- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Ne désirons-nous que les choses que nous estimons bonnes?

DNBAC

 

 

 

Ne désirons-nous que les choses que nous estimons bonnes ?

Eléments pour le développement

Présupposé du sujet : Nous désirons les choses que nous estimons bonnes •Première partie : examiner le présupposé : Pourquoi désirons-nous les choses que nous estimons bonnes ? • S’appuyer sur une analyse de ce que désirer veut dire et entendre « bon » au sens de « nécessaire au bonheur » ou « nécessaire à notre survie ». •Donner des exemples • Trouver des références (Aristote, Epicure)
Problème : est-ce que nous ne désirons que cela ?
Nous désirons parfois des choses que nous estimons bonnes mais qui ne le sont pas. •Deuxième partie : examiner la possibilité de se tromper sur ce qui est bon ou pas. Nous désirerions ce que nous estimons bon, mais nous nous tromperions. • Appuyer l’analyse sur l'un des sens possibles de « estimer » : avoir une opinion. Il y a une opposition conceptuelle entre croire (opinion) et savoir (connaissance). L’estimation peut être erronée.
• Donner des exemples • Trouver des références (Aristote, Epicure)
Nous désirons parfois des choses que nous n’estimons pas bonnes parce que nous ne procédons à aucune estimation. •Deuxième partie : examiner la possibilité qu'aucune évaluation n’intervienne. • Nous pouvons désirer des choses que nous n’estimons ni bonnes, ni mauvaises. en effet, certains désirs sont inconscients, donc il n’y a pas d’estimation de leur objet. Appuyer l’analyse sur la distinction entre conscience et inconscient. • Donner des exemples • Trouver des références (Freud)
Enfin, du fait qu'on ne choisit pas ses désirs, il est même possible de désirer ce que l’on estime mauvais. •Troisième partie : examiner la possibilité de désirer non seulement indépendamment de toute estimation (ce qui a été vu précédemment), mais aussi en dépit du fait que l’objet est estimé mauvais. • S’appuyer sur l’analyse du désir opposé à la volonté et sur les différents sens de « bon » et « mauvais ». Ici, « bon » et « mauvais » doivent être compris comme ce qui est moralement bon ou mauvais. Certains désirs sont considérés comme moralement mauvais. On peut vouloir les écarter, mais cela n’empêche pas le désir d’exister. Il est seulement refoulé. • Donner des exemples • Trouver des références (Kant, Freud)
Article rédigé par Maryvonne Longeart, professeur de philosophie

http://www.ac-grenoble.fr/PhiloSophie/articles.php?lng=fr&pg=2594-

Date de dernière mise à jour : 03/08/2017

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau