Candidats libres   Descriptifs   Oeuvres intégrales   L'entretien EAF  Coaching scolaire    Lycées français à l'étranger  Docbac

Les annales 2018  -  L'actualité du bac 2018 - Bac 2019 L'actualité du brevet 2018 - Brevet 2019 -

A une passante, Baudelaire, Oral EAF : commentaire littéraire et questionnaires

 

 

Baudelaire, A une passante

Oal EAF

 

ORAUX EAF

 

Questions sur Baudelaire
  • - A quel siècle appartient-il?
  • 19ème siècle
  • - Citer deux contemporains
  • Nerval, Balzac, Victor Hugo
  • - Quelle est son oeuvre la plus célèbre?
  • Les Fleurs du mal
  • - Citer deux autres oeuvres du poète
  • Les paradis artificiels, petits poèmes en prose
  • - Quelles sont les trois femmes de Baudelaire?
  • jeanne Duval, Mme Sabatier, Marie Daubrun
  • Qu'est ce qu'un dandy?
  • Un dandy est un homme très élégant, raffiné. Le courant de mode s'appelle le dandysme. Il vient d'Angleterre, XVIIIème siècle. On peut aussi parler en terme d'état d'esprit, d'affectation de l'esprit.
  • - Quels hommes de lettres fréquentait-il?
  • Nerval, Balzac
  • De quoi est-il décédé?
  • Baudelaire est atteint d’une congestion cérébrale et rapatrié vivant, mais aphasique, il meurt le 31 août 1867.

 

 

  • Questions sur les Fleurs du mal : recherches personnelles
  • I - Les Fleurs du mal : -
  • Dans quelle section le poème "spleen" est il tiré?
  • - Combien y a t'il de poésies ayant ce même titre "spleen"?
  • Section "spleen et Idéal" : Le poème est intitulé "spleen", LXXVIII. C'est le 4ème poème ayant le même titre.
  • - Que signifie le spleen?
  • Ce terme vient de l'anglais dès le début du 18ème siècle. Baudelaire a commencé à l'introduire en France : il signifie "mélancolie" : humeur noire : dépression

Structure des Fleurs du mal :

Les Fleurs du mal :

recueil composé de six sections et d'un poème préliminaire ou prologue, " Au Lecteur ".

  • - " Au Lecteur " –
  • - Spleen et Idéal (85 poèmes)
  • - Tableaux Parisiens (30 poèmes)
  • : - Le vin (5 poèmes) –
  • -Fleurs du mal (9 poèmes) :
  • - Révolte (3 poèmes) :
  • - La mort (6 poèmes) :

 

  • Questions sur les Fleurs du mal :
    Quelles sont les sections qui composent le recueil ?
  • Quels sont les grands thèmes abordés dans le recueil ?
  • Quelle image de la femme le recueil propose-t-il ?
  • Quelle section des Fleurs du Mal est dominée par l'image de Satan ?
  • Réponse : C'est la section intitulée « Révolte » qui est dominée par l'image de Satan. Baudelaire emploie souvent la forme du sonnet.
  • Quand cette forme a-t-elle été mise à la mode en poésie française ?
  • Réponse : Cette forme poétique inventée en Italie a été importée en France sous la Renaissance, au XVIe siècle. Dans sa préface au Spleen de Paris, Baudelaire rend hommage au créateur du poème en prose.
  • De qui s'agit-il? Réponse : C'est à Aloysius Bertrand que Baudelaire a rendu hommage au début du Spleen de Paris.
  • Quel mouvement littéraire et pictural fut fortement inspiré par Baudelaire, notamment par son poème Correspondances.
  • Réponse : Le Symbolisme.
  • À qui ont été dédiées Les Fleurs du Mal ? Réponse : Les Fleurs du Mal ont été dédiées à Théophile Gautier

 

ORAUX EAF

 

 

Les Fleurs du Mal – Baudelaire

« A une passante ».

                                                  

Le thème de la rencontre chez Baudelaire

 

Le sonnet que nous nous proposons d’étudier est tiré des Fleurs du Mal, de Baudelaire écrit en 1857. Dans ce poème, Baudelaire propose par l'intermédiaire de la rencontre avec la femme, une allégorie du beau. 

Dans le but de répondre à notre problématique, nous verrons dans un premier temps une passante qui incarne l'idéal de beauté, en second lieu, nous montrerons en quoi le poète est subjugué et enfin dans notre dernière partie, nous étudierons l'apparition fugitive et l'espoir impossible de retrouver l'idéal. 

Problématiques possibles :

La plus facile : problématique retenue pour l'étude 

En quoi la femme rencontrée est-elle une allégorie du beau ?

Une problématique plus difficile

Montrez que les thèmes de la rencontre et de la disparition traduisent l'opposition entre la réalité et l'idéalité chez Baudelaire

I-Une passante qui incarne l’idéal de beauté baudelairien

A/ Un cadre moderne et bruyant

Le vers 1 du poème inscrit d’emblée celui-ci dans le décor des tableaux parisiens : il s’agit d’un Paris moderne, bruyant, affairé. La rue est présentée comme un milieu hostile : on observe ainsi une personnification de la rue (« la rue hurlait »), qui la présente comme une entité agressive. L’adjectif « assourdissante » souligne cette cacophonie urbaine. Syntaxiquement, le poète est encerclé par la rue (« autour de moi hurlait »). On peut relever une allitération en « r » qui connote une certaine dureté. Le hiatus (« moi hurlait ») rend la phrase plus rude.

B/ L’apparition de la passante

Une passante apparaît, majestueuse, laissant un sentiment de perfection au poète. La description de la passante suit le regard de Baudelaire qui voit d’abord sa silhouette (« longue », « mince », « en grand deuil ») puis admire le geste de la main (« d’une main majestueuse »), le détail de sa toilette (« le feston et l’ourlet », « la jambe de statue »). Par ailleurs, l’énumération d’adjectifs antéposés retarde l’apparition de la femme au vers 3 (« une femme passa ») et suspend ainsi le lecteur au regard du poète qui voit la femme s’approcher. Le passé simple « passa » a une valeur événementielle (action dans le passé) : la femme est vue comme une apparition. Cette femme est gracieuse et sa démarche harmonieuse. Le rythme ample (= rythme qui donne l’impression de ne jamais s’arrêter) des vers 2 et 4 suggère cette harmonie. Le portrait de la femme s’étend d’ailleurs sur un enjambement sur le second quatrain, suggérant toujours cette idée d’expansion et d’harmonie. On peut également souligner l’harmonie du vers 4 constitué de quatre groupes de trois syllabes (« soulevant »,  « balançant », « le feston », « et l’ourlet ») = rythme tertiaire. Cette régularité retranscrit les mouvements amples et balancés de la femme tandis que l’allitération en « s » et l’assonance en « an » font entendre le bruissement des tissus.

II-Un poète subjugué

A/ La fascination du poète

Baudelaire est fasciné par l’apparition de la passante qui incarne son idéal de beauté. Le poète réapparaît brusquement au vers 6 avec le « moi » isolé en début de vers. Son trouble se perçoit à travers le rythme haché du vers 6 et 7 qui traduit sa forte émotion intérieure « Moi, je buvais, crispé comme un extravagant/Dans son œil, ciel livide… ». L’adjectif « crispé » insiste sur sa paralysie. Baudelaire est paralysé, stupéfait : le seul verbe « moi je buvais » (v.6) connote l’avidité, la soif ardente du poète face à la femme.

B/ L’idéal de l’amour baudelairien

Baudelaire est d’autant plus subjugué qu’il retrouve chez la passante les composantes de l’amour idéal où se mêle douceur et violence. On retrouve ainsi des antithèses qui soulignent le contraste entre douceur, calme et la violence. L’assonance en « s » au vers 7 et 8 souligne cette douceur et la fascination qu’elle suscite. La métaphore « ciel livide où germe l’ouragan » montre que la femme est en apparence calme mais peut également représenter un certain danger. La passante incarne si bien l’idéal de l’amour baudelairien que cette dernière a fait renaître le poète (v.10). Il fait comprendre par le verbe « renaître » que la passante lui a fait entrevoir l’idéal de beauté et lui a insufflé vie et inspiration.

III-Un moment fugitif

A/ Une apparition fugitive

[nb : conception de la modernité pour Baudelaire : la modernité c’est le transitoire, le fugitif, le contingent ( ce qui peut ne pas être nécessaire), la moitié de l’art, dont l’autre moitié est l’éternel et l’immuable). L’apparition de la passante n’est toutefois qu’un moment fugitif, vite disparu. La soudaineté de la vision et sa disparition est soulignée au vers 9 par trois points de suspension (« un éclair… puis la nuit »). L’éclair est bien évidemment l’illumination de Baudelaire par l’apparition de l’incarnation de cette beauté tandis que la nuit peut représenter la solitude et la détresse du poète. Le champ lexical du temps dans les deux tercets met en relief la brièveté de l’apparition : « fugitif », « soudainement », « trop tard », « jamais ». L’antithèse entre « fugitive » au vers 9 et « éternité » (v.11) met en lumière la soudaineté de la disparition de la passante et la recherche de celle-ci qui ne peut désormais se faire que dans un futur mystique « ne te reverrais-je que dans l’éternité ».

B/ L’espoir impossible de retrouver l’idéal aperçu

Dès la disparition de la passante, Baudelaire tente de revivre l’instant de la rencontre et de retrouver cette incarnation de la beauté. Cette tension s’observe à travers la forme interrogative du vers 11 et l’emploi du futur de l’indicatif (« ne te reverrais-je plus que dans l’éternité ? »). L’espoir de retrouver cet idéal de beauté s’amoindrit rapidement et le dernier tercet laisse entrevoir une certaine forme de désespoir. L’interrogation laisse aussi place aux exclamations (v.12) (« Ailleurs, bien loin d’ici ! Trop tard ! Jamais peut-être ! ». Baudelaire a peu d’espoir de retrouver cet idéal de beauté, ce qu’exprime l’adverbe « jamais » qui connote l’idée de fatalité laissant libre court à son lyrisme, Baudelaire s’adresse alors directement à la passante disparue à la fin du sonnet. Le vers 13 marque l’esprit par sa structure en chiasme.

Conclusion

On retrouve dans ce sonnet l’éternelle opposition des Fleurs du mal, entre la réalité et l’idéal, le spleen et l’idéal qui reflète la complexité du personnage de Baudelaire encore une fois confronté à l’impossible, l’irréversible. L’idéal de la femme est insaisissable. La femme n’est autre que l’allégorie de la beauté que le poète idéalise et sublime.

Ouvertures possibles

1 - En quoi l'allégorie de la beauté qui idéalise, sublime et esthétise la femme contribue t'-elle à moderniser la poésie?

Les fleurs du mal, Charles Baudelaire

«  A une passante  »

 

 

Questionnaire possible :

Recherches personnelles 

Définir le sonnet, le quatrain, le tercet, l'alexandrin

Qu'est-ce qu'un dandy?

Questions réponses 

Quelles sont les femmes qui ont marqué la vie de Baudelaire?

Les femmes qui ont marqué la vie de Baudelaire sont Jeanne Duval, Marie D'Aubrun et Mme de Sabatier.  

De quoi s'agit-il dans ce poème?

Ce poème est une allégorie du beau provoquée grâce à une rencontre 

 

 

Questionnaire possible :

Quels sont les deux moments essentiels de la rencontre?

Les deux moments essentiels de la rencontre sont soulignés par le premier hémistiche du vers 9, il y a une rupture par les points de suspension. La rencontre est associée à l'éblouissement, elle se situe dans les deux quatrains. 

Pourquoi le premier hémistiche du vers 9 attire t'-il l'attention? Expliquez

Il attire l'attention car il marque le moment essentiel du temps de la rencontre et anticipe l'éblouissement de la rencontre.  

Etudiez la ponctuation

Nous avons des points de suspension qui sont liés à la rupture

A quoi la rencontre est-elle associée?

A un éblouissement 

Relevez une métonymie de la femme

La métonymie est "La majesté" qui signifie la femme 

Quelle vision du poète cette métonymie traduit-elle?

La métonymie nous renvoie à la vision du poète 

Relevez participes présents qui connotent la démarche de la femme

"soulevant", "balançant"

Que marque le passé simple "passa"

Il marque la lumière furtive 

 

 

Questionnaire possible :

A quoi le nom "nuit" est-il associé?

Le nom nuit est associée à la disparition, il y a une connotation négative - le regard est perdu 

Relevez le champ lexical de la fuite

«  fuis  », «  bien loin d’ici  »

Comment se manifeste le désespoir du poète?

Relevez l'adverbe qui suggère l'aspect irreversible de la disparition de la passante.

Le désespoir du poète se traduit dans l'adverbe "jamais" qui met en avant le caractère irréversible de la rencontre 

Comment cela se traduit-il dans le poème?

Dans le poème la séparation entre les personnages se situe dans au niveau de la séparation quatrain/tercet. 

 

 

Questionnaire possible :

Comment le locuteur est-il nommé?

Il est nommé de manière récurrente grâce à des pronoms à la première personne du singulier «  moi  », «  je  », «  m’  », «  j’  »

A quelle vision le premier quatrain est-il consacré?

Tout le quatrain se rapporte à la vision de la passante

La subjectivité domine t'-elle?

Oui 

Le locuteur est-il statique? Cela s'oppose t'-il au mouvement de la passante?

le locuteur est en effet statique,, «  je buvais  », «  crispé  » et la passante est en mouvement

A quoi la puissance magique du regard se substitue t'-il?

A présent dominent le regret et l'incertitude

Le constat final est-il négatif? Expliquez en citant le texte pour justifier votre réponse

Le constat se situe dans le dernier tercet.  Il succède à l'euphorie de la rencontre 

 

Questionnaire possible :

Relevez les vers qui évoquent la passante

Elle est évoquée aux vers 2, 3, 4, 5, 7, 8, et 10

Comment l'apparition est-elle mise en avant? Sublimée?

Quelle impression cela donne t'-il au lecteur?

L’apparition dans le premier quatrain est rendue impressionnante par le rythme croissant et l’énumération qui donnent une impression d’harmonie, d’équilibre et de balancement 

Que signifie "jambe de statue"?

Qu'est-ce qu'un enjambement? Relevez en un dans le texte

 Cet enjambement fait accéder la femme au rang de déesse puisqu’on finit sur l’idée de statue

Que traduisent les sonorités

Les sonorités accentuent l’idée d’équilibre et d’ampleur

Relevez une antithèse 

«  le plaisir qui tue  » et «  la douleur qui fascine  »

Peut-on dire que cette apparition a une connotion magique?

 Le personnage devient merveilleux, la passante est féérique

Incarne t'-elle la femme? La beauté? Est-ce une allégorie de la beauté?

«  une fugitive beauté  ». Elle incarne l’allégorie de la beauté.

 

 

Questionnaire possible :

A quoi les deux tercets se rapportent-ils?

Ils sont un concentré de l'ensemble de la poésie 

Expliquez le vers 9

 Le vers 9 constitue la clé  explicitée ensuite par un grand nombre d’oppositions et d’antithèses. A partir de deux termes «  éclair  » et «  nuit  »

En quoi consiste la chute du sonnet?

 La chute du sonnet contient la richesse d’une rencontre non réalisée

Cela traduit-il le passage de l'idéal à la réalité? Est-ce une opposition qui caractérise la poésie de Baudelaire?

L’instant privilégié d’une encontre fascinante peut-être perçu comme une ouverture éphémère sur l’univers du beau ou comme la promesse d’un amour passionné.

 

 

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 20/01/2018