Candidats libres   Descriptifs   Oeuvres intégrales   L'entretien EAF  Coaching scolaire    Lycées français à l'étranger  Docbac

Les annales 2018  -  L'actualité du bac 2018 - Bac 2019 L'actualité du brevet 2018 - Brevet 2019 -

Formes et fonctions du monologue au théâtre

 

Dnbac dissertations

 

 

Lecture en ligne de la dissertation 

Corrigé de dissertation : 

 

  • séquence le théâtre

 

-Bac de français

  • Dissertation intégralement rédigée de prépabac : le bac en ligne
  • *** Toutes séries, générales et technologiques

Descriptif :

Le corrigé est intégralement rédigé, il comprend trois parties avec chacune plusieurs arguments, une transition, une conclusion avec ouverture

Sujet :

Après vous être demandé quelles diverses formes peut prendre le monologue, vous vous interrogerez sur ses diverses fonctions dans une œuvre théâtrale. Vous appuierez votre réflexion sur les pièces de théâtre de votre connaissance.

 

Plan proposé

  • I -Les fonctions du monologue du point de vue de l’action
  • Le monologue dans le rôle d ‘une scène d’exposition
  • le monologue du point de vue de l'action : anticiper ou créer l'action
  • Transition
  • II - Le monologue du point de vue du personnage
  • il permet l'expression du sentiment : une fonction introspective
  • Une fonction délibérative
  • Transition
  • III – Le monologue et ses rôles divers dans la pièce de théâtre
  • Donner le ton d'une pièce
  • Donner un statut aux spectateurs
  • conclusion avec ouverture

 

Lecture en ligne du devoir intégralement rédigé :

 

Introduction :

Quelles sont les fonctions du monologue et quelles sont les diverses formes que celui-ci peut prendre au théâtre? Nous nous interrogerons sur ces deux aspects de la question, aspects essentiels pour la compréhension d'une pièce de théâtre. Parmi le vocabulaire du théâtre, nous retrouvons dans sa terminologie propre, les dialogues mais aussi les monologues mais nous pouvons nous demander quel impact parmi les différents dialogues d'une pièce, le monologue peut avoir. Nous pouvons définir le monologue comme le dialogue d'un personnage avec lui-même, il parle en effet à haute voix face aux spectateurs attentifs pendant un laps de temps pouvant varier en remplissant ainsi l'espace théâtral pendant sa prise de parole exclusive. Mais quel message l'auteur veut-il faire passer en octroyant le monopole de la parole à un seul personnage? Pourquoi ne pas le confronter dans un dialogue avec un autre? Comment comprendre cet intérêt à mettre son monologue en avant? Dans le cadre d'une scène d'exposition le monologue permet-il de faire connaître aux spectateurs la situation dramatique? Au-delà de la fonction informative, a t'-il une fonction délibérative? Ou encore une fonction introspective? Nous tenterons de répondre à ces questions en mettant l'accent sur le fait que le monologue a encore pris de l'importance dans le théâtre moderne par rapport à l'antiquité. Son usage est récurrent depuis le 16ème siècle. Comment comprendre ce recours presque systématique au monologue dans le théâtre moderne, pourquoi ce moyen est-il mis au service de la dramaturgie? Nous allons nous concentrer sur les fonctions du monologue dans notre théâtre du point de vue de l'action et des personnages. En quoi peut-il répondre aux exigences de la scène d'exposition, en quel sens favorise t'-il l'expression du sentiment et la délibération?

 

Les fonctions du monologue du point de vue de l’action dans le théâtre

1 – une scène d’exposition

Le monologue paraît dans un premier temps, l'outil indispensable pour mettre en place l'intrigue. Il permettrait donc de faire connaître la situation dramatique. On retrouve de schéma dans les scènes d'exposition. Les enjeux de la comédie ou de la tragédie sont de la sorte mis en place. La fonction peut donc être explicative si l'on prend l'exemple du Malade imaginaire de Molière, nous apprenons ainsi dans la scène d'exposition qu'Argan est un riche malade, il fait ses comptes dans sa chambre : «trois et deux font cinq et cinq font dix et dix font vingt ; trois et deux font cinq...». Nous pourrions encore citer Racine qui commence dans les Plaideurs par un long, très long monologue. Ce procédé lui permet de faire en sorte d'informer le spectateur et le lecteur par petit Jean à qui revient cette tâche. Cela devient en quelque sorte une commodité dans le respect des règles du temps . L'action s'étendant sur une journée ou plus est ainsi réduite à deux heures. L'action respecte le temps de la pièce. Le monologue devient un procédé théâtral indispensable au respect des règles du théâtre.

2 – Le monologue au service de l'anticipation ou de la création de l'action

Dans le monologue d'Antigone d'Anouilh, le suspens est travaillé de manière particulière. En effet, l'action semble s'arrêter et s'étaler dans le long monologue, la fatalité est mise en avant, le spectateur sait tout ce qui va se passer. Le chœur nous renseigne ainsi : «C'est reposant la tragédie.... «. Tout ce qui doit arriver arrive irrémédiablement anticipant ainsi l'action. L'action peut aussi être créée d'une certaine manière par le monologue comme c'est le cas chez Cocteau avec l'instrument du téléphone qui se met au service de l'action par l'intermédiaire d'un pseudo-monologue.

Transition :

Ses fonctions semblent donc plurielles, il peut servir, anticiper, créer l'action mais il peut en outre se mettre au service des personnages de la pièce en s'adaptant aux différents caractères de ces derniers.

 

Le monologue au service des personnages de la pièce

1 – Une fonction introspective

On retrouve chez Alfred de Musset, Lorenzaccio en 1834, dans l'acte IV, scène 3, un personnage qui s'interroge sur les raisons profondes de ses actions. Il s'interroge sur les raisons pour lesquelles il va assassiner le duc de Florence.

Lorenzo : De quel tigre a rêvé ma mère enceinte de moi? Quand je pense que j'ai aimé les fleurs, les prairies et les sonnets de Pétrarque, le spectre de ma jeunesse se lève devant moi en frissonnant. O Dieu! Pourquoi ce seul mot, «à ce soir», fait-il pénétrer jusque dans mes os cette joie brûlante comme un fer rouge? De quelles entrailles fauves, de quels velus embrassements suis-je donc sorti? Que m'avait fait cet homme? Quand je pose ma main là, et que je réfléchis, -qui donc m'entendra dire demain : je l'ai tué, sans me répondre : pourquoi l'as -tu tué? Cela est étrange.

Le personnage exprime ainsi ses sentiments et s'interroge sur l'acte terrible qu'il est sur le point de commettre. Le monologue nous révèle son état d'âme profond. L'expression lyrique des sentiments est également visible dans l'acte III, scène 5 du mariage de Figaro. «Voici l'instant de la crise...». Figaro conclut son monologue dans un état déprimé et choqué car il croit Suzanne infidèle. L'introspection est très nette. Il s'interroge sur son passé en faisant un retour sur lui-même faisant ainsi progresser l'action.

2 – Une fonction délibérative

Nous avons comme exemple de monologue délibératif dans le monologue final de Bérenger dans Rhinocéros de Ionesco. Il se manifeste dans les cas de dilemme. Notre personnage évalue ses différents possibilités d'action. Tous les personnages se sont transformés en rhinocéros, il est le seul survivant humain. Le dilemme est là. Bérenger épargné par la métamorphose s'interroge, doit-il rejoindre le troupeau ou garder son humanité? Nous pouvons citer en outre l'exemple de Rodrigue qui dans le Cid de Corneille qui s'épanche sur son état d'âme du moment : doit-il venger son père en se battant contre le père de Chimène et perdre l'amour de sa maîtresse ou perdre son honneur en renonçant à la vengeance : «J'attire ses mépris en ne me vengeant pas «. Le monologue est ici l'occasion d'une délibération avec soi-même. Le choix est pour lui difficile : l'amour ou l'honneur?

Transition :

Le monologue a donc différentes fonctions possibles, introspective, délibérative mais il peut aussi donner le ton d'une pièce et conférer un statut aux spectateurs.

 

Le monologue : un instrument pour donner le ton et conférer un statut aux spectateurs

1 – donner le ton d’une pièce par le monologue

En effet, d’autres fonctions s’ajoutent encore aux précédentes, il peut donner le ton dans une pièce de théâtre, Argan dans le malade imaginaire se sert du monologue pour donner le ton, il fait le décompte de ses dépenses médicinales, l’histoire s’ouvre sur son décompte et sur son dialogue fictif avec son apothicaire M. Fleurant. Le ton comique de toute la pièce est d’emblée donné, l’atmosphère est dès l’ouverture donnée. Dans une tonalité différente, on peut encore citer le long et fameux lamento du jardinier qui occupe l’entracte séparant le premier et le deuxième acte d’Electre de Giraudoux. Il s’avance sur scène et devant le rideau baissé, s’adresse au public qu’il prend à partie et à témoin: «écoutez», leur dit-il et c’est alors que commence son long monologue dans lequel il peint son sort d’éternel perdant, il se lance ainsi dans une méditation, une critique littéraire et dramatique par la définition qu’il donne de la tragédie, «c’est cela que c’est la tragédie avec ses incestes, ses parricides: de la pureté, c’est-à-dire en somme de l’innocence».

2 – donner un statut au spectateur par le monologue

En dernière fonction attribuée au monologue, nous dirons que le spectateur trouve un statut particulier. En effet nous savons que le public n’a en général pas part à ce qui se passe sur scène, il est exclu et ne fait pas partie de l’action. Lorsque le monologue se met en place, les choses changent car il devient le témoin, le seul témoin, position privilégiée et parfois même le destinataire à qui s’adresse le personnage qui le prend à témoin comme le jardinier dans Electre de Giraudoux ou dans le prologue d’Anouilh, Antigone. Le spectateur est ainsi projeté dans l’action à laquelle il participe indirectement, l’espace scénique dépasse les limites de la scène et s’étend à la salle tout entière, l’illusion devient plus parfaite encore.

 

Conclusion

Nous avons vu que le monologue dans le théâtre est devenu, plus encore depuis le 16ème siècle, un outil incontournable dans l'introspection, la délibération, l'information des scènes d'exposition, il peut suspendre, anticiper l'action ou encore la créer. Il a à ce jour une place indispensable dans la création théâtrale et peut en outre conférer un statut particulier aux spectateurs et donner le ton d'une pièce.

Date de dernière mise à jour : 09/08/2017