017