- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

La comédie a pour fonction de faire rire

 

 

Éléments pour une dissertation au bac de français

 

 

La comédie a pour fonction de faire rire le public

 

 

 

Dnbac dissertations

 

La comédie a t'-elle pour fonction de faire rire? 

 

 

Nous allons nous poser la question de savoir si la comédie a pour fonction de faire rire le public. Nous savons que quelques mois avant d’entreprendre Dom Juan, Molière écrivait, « le devoir de la comédie étant de corriger les hommes en les divertissant, j’ai cru que dans l’emploi où je me trouvais, je n’avais rien de mieux à faire que d’attaquer par des peintures ridicules, les vices de mon siècle ». C’est pourquoi, il donne à son Dom Juan, une grande dimension comique et burlesque.

 

 

Concernant la notion de comique, nous pouvons dire qu’il ne rit jamais à ses dépens; Don Juan mène toujours le jeu. Son habileté, son besoin de défier, sa tendance au mépris, le rendent apte à transformer tous les personnages en pantins. Il ridiculise les remontrances de son père dans la scène 4 de l’acte IV par une réponse sèche : »monsieur, si vous étiez assis, vous en seriez mieux pour parler ». Dans la scène 8 de l’acte IV, le commandeur lui-même serait un élément de dérision, s’il ne se transformation au-delà de la fantaisie et du caprice de Dom Juan, en une effrayante statue mobile.

 

Molière accorde beaucoup d’importance au comique gestuel en particulier pour le valet Sganarelle. Les parenthèses de la scène 2 de l’acte I sont au service du rire : »je parle au maître que j’ai dit », « ce n’est pas à vous que je parle mais à l’autre. Dans la scène 1 de l’acte III, pou conclure la démonstration de Sganarelle sur la supériorité de l’homme, Molière note : « il se laisse tomber en tournant ». Dans la scène 7, de l’acte IV, la réplique, « …qui est là! », (il s’agit de la statue) est accompagnée d’une indication gestuelle : -baissant la tête comme l’a fait la statue- qui donne à la frayeur du valet une intensité particulièrement comique.

 

 

Molière a voulu donner à l’ensemble de l’acte II un ton essentiellement divertissant. La seule condition sociale des personnages des paysans qui évoluent sur scène, fait rire le public. Pierrot, Charlotte et Mathurine s’expriment en patois, « je m’en vas te conter… ». Lorsque Charlotte console Pierrot, elle lui dit : »je te ferai gagner queuque chose et tu apporteras du beurre et du fromage cheux nous ».

 

Le burlesque s’appuie sur un comique de rupture d’opposition. Le rire est provoqué par le contraste entre la gravité, l’importance de la situation et le langage, le comportement, la gestuelle utilisés. Par exemple, à l’acte I, scène 1, Sganarelle veut aborder un sujet sérieux : l’usage du tabac. Pour imiter l’art de discourir de Don Juan, le valet emploie maladroitement des mots et des références dont il ignore le sens. Ses propos font rire le spectateur et le lecteur.

 

 

Don Juan s’exprime et agit conformément aux bienséances, à la politesse de son rang, mais ses intentions sont grossières et insolentes. L’atmosphère est tendue mais ses propose provoquent le rire. Il place ses interlocuteurs dans une situation ridicule : « embrassez-moi donc SVP, déclare t’-il à son créancier.

 

Ainsi le rire est présent tout au long de la pièce qui très souvent s’apparente à une série de sketches issus de la farce.

 

Le rire est l’arme de la comédie et Beaumarchais sait l’utiliser. En ce sens, il reprend à son compte l’ancienne définition de la comédie : »elle corrige les mœurs par le rire ». Les trois dimensions du comique du Mariage de Figaro, reflètent une volonté de mettre en avant les procédés du rire.

 

Le comique de situation domine. Dans l’acte I, on peut voir les jeux comiques des personnages. Chérubin terrifié par l’arrivée du comte s’est caché derrière un fauteuil. Suzanne s’approche de ce fauteuil pour le dissimuler davantage aux yeux du comte. Le conte qui ne veut pas être vu, se précipite à son tour derrière le fauteuil. C’est une situation typique de la comédie où des personnages se dissimulent dans des cachettes inattendues. Il y a d’autres procédés comiques du registre populaire; on donne et on reçoit beaucoup de gifles qui retentissent sur la joue d’un personnage autre que celui à qui elle était destinée. On trouve dans l’acte V un grand nombre de quiproquos qui provoque le rire, comme lorsque le comte prend sa femme pour Suzanne, alors que Figaro, est lui aussi dupe du travestissement, et prend Suzanne pour la comtesse.

 

 

Le comique de caractère a également son importance; Dans la Poétique, Aristote affirme que l’auteur de comédie doit représenter les hommes pires qu’ils ne sont dans la réalité. Les vices doivent être exagérés pour provoquer le rire; Le rire est une réaction salutaire qui permet de mettre à distances ces vices que nous voyons sur la scène. Le rire par Antonio et Bazile est provoqué de façon involontaire; Beaumarchais amuse les spectateurs en montrant la distance entre la lourdeur d’esprit du personnage et ses prétentions intellectuelles et sociales; On trouve dans ses paroles des termes incongrus : « qu’ont-ils tant à balbucifier? », demande t’-il à Marcelline en voyant les juges qui délibèrent. Ce néologisme révèle son désir de paraître plus éduqué qu’il ne l’est. On constate également que le ridicule de Bazile provient du contraste entre ses talents fort médiocres de musicien et la haute idée qu’il a de son art. De même celui de Brid’oison repose sur le contraste entre son incompétence et celui de la gravité de ses pouvoirs de juge.

 

 

Concernant le comique de langage, Beaumarchais excelle en jeux de mots. Bazile se plaint des calomnies de Figaro contre ses dons de musicien alors « qu’il n’est pas un chanteur que son talent n’ait fait briller ». Le jeu de mots vise à faire rire.

 

Ainsi de Molière à Beaumarchais, la comédie a pour fonction de faire rire cependant nous pouvons lui accorder une autre fonction, celle de corriger les mœurs, de dénoncer les vices des hommes ou encore de faire une satire morale et politique, elle peut contribuer à stigmatiser les abus, l’arbitraire du pouvoir, les injustices, l’intolérance et la censure.Dnbac dissertations

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 13/08/2017

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau