Candidats libres   Descriptifs   Oeuvres intégrales   L'entretien EAF  Coaching scolaire    Lycées français à l'étranger  Docbac

Les annales 2018  -  L'actualité du bac 2018 - Bac 2019 L'actualité du brevet 2018 - Brevet 2019 -

Les sujets corrigés du bac de philosophie 2014, série L

DNBAC

 

 

 

 

 

Les sujets tombés au baccalauréat de philosophie : série L, bac 2014

 

Baccalauréat 2014 : Profs en direct le jour du bac

*** Sujets et corrigés gratuits 

 Bac 2014  Série L


Bac de philosophie avec des professeurs du site 


Profs en direct le jour du bac

•Soumettre son plan, commentaire ou dissertation

•Correction et évaluation de tous les devoirs type bac, toutes séries

•Confirmer le hors-sujet

•Demander une évaluation de la note

 

Sujets et corrigés :

 

Les dissertations du bac L :

Le sujet:
Sujet 1 :

Les œuvres d'art éduquent-elles notre perception ?

Sujet 2 :

Doit-on tout faire pour être heureux ?


Sujet 3 :

Texte de Popper, La Connaissance objective.
J’ai traité le déterminisme physique de cauchemar. C’est un cauchemar parce qu’il affirme que le monde entier, avec tout ce qu’il contient, est un gigantesque automate, et que nous ne sommes rien d’autre que des petits rouages, ou des sous-automates dans le meilleur des cas. Il détruit ainsi, en particulier, l’idée de créativité. Il réduit à l’état de complète illusion l’idée que, dans la préparation de cette conférence, je me suis servi de mon cerveau pour créer quelque chose de nouveau. Ce qui s’est passé là, selon le déterminisme physique, c’est que certaines parties de mon corps ont tracé des marques noires sur un papier blanc, et rien de plus : tout physicien disposant d’une information suffisamment détaillée pourrait avoir écrit ma conférence grâce à cette méthode très simple : prédire les endroits précis où le système physique composé de mon corps (y compris mon cerveau, bien sûr, et mes doigts) et de mon stylo tracerait des marques noires. Ou, pour utiliser un exemple plus frappant : si le déterminisme physique est correct, alors un physicien complètement sourd, qui n’aurait jamais entendu de musique de sa vie, pourrait écrire toutes les symphonies et tous les concertos de Mozart ou de Beethoven, au moyen d’une méthode simple, qui constituerait à étudier les états physiques précis de leur corps et à prédire où ils traceraient des marques noires sur leur portée. Et notre physicien sourd pourrait même faire bien mieux : en étudiant les corps de Mozart et de Beethoven avec assez de soin, il pourrait écrire des partitions qui n’ont jamais été réellement écrites par Mozart ou Beethoven, mais qu’ils auraient écrites si certaines circonstances de leur vie avaient été différentes – s’ils avaient mangé, disons, de l’agneau au lieu de poulet et bu du thé au lieu de café.


POPPER, La Connaissance objective, 1972.

 

Les corrigés bac, ICI 

 

 
   
Philosophie

Pour aller plus loin : consultez les documents du site 

Date de dernière mise à jour : 09/11/2018