- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Existe t'-il des violences légitimes?

Dnbac dissertations

 

LA VIOLENCE DANS LA LITTERATURE


Existe t’-il des violences légitimes?
L’homme peut-il éviter d’être violent?


-Dissertation-


Introduction

Nous allons étudier la place de la violence dans la littérature, nous verrons dans un premier temps, s’il existe des violences légitimes et en second lieu, si l’homme peut éviter d’exercer sa violence ou s’il existe une violence inhérente à sa nature profonde qui l’y pousse irrémédiablement. Nous respecterons le plan dialectique afin d’envisager les différents points de vue sur la même question.

Développement



Existe-t-il des violences légitimes?

Thèse :

Nous pouvons considérer qu’il y a sur la plan individuel et collectif autrement dit celui de l’homme vivant en collectivité, le plan social, des violences légitimes. Elles peuvent s’opposer à la violence contraire à la morale et à la loi.

Arguments :

La violence peut mettre fin à la violence; C’est-ce qu’on appelle la légitime violence associée à la légitime défense, en cas d’agression par exemple. Le droit considère que tout acte, toute attitude sont légitimes à partir du moment où la personne qui en est l’auteur est dans son droit. Nous pouvons également utiliser la violence contre toute forme de violence qui porte atteinte à l’intégrité de quelqu’un au niveau physique, moral ou encore à sa liberté.
Le pouvoir politique peut-être dans son droit lorsqu’il a recours à la violence; Un état de droit n’est concevable que s’il repose sur l’ordre et le respect des lois. Lorsque ses fondements sont mis en péril par exemple dans le cas d’un attentat terroriste, l’état peut se voir contraint d’utiliser la violence pour protéger la société. En fait, la violence est légitime si et seulement si elle met un terme à la violence.
L’opposition à la violence de l’état est parfois juste. Si l’état constitue une violence injuste et intolérable par exemple dans le cas d’une forme de totalitarisme, l’homme peut et doit s’opposer à l’oppression exercée par le gouvernement, donc à la violence de l’état.

 

Dnbac dissertations


Antithèse :

La violence peut être considérée comme agression. Elle est donc contraire à la raison et elle n’est pas un droit. Entendons par violence l’application brutale de la force par des moyens physiques ou psychologiques non maîtrisés par la raison.

Arguments :

La violence est la négation de la raison, de la justice et du droit. Le droit de violence est contenu dans l’expression violence légitime, qui est en soi contradictoire.

La fonction du droit est de s’opposer à la violence.


Nous devons différencier la violence et la force. Une force rationnelle et maîtrisée est une puissance qui cherche à convaincre et qui s’adresse à l’intelligence. Nous avons le cas du fanatisme dans lequel la violence est mise au service de certaines idées.


Conclusion

La violence n’est pas légitime dans la plupart des cas puisqu’elle est la négation par définition de la raison Le plus souvent l’opposition à la violence par l’état est juste; Il y a cependant une violence qui est inhérente à la nature humaine et contre laquelle l’homme ne peut rien, c’est pourquoi si l’on remonte à la naissance des collectivités et communautés, nous dirons avec Freud que les pulsions agressives font partie de la nature humaine, nous sommes en effet animés d’une pulsion de vie et d’une pulsion de mort. Elles sont à l’origine présentes à l’état de nature et sont ensuite canalisées dans la société civile.

 

Date de dernière mise à jour : 09/08/2017

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau