Candidats libres   Descriptifs   Oeuvres intégrales   L'entretien EAF  Coaching scolaire    Lycées français à l'étranger  Docbac

Les annales 2018  -  L'actualité du bac 2018 - Bac 2019 L'actualité du brevet 2018 - Brevet 2019 -

Peut-on vivre sans croyance? La raison et la coyance

Dnbac revisions

la raison  et la croyance 

Peut on vivre sans croyance ? 

 

Raison : faculté humaine de juger, c'est à dire de concevoir des relations entre les idées. On distingue l'usage théorique de la raison qui consiste en une capacité à distinguer le vrai du faux, et l'usage pratique ou moral pour lequel l'homme est capable de reconnaître le bien du mal. 

Croire :  opinion, superstition (en foi). La croyance est une attitude de l'esprit qui adhère à une idée non démontrée 

La croyance est une attitude de l'esprit qui adhère à une idée non demandée. Il semble parfaitement possible à première vue de vivre sans croyance particulière, notamment religieuse. Pourtant, croire, ce n'est pas simplement croire en Dieu, c'est aussi plus généralement adhérer à quelque chose sans le prouver. On croit par exemple avoir réussi un examen, on croit que le soleil continuera à se lever demain. Doit on alors dire qu'il est possible  de lutter contre la superstition, il semble pourtant impossible de rejeter toutes nos croyances. Bien plus, il n'est peut être pas souhaitable de le faire . 

On peut combattre nos croyances irrationnelles sans parvenir cependant à les supprimer complètement. Un grand nombre de nos croyances sont irrationnelles c'est à dire, qu'elles ne sont pas fondées car on ne peut pas les démontrer ni les justifier logiquement. Ce sont des préjugés inexplicables comme par exemple la crainte éprouvée à la vue des chats noirs, le refus de porter des vêtements verts, la croyance à la vertu porte bonheur d'un trèfle à quatre feuilles. 

On parle de superstition. D'où viennent-elles? Est-il possible de s'en affranchir?  

Pour Spinoza, l'espoir et la crainte sont à l'origine de la superstition. Ce sont ces sentiments qui nous poussent à adhérer à des croyances irrationnelles. La raison peut quelques fois remplacer un préjugé par une connaissance que l'on peut justifier. Ainsi on cesse de croire que le tonnerre est le signe d'une vengeance des Dieux lorsque l'on est familiarisés avec les phénomènes météorologiques. La raison permet de détruire les croyances pour leur substituer du savoir, cela implique pour Spinoza de cesser d'espérer et de craindre pour désirer comprendre. Il est donc possible de supprimer ces croyances irrationnelles à condition de faire un effort pour comprendre. Mais est-il possible de cesser complètement d'espérer et de craindre. S'il est possible de détruire certaines de nos croyances, est-il possible de toutes les supprimer?  Comment se fait-il alors que l'on continue au 21è à être superstitieux? De croire à la fin du monde ou à ce que l'on appelle les légendes urbaines? Ainsi c'est une croyance répandue que l'on peut trouver des crocodiles dans les égouts de Paris. Il semble donc impossible d'éradiquer toutes nos croyances irrationnelles, même si la raison peut nous aider à les combattre.  

Cependant, si on ne peut pas supprimer nos croyances, il est  peut-être possible de les suspendre. C'Est-ce que proposent les philosophes sceptiques comme Pyrrhon ou Sextus Empiricus. Pour les sceptiques, il est toujours possible de produire des arguments contraires sur tous les sujets de façon à obtenir la suspension de jugement.   

 A une  perception le sceptique en oppose une autre  qui la contredit. Une feuille  d'arbre  semble  verte  par  exemple  ,mais de très près où la nuit elle cesse de l'être. Toute perception est relative aucune n'est  universellement vraie. De même tout argument  peut être contredit par un autre. On peut penser qu'il existe un destin, mais on peut aussi trouver des raisons de croire que nous sommes libres.  "toute raison  peut être  contredite par une raison opposée d'une  force égale ". Grâce  à ces contradictions le sceptique réalise en lui la suspension du jugement  

-> Il n'affirme ni ne refuse rien, il se retient de juger, il reconnaît qu'il ne sait pas, qu'il est impossible de trancher, pas plus ceci que cela. La seule chose qu'il accepte, ce sont les apparences qui s'imposent à lui par exemple qu'il a chaud. Mais il n'affirme pas qu'il fait effectivement chaud car peut être à t'il des bouffées de chaleur ou de la fièvre, ou vient t'il d'un pays nordique . La raison n'est  plus ce qui fait taire la croyance en imposant un savoir, mais ce qui détruit toutes affirmations prétendant dépasser les sensations immédiates. Pourquoi chercher à détruire ainsi la raison par la raison ?  Pour obtenir la tranquillité de l'âme  l'ataraxie. C'est la certitude qui pose problème pas le doute. L'indifférence conduit au bonheur, alors que la certitude engendre la colère,  l'indignation et le fanatisme 

La suspension du jugement au contraire permet de modérer les réactions excessives et d'apaiser les troubles de l'âme. Pourtant  est il possible de vivre en suspendant toute affirmation?   

 

Oui car le sceptique obéit aux lois et coutumes de son pays. Au quotidien il se comporte comme tout le monde, mais il fait tout cela avec indifférence sans croire à la vérité de ces lois, sans avoir  d'opinion les concernant. 

 

 

On peut donc dire que s'il est impossible de vivre sans croyance, il est possible de les suspendre. Cependant, une telle posture n'est peut-être pas légitime d'un point de vue moral.

Même s'il est possible de vivre sans croyance, il n'est pas souhaitable de le faire. Comme l'explique le philosophe Alain, la croyance est une faiblesse lorsqu'elle est rendue crédible, c'est-à-dire, lorsqu'elle se laisse persuader pas ce qui se présente. Il n'est pas bon d'être crédule, il faut être capable de mesurer ce que l'on nous dit vouloir refuser, ce qui semble impossible ou dangereux.

Cependant ne pas être crédule ne signifie pas qu'il faille ne croire en rien. La difficulté est de n'être ni crédule, ni incroyant. La solution pour Alain réside dans une forme de croyance forte, stable et déterminée. C'est ce qu'il appelle la foi. Cette foi s'oppose à l'opinion commune. Il ne s'agit pas simplement de la foi religieuse, mais de toute croyance voulue et courageuse.

 

 

Date de dernière mise à jour : 23/08/2017