- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Nos convictions morales sont-elles fondées sur l'expérience? Sujet corrigé bac de philosophie série L, bac 2016

 

DNBAC

 

Bac de philosophie 2016 série L : corrigé bac
 

les dissertations de la série L
 
Dissertations

Nos convictions morales sont-elles fondées sur l’expérience ?
Le désir est-il par nature illimité ?

 

Lire le sujet

 
 

Eléments de correction pour le sujet n° 1

Nos convictions morales sont-elles fondées sur l'expérience? 

 
Corrigé
 
Nos convictions morales ne sont pas fondées sur l'expérience
l'homme a un sens inné de ce qui est bien ou mal. Il a des principes moraux, des valeurs donc a priori, il n'a pas besoin d'expérimenter ses convictions morales. Ce n'est pas par l'expérience que nous tirons l'enseignement de ce que nous devons faire ou ne pas faire.
Les valeurs morales peuvent nous venir d'une tradition judéo-chrétienne, les 10 commandements : ne pas tuer, ne pas voler.... seraient la référence à suivre et à respecter pour ordonner nos actes de manière bienveillante et vertueuse.
Nos convictions morales ne seraient donc pas fondées sur l'expérience. Socrate se posait déjà la question de savoir si la vertu pouvait s'enseigner. Un enseignement purement théorique des valeurs morales, en deça de toute expérience serait envisageable sans l'appui de l'expérience. On peut en effet se référer à la tradition, à notre bon sens, ou encore à notre raison qui nous guiderait en fonction de principes d'action comme les impératifs catégoriques.
 
Nos convictions morales sont fondées sur l'expérience
La morale passe nécessairement par l'apprentissage des valeurs données par l'expérience.
Nous faisons l'expérience de notre liberté en même temps que nous forgeons nos convictions morales. On peut à cet égard citer Alain "toute conscience est conscience morale". L'homme est son propre juge, par notre liberté nous expérimentons et jugeons ce qui est bien ou mal, ce que nous devons faire et ne plus faire.
Dans l'Emile, Rousseau conseille d'éveiller l'enfant à la morale par l'expérience. Il fait ainsi sa propre expérience des limites de ce qu'il convient de faire ou de ne pas faire.
De même Epictète nous invite à suivre une conduite droite par les exercices adaptés. Il faut pratiquer donc nous devons admettre que le savoir ne suffit pas à nous enseigner les convictions morales. Elles supposent des exigences pratiques et pas seulement théorique. On ne peut être moral sur le plan théorique si on ne met pas à l'épreuve nos conduite sur le plan de ce qui est bien ou mal.
La construction du sujet moral ne peut ainsi se faire sans l'expérience. Notre sens moral a besoin de s'exercer, de résister à la tentation sur le long terme, et de se confronter aux situations diverses et imprévisibles. La vertu peut ainsi devenir par l'expérience une habitude. L'homme vertueux est celui qui au sens Aristotélicien a pratiqué sur le temps de sa vie la vertu.
  
 
 

Date de dernière mise à jour : 17/08/2017

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau