- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Pyrame et Thisbé de Théophile de Viau, V2

 

Dnbac commentaires

 

Théophile de Viau (1590 – 1626), Pyrame et Thisbé ; acte V, scène 2, extrait
THISBÉ (extrait) :

Lecture du passage
Quoi ? je respire encore et regardant Pyrame
Trépassé devant moi, je n'ai point perdu l'âme !
Je vois que ce rocher s'est éclaté de deuil
Pour répandre des pleurs, pour m'ouvrir un cercueil.
Ce ruisseau fuit d'horreur qu'il a de mon injure,
Il en est sans repos, ses rives sans verdure ;
Même, au lieu de donner de la rosée aux fleurs,
L'Aurore à ce matin n'a versé que des pleurs,
Et cet arbre, touché d'un désespoir visible,
A bien trouvé du sang dans son tronc insensible,
Son fruit en a changé, la lune en a blêmi,
Et la terre a sué du sang qu'il a vomi.
Bel arbre, puisque au monde après moi tu demeures,
Pour mieux faire paraître au Ciel tes rouges meures
Et lui montrer le tort qu'il a fait à mes voeux,
Fais comme moi, de grâce, arrache tes cheveux,
Ouvre-toi l'estomac et fais couler à force
Cette sanglante humeur par toute ton écorce.
Mais que me sert ton deuil ? rameaux, prés verdissants,
Qu'à soulager mon mal vous êtes impuissants !
Quand bien vous en mourriez, on voit la destinée
Ramener votre vie en ramenant l'année :
Une fois tous les ans nous vous voyons mourir,
Une fois tous les ans nous vous voyons fleurir.
Mais mon Pyrame est mort sans espoir qu'il retourne
De ces pâles manoirs où son esprit séjourne.
Depuis que le soleil nous voit naître et finir,
Le premier des défunts est encore à venir,
Et quand les Dieux demain me le feraient revivre,
Je me suis résolue aujourd'hui de le suivre.
J'ai trop d'impatience, et puisque le destin
De nos corps amoureux fait son cruel butin,
Avant que le plaisir que méritaient nos flammes
Dans leurs embrassements ait pu mêler nos âmes,
Nous les joindrons là-bas et par nos saints accords
Ne ferons qu'un esprit de l'ombre de deux corps ;
Et puisque à mon sujet sa belle âme sommeille,
Mon esprit innocent lui rendra la pareille.
Toutefois je ne puis sans mourir doublement ;
Pyrame s'est tué d'un soupçon seulement,
Son amitié fidèle un peu trop violente,
D'autant qu'à ce devoir il me voyait trop lente,
Pour avoir soupçonné que je ne l'aimais pas,
Il ne s'est pu guérir de moins que du trépas.
Que donc ton bras sur moi davantage demeure,
Ô mort ! et, s'il se peut, que plus que lui je meure,

Que je sente à la fois, poison, flammes et fers !
Sus ! qui me vient ouvrir la porte des Enfers ?
Ha ! voici le poignard qui du sang de son maître
S'est souillé lâchement ; il en rougit, le traître !
Exécrable bourreau ! si tu te veux laver
Du crime commencé, tu n'as qu'à l'achever ;
Enfonce là-dedans, rends-toi plus rude, et pousse
Des feux avec ta lame ! Hélas ! elle est trop douce.
Je ne pouvais mourir d'un coup plus gracieux,
Ni pour un autre objet haïr celui des Cieux. (Elle meurt.)

 

Pyrame et Thisbé de Viau

Nous allons étudier un extrait de Pyrame et Thisbé, tiré de l’acte V, scène 2 de Théophile de Viau. Ce texte est inspiré des métaphores d’Ovide, c’est une tragédie des 5 actes qui raconte les amours contrariées de 2 jeunes babyloniens. Ce thème sera repris par Shakespeare dans Roméo et Juliette. Lors de ce passage dans la forêt près d’un muret où ils se sont donnés rendez-vous une méprise fait croire à Pyrame que Thisbé est morte. Il se suicide. Lorsque la jeune femme arrive elle découvre le corps de son amant défunt. D’après l’étude des liens logiques nous allons déterminer la composition de ce discours et analyser le raisonnement qui mène Thisbé au suicide. Dans un premier temps, nous étudierons la composition du passage, puis en second lieu nous analyserons les figures de style récurrentes. Nous répondrons ensuite à la question de savoir en quoi ce texte est à la fois théâtral et tragique et enfin nous en dégagerons les aspects baroques.


I- Composition du passage

Le texte se compose de parties différentes du 1er vers au 8ème Thisbé fait le constat de la mort de Pyrame puis à partir du vers 9 et jusqu’à la fin du vers 24. Elle demande à la nature de participer à son deuil en mourant. Mais la nature ne meurt pas (vers 23-24). Le vers 25 milieu de 31 => résolue à mourir. Du milieu du vers 31 jusqu’au vers 46 sa résolution prend forme, elle compare la mort de Pyrame à la sienne, une mort douce. Et donc entant que amante pour un amour réuni il faut qu’ils soient au même niveau. Vers 46 à la fin elle met en exécution son dessein, donc elle utilise pour cela le poignard de Pyrame, sa mort est trop douce (vers 54-55)

II- Les figures de rhétoriques

De nombreuses personnifications (vers 3) « Rocher », vers 5 « ruisseau », « l’aurore » vers 8. Vers 9- 24 « arbre » Thisbé demande à la nature de la suivre dans la mort mais la nature ne mourant pas il y a hibernation. Lune vers 11 rapporte l’aurore puisque chaque matin la lune Blêmit, astres avec le soleil (vers 27). Elle médite la mort. Sa décision n’a de cesse de personnifier jusqu’à l’image du poignard (vers 51-54). Nous pouvons ensuite souligner l’apostrophe « bel arbre » vers 13 « exerçable bourreau », « hélas ». La nature est là pour la soutenir dans son deuil « Aurore ne verse que des pleures … » , mais poursuivant son monologue, elle s’aperçoit que la nature ne pourra jamais atteindre son deuil ni atténuer sa douleur. La nature est mise en relation avec l’homme au vers 22. C’est une relation marquée d’une certaine distance car la nature était impuissante pour la soutenir dans son deuil. C’est le lieu où elle va manifester son deuil, elle ne peut y participer, au fur et à mesure elle se retrouve seule, malgré la présence de la nature, elle est seule face à la nature.


III- En quoi ce texte est-il théâtral et tragique?

1) Théâtral: En dehors des éléments de forme, ressort par le discours même de Thisbé son adresse à la nature par des grandes envolées emphatiques tout particulièrement lorsqu’elle s’adresse à l’arbre éléments essentiel dans l’amour de Pyrame et Thisbé, cela mais en valeur l’emphase de son discours
2) Ce texte est tragique car dès les premiers vers Thisbé montre que son destin est de mourir (vers 1-2). La lutte contre la fatalité est inutile et tout son discours la conduit peu à peu non pas à tenter de lutter contre la mort en associant la nature mais au contraire à chercher le moyen de mourir et de retrouver Pyrame dans la mort ainsi que le suggèrent les vers 39-40. La présence de la fatalité est révélatrice du tragique dans l’ensemble de son discours. La fatalité se traduit par l’expression de l’impuissance de l’homme face à la mort c’est-à-dire, la fatalité au sens de « ce contre quoi on peut rien ».

IV- Quel aspect baroque marque le style et le thème du texte?


Quelle impression en résulte-t-il?Les Thèmes principaux sont la mort et l’amour. L’aspect baroque parait dans le déséquilibre qu’exprime Thisbé dans sa tirade en amplifiant à l’infini, elle fait appel aux éléments naturels; son amour et sa douleur. Cet appel est caractérisé par des personnifications (minéraux, végétaux, des astres) mais qui la ramènent à sa solitude car la nature si elle meurt de façon cyclique n’en renaît pas moins. Toutefois cette solitude n’est pas définie puisqu’elle vise à sublimer son amour dans la mort. Ce qu’elle exprime en soulignant la mort de Pyrame qui était trop douce et elle doit donc exprimer pleinement cet amour, l’impression qui résulte d’un tel texte est donc le besoin d’exprimer de façon pleine et entière ses sentiments sachant que ni la nature ni la mort ne peut arrêter l’amour.


Conclusion:

Ce texte écrit par Théophile de Viau, qui nous initie à la question de l’amour tragique. Nous voyons que la réflexion est marquée par l’aspect baroque du fait du déséquilibre qu’exprime Thisbé durant cet extrait de l’acte V scène 2. Le baroque s’exprime à deux niveaux, par le thème et par les figures de style. C’est une constance chez les auteurs baroques de jouer tant sur les figures de rhétorique que sur les thèmes. La mort est ici assimilée à la fatalité et traduit l’impuissance de l’homme car elle rappelle sa mortelle condition et l’irréversibilité du temps qui passe. Nous retrouvons cette impression dans la dernière scène de Roméo et Juliette où les deux amants subliment leur amour dans la mort.

Date de dernière mise à jour : 25/08/2017

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau