Candidats libres   Descriptifs   Oeuvres intégrales   L'entretien EAF  Coaching scolaire    Lycées français à l'étranger  Docbac

Les annales 2018  -  L'actualité du bac 2018 - Bac 2019 L'actualité du brevet 2018 - Brevet 2019 -

Pensez-vous que Don Juan soit un personnage comique?

 

Dnbac dissertations

Une oeuvre intégrale, Dom Juan au bac, séquence théâtre

 

Théâtre et représentation : :

Dissertation

 

Sujet :

Pensez-vous que Don Juan soit un personnage comique?

 

Dnbac dissertations

Les écrivains comme les metteurs en scène, influencés par les métamorphoses successives de Dom Juan dans l'histoire littéraire offrent du séducteur des images variées et parfois opposées. Mais aucune interprétation ne peut faire l'économie du genre que Molière a choisi pour sa pièce : Dom Juan est une comédie. Son héros devrait être aussi comique qu'Harpagon, Argan, ou Alceste. L'avarice, l'hypocrisie, la misanthropie ont pu trouver leur figure ridicule : pourquoi le libertinage incarné par Don Juan ne serait pas l'objet d'une satire? D'où vient que le caractère comique de Don Juan est moins risible que Monsieur Jourdain ou Tartuffe? En effet, la comédie de moeurs dans Dom Juan sombre dans une couleur plus tragique. Multiforme, le héros de la pièce joue des rôles contradictoires : manipulateur des marionnettes ridicules que sont ses victimes ou victime de l'ironie de son destin. Joueur, Don Juan est joué aussi. Jamais pur, le comique du libertin est amer, inquiétant, absurde.

Le héros de la pièce de Molière plaît, en premier lieu par son libertinage.

Tout d'abord, Don Juan incarne le séducteur insatiable et imbattable. Il est " l'épouseur à toutes mains". Ainsi, parvient-il à séduire deux paysannes en même temps. On le voit passer d'une femme à l'autre dans la même scène. Le comique de situation et de mots rend Don Juan amusant.

Aussi Don Juan dessine avec lyrisme la beauté de la séduction : il en fait un art dont il maîtrise les techniques et les subtilités dans sa célèbre tirade sur l'inconstance de la scène 2 de l'acte I.

Enfin, cet homme à femmes apparaît comme un épicurien, travaillé par la quête de tous les plaisirs de la vie, bon vivant et par la suite plaisant bien qu'attiré par le vice.

La tonalité comique demeure bien présente tout au long de la pièce grâce au comique de situation, de mots et de certains personnages secondaires. Cependant aussi bien le comportement et le destin de Don Juan font de cet homme un héros condamné au châtiment comme pour un personnage tragique.

Don Juan se présente en second lieu comme un homme inquiétant et inquiété.

Ce libertin pervertit et détruit ses proies. Le plaisir de Don Juan provoque l'accumulation de victimes : débauches, sacrilèges, blasphèmes, infidélités... A travers les manipulations de la séduction, Don Juan se montre amoureux du jeu et de la comédie. Il met en scène le monde pour qu'il lui désigne les victimes. Puis, il se joue d'elles et les ridiculise. Enfin son jeu est cruel. Sans valeurs, la morale de Don Juan est indifférente à tout, rien à ses yeux ne demeure longtemps sérieux. Il ment à son propre père et transgresse ainsi les conventions sociales. Il ne se comporte presque jamais comme un gentilhomme et son père voit en lui le déshonneur de la famille. Comme il peut-être dangereux : en effet il a assassiné le commandeur.

Enfin, il nargue tous les personnages et défie le ciel. La statue n'échappe pas au mépris qu'il jette sur le monde avec un rire. Son invitation à la statue s'apparente à une face. Il blasphème contre Dieu et pousse son arrogance à égaler Dieu ou prouver qu'il n'existe pas. Son châtiment clôt son aventure et la pièce d'une manière tragique. Son sadisme, son athéisme et sa provocation sont sans appel et il n'y aura pas de rédemption pour Don Juan comme pour Argan ou Harpagon.

La fin tragique dramatise la comédie. A moins que le tragique de cette oeuvre inclassable de Molière soit aussi facteur de comique.

Don Juan préfigure les héros romantiques et les personnages absurdes du théâtre moderne qui ne sont ni tout à fait drôles ni absolument monstrueux. C'est un personnage insaisissable à la fois moqueur et moqué, incrédule et transgresseur obstiné et assez absurde.

Tout d'abord, le héros qui ne cesse d'ironiser sur la croyance de ses victimes comme de ses proches en la justice divine, I, 3, se touve puni par une intervention divine. Ainsi le dénouement de la pièce démontre que ce n'est pas finalement Don Juan qui s'est moqué du Ciel mais c'est ce dernier qui aura le dernier mot.

Aussi l'aveuglement de Don Juan face aux avertissements répétés de plusieurs personnages le présente comme un être victime de sa passion maniaque, un homme en décalage avec ce qu'il fait et ce qui lui arrive réellement. Son comportement basé sur la conviction que Dieu n'existe pas demeure inchangé même suite à l'apparition de la statue. En fin de compte, le personnage paraît absurde par son entêtement.

Enfin, le comique naît de l'écart par rapport à une norme. La norme est ici fournie par la croyance en Dieu. Or la pièce ne donne le rôle de "raisonneur" à aucun personnage digne de remplir cette mission. Le valeut Sganarelle, à qui le dramaturge semble déléguer ce rôle, est lui-même farcesque. La mort triomphe de Don Juan sans qu'il n'ait capitulé, sans qu'il n'exprime aucun repentir. Sa mort aussi tragique qu'absurde n'est cependant point comique.

Pétri de contradiction, Don Juan est un personnage tragique et comique. Sa tragédie est comique et son comique est tragique. Molière crée ainsi l'occasion de ce personnage inclassable : une autre sorte de comique moins franc et plus obscur. Obstiné de libertinage au point de frôler le grotesque, Don Juan inquiète aussi. Le rire provient davantage de l'attitude et des paroles d'autres personnages comme Sganarelle , alors que Don Juan, lui, fige notre sourire et nous met mal à l'aise, jusqu'au point de nous demander si l'on peut se jouer et rire de tout. Le comique de Don Juan est étrangement moderne ou en retard sur les conventions de son époque. Incluant les éléments comiques empruntés à la farce où à la satire, Molière oriente sa comédie vers les débordements insensés de l'absurde. Peut-on voir dans le coupe maître et valet du XVIIè une anticipation de Vladimir et Estragon, les personnages tristement loufoques de la pièce de Samuel Beckett, En attendant Godot, du XXème siècle.

 

 

Date de dernière mise à jour : 06/08/2017