Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales     L'entretien EAF    Coaching scolaire      Lycées français à l'étranger 
 

 

Dossier sur le concept de bonheur, les révisions bac philo, séquence la morale, le bonheur

Dnbac revisions

 

Dossier de révisions sur le bonheur

Citations sur le thème du bonheur pour un devoir type bac

Spinoza : « il n’est pas de plus grand bonheur que de comprendre et de penser »

St Just : « le bonheur est une idée neuve »

Descartes : « il faut changer ses désirs plutôt que l’ordre du monde »

Aristote : « le propre de l’homme est lactivité de lâme en conformité avec la vertu »

Épicure « la plaisir est la fin de la vie ».

Leibniz :“Notre bonheur ne consistera jamais dans une pleine jouissance, où il n’y aurait plus rien à désirer; mais dans un progrès perpétuel à de nouveaux plaisirs et de nouvelles perfections

 

Quelques définitions du bonheur

Aristote : “S’il est vrai que le bonheur est l’activité conforme à la vertu, il est de toute évidence que c’est celle qui est conforme à la vertu la plus parfaite, c’est-à-dire celle de la partie de l’homme la plus haute. C’est l’activité de cette partie de nous-mêmes, activité conforme à sa vertu propre qui constitue le bonheur parfait”

Kant : “Le pouvoir, la richesse, la considération, même la santé ainsi que le bien-être complet et le contentement de son état, est ce qu’on nomme le bonheur”

 

Cours : le thème du bonheur

L’eudémonisme antique

Dans la philosophie antique, le bonheur est le souverain Bien, c’est-à-dire, la fin suprême à laquelle toutes les autres fins sont subordonnées. Le bonheur par conséquent nest pas un don. Il est en notre pouvoir. Par opposition à la pensée commune, il est nécessaire dopposer le plaisir et le bonheur. Le plaisir est éphémère tandis que le bonheur par opposition à lagréable est durable. Donc le plaisir et lagréable peuvent tout au plus en être laccompagnement.

La conception aristotélicienne , épicurienne et stoïcienne

Selon Aristote, Épicure et les stoiciens, le bonheur est durable; il n’est pas dissociable dune vie vertueuse fondée sur la raison;La raison est le propre de lhomme, elle doit guider ses choix.

Une vie heureuse serait par conséquent une vie conforme à la raison.

Pour Épicure, il faut régler ses désirs sur la nature. Pour les stoiciens, l’homme doit accepter lordre du monde. Le bonheur est une absence de

trouble. Pour Aristote, le bonheur est lactivité et la vertu propres à chaque être. Celle de lhomme est de penser; une vie heureuse est une vie pleinement humaine cest-à-dire, délivrée du besoin et tournée vers lintelligence.

 

Le bonheur est le Bien suprême selon l’eudémonisme

L’eudémonisme est donc une morale qui affirme que le bonheur est le Bien suprême. Selon Aristote, le bonheur est la fin anhypothétique, elle ne suppose aucune autre fin en dehors delle, vis-à-vis de la vie morale. Si nous désirons santé, beauté, richesse, cest toujours en vue du bonheur. Pour savoir en quoi consiste le bonheur qui est la fin propre, il faut noter que tout homme vise sa fin propre lorsquil accomplit sa fonction propre. Aristote appelle vertu cet accomplissement dune fonction, par exemple la vertu de lœil est de voir. La fonction de lhomme, cest la vie selon la raison; cest par la vertu que lon atteint le bonheur; elle nous pousse à rechercher la juste mesure; de cette orientation théorique de léthique découlent des impératifs en particulier celui-ci :

Une notion grecque, le kairos, le moment opportun

Cela suppose le respect du kairos : le moment opportun. Il faut savoir choisir le bon moment pour agir car il y a mille façons de mal faire tandis qu’il ny en a quune pour bien faire. Le bonheur nest pas le même pour tous car le choix de la juste mesure en quoi consiste la vertu dépend des circonstances dans lesquelles on se trouve et de la nature de chacun.

La conception épicurienne et stoicienne

L’eudémonisme dÉpicure et des stoiciens est plus subjectif; le bonheur est la possession des biens mais il ne dépend pas de nous de les posséder. Cest pourquoi le stoïcisme conseille de vouloir ce qui arrive. Seul le sage est heureux, cest un épicurien car il sait régler ses désirs. « Il faut changer ses désirs plutôt que lordre du monde », est la citation qui illustre le mieux la conception épicurienne du bonheur. Ne désirant que ce quil peut obtenir, lhomme ne manque pas dobtenir ce qui désire.

Le bonheur, un idéal de l’imagination

Nous devons pour répondre à la question, poser les difficultés pour définir ce concept de bonheur. Il n’y a pas de définition universelle possible car il nest pas valable pour tous de la même façon. La définition est donc relative. Il échappe à la simple volonté. Pour Kant, cest un idéal non de la raison mais de limagination donc il est impossible de le poser comme fin dune action morale. Il est en conséquence impossible dêtre heureux sans être vertueux et vertueux en étant malheureux. Laction morale nest pas celle qui rend lhomme heureux mais celle qui le rend digne de lêtre.

Le christianisme et le kantisme

le christianisme condamne le bonheur et pose le salut de l’âme comme la seule fin digne dun chrétien. St Just pose le bonheur comme un droit par opposition au christianisme. St Just considère que tous les hommes doivent être délivrés du besoin afin que chacun puisse rechercher son bonheur. Cest une exigence de justice que létat doit satisfaire. Il sagit de confier à létat la charge du bonheur de chacun à travers la définition dun bonheur commun : est-ce une utopie?

Avec le christianisme, l’idée grecque dun bonheur assuré par la rationalité de laction selon la juste mesure est éliminée; le bonheur nest pas de ce monde; il faut soccuper du salut de lâme et non du bonheur concret de lhomme. Lhomme ne tire pas le bonheur de lui-même mais dune force en lui : la grâce divine. Lidéal chrétien ne recherche pas les impératifs du bonheur mais en fait une espérance, cest le royaume des cieux.

Le bonheur kantien est l’aboutissement historique du christianisme.

Le bonheur est létat dans le monde dun être raisonnable à qui dans le cours de son existence, tout arrive selon son souhait et sa volonté. La moralité de nos actions ne peut consister en ce quelles nous procurent le bonheur. La diversité des mobiles est telle quil ny aurait pas de loi morale. Pour cette raison, la moralité est indépendante des fins empiriques de laction. A linverse, le bonheur ne peut pas découler de la moralité de nos actions, cest-à-dire, de notre vertu puisque celle-ci ne consistant pas à vouloir quelque fin déterminée mais agis par respect de la loi morale, elle na aucun rapport nécessaire avec le bonheur dont la réalisation suppose quon agisse daprès la connaissance des lois naturelles. La seule possibilité de lier vertu et bonheur consiste à supposer limmortalité de lâme, lexistence de Dieu et un monde intelligible., il nous faut poser le royaume de Dieu dans lequel la sagesse divine rend possible lharmonie de la volonté et de lordre des choses. Cela fait du bonheur la conséquence de la vertu.

La morale n’est pas la discipline qui nous enseigne comment être heureux mais comment nous devons nous rendre dignes du bonheur. Le point commun entre le kantisme et le christianisme est le suivant :

Ils font du bonheur une valeur morale

Problématique du bonheur et de la morale

L’intériorisation des interdits moraux, la conscience de la faute nous empêchent dêtre heureux lorsque nous transgressons la loi morale.

L’homme doit-il préférer la morale à la réalisation de son bonheur concret?

 

 

 
   

 

Date de dernière mise à jour : 23/08/2017