- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Mythologies R. Barthes, Jouets commentaire

 

 

Dnbac commentairesMythologies, Roland Barthes

Jouets = commentaire littéraire

 

Jouets

        Que l'adulte français voit l'Enfant comme un autre lui-même, il n'y pas de meilleur exemple que le jouet français. Les jouets courants sont essentiellement un microcosme (1) adulte ; ils sont tous reproductions amoindries d'objets humains, comme si aux yeux du public l'enfant n'était en somme qu'un homme plus petit, un homunculus (2) à qui il faut fournir des objets à sa taille.
Les formes inventées sont très rares : quelques jeux de construction, fondés sur le génie de la bricole, proposent seuls des formes dynamiques. Pour le reste, le jouet français signifie toujours quelque chose, et ce quelque chose est toujours entièrement socialisé, constitué par les mythes ou les techniques de la vie moderne adulte : l'Armée, la Radio, les Postes, la Médecine (trousses miniatures de médecin, salles d'opération pour poupées), L'École, la Coiffure d'Art (casques à onduler), L'Aviation (parachutistes), les Transports (Trains, Citroëns, Vedettes, Vespas, Stations-Services), la Science (Jouets martiens).


        Mais cela est plus rare : le jouet français est d'ordinaire un jouet imitation, il veut faire des enfants usagers, non des enfants créateurs.

    L'embourgeoisement du jouet ne se reconnaît pas seulement à ses formes, toutes fonctionnelles, mais aussi à sa substance. Les jouets courants sont d'une matière ingrate, produits d'une chimie, non d'une nature. Beaucoup sont maintenant moulés dans des pâtes compliquées : matière plastique y a une apparence à la fois grossière et hygiénique, elle éteint le plaisir, la douceur, L'humanité du toucher. Un signe consternant, c'est la disparition progressive du bois, matière pourtant idéale par sa fermeté et sa tendreur, la chaleur naturelle de son contact ; le bois ôte, de toute forme qu'il soutient, la blessure des angles trop vifs, le froid chimique du métal ; lorsque l'enfant le manie et le cogne, il ne vibre ni ne grince ; il a un son sourd et net à la fois ; c'est une substance familière et poétique, qui laisse l'enfant dans une continuité de contact avec l'arbre, la table, le plancher. Le bois ne blesse, ni ne se détraque ; il se casse pas ; il s'use, peut durer longtemps, vivre avec l'enfant, modifier peu à peu les rapports de l'objet et de la main ; s'il meurt, c'est en diminuant, non en se gonflant, comme ces jouets mécaniques qui disparaissent sous la hernie d'un ressort détraqué. Le bois fait des objets essentiels, des objets de toujours. Or il n'y a presque plus de ces jouets en bois, de ces bergeries vosgiennes, possibles, il est vrai, dans un temps d'artisanat. Le jouet est désormais chimique, de substance et de couleur ; son matériau même introduit à une cénesthésie (4) de l'usage, non du plaisir. Ces jouets meurent d'ailleurs très vite, et une fois morts, n'ont pour l'enfant aucune vie posthume.

Microcosme : monde réduit. - Homunculus : petit être vivant. - Démiurgie : une activité créatrice. - Cénesthésie : ici, signifie que l'enfant reconnaît l'objet sans affectivité particulière.

 

Dnbac commentaires

Commentaire littéraire

 

 

Introduction

Roland Barthes est né en 1916. Il fait des études de Lettres puis se consacre à la critique littéraire et à la sociologie. Entre 1954 à 1957 il publie une série d'articles qu'il regroupera en 1957 dans Mythologies. Il cherche à déceler dans les objets quotidiens les signes d'une réalité sociale qui échappe à ses contemporains. Ici Barthes nous invite à prendre du recul sur les jouets proposés aux petits Français qui, selon l'opinion générale, ont pour objet de développer leur créativité et servir de supports à leurs découvertes. Nous observerons d’abord la minutie avec laquelle RB relève les signes attachés aux jouets puis nous expliciterons comment le jouet trahit l'aliénation des enfants et y contribue. Nous verrons enfin comment l’écriture est pour RB un jeu et comme le jouet un instrument de liberté et de plaisir.

Développement

 

Plan suivi :

  • I - Le jouet est un signe
  • Miniature du monde adulte
  • Dénonciation dans une argumentation claire
  • Sémiologie du jouet
  • II - L'enfance est une aliénation
  • Usagers
  • Bourgeois
  • Traité comme un prolétaire
  • III - Le jeu permet l'émancipation
  • Jeux de construction
  • Jeux poétiques
  • Jeux d'imagination

 

Problématique :

En quoi ce texte est-il représentatif du projet et de la méthode de Barthes dans Mythologies?

 

R barthes commentaire jouetsR barthes commentaire jouets (358.21 Ko)

 

Dnbac commentaires

Conclusion

Nous avons étudié les signes que relève RB dans l’univers du jouet et ce qu’ils traduisent de l’aliénation des enfants dans la société bourgeoise. Nous avons évoqué le plaisir qu’il prend à jouer avec les mots et à se jouer du lecteur. Où finit dans ce texte l’analyse sociologique sérieuse, où commence l’exercice littéraire d’un auteur brillant ? Peu importe. On ne peut que saluer aujourd’hui encore la perspicacité de RB et son talent et, peut-être, imaginer les réflexions que lui aurait inspirées l’invasion des jeux vidéo.

Date de dernière mise à jour : 27/07/2017