Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales     L'entretien EAF    Coaching scolaire      Lycées français à l'étranger 
 

 

Bac 2013, philosophie, sujet corrigé, commentaire série L

DNBAC

 

 

 

 

 

 

Baccalauréat 2013 : Profs en direct le jour du bac
*** Sujets et corrigés gratuits : commentaire Bac 2013 Série L

Bac de philosophie avec des professeurs du site prépabac

Profs en direct le jour du bac 

•Soumettre son plan, commentaire ou dissertation

•Correction et évaluation de tous les devoirs type bac, toutes séries

•Confirmer le hors-sujet

•Demander une évaluation de la note 

Sujets et corrigés :

 

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 PHILOSOPHIE Série L SUJET Durée de l’épreuve : 4 heures Coefficient 

3ème sujet :Commentaire

Bien que chacun de nous soit une personne séparée des autres, etdont, par conséquent, les intérêts sont en quelque façon distincts de ceux du reste du monde, on doit toutefois penser qu’on ne sauraitsubsister seul, et qu’on est, en effet, l’une des parties de l’univers, et plus particulièrement encore l’une des parties de cette terre, l’une des parties de cet Etat, de cette société, de cette famille, à laquelle on est joint par sa demeure, par son serment, par sa naissance. Et il faut toujourspréférer les intérêts du tout, dont on est partie, à ceux de sa personne enparticulier ; toutefois avec mesure et discrétion, car on aurait tort de s’exposer à un grand mal, pour procurer seulement un petit bien à ses parents ou à son pays ; et si un homme vaut plus, lui seul, que tout le reste de sa ville, il n’aurait pas raison de se vouloir perdre pour la sauver. Mais si on rapportait tout à soi-même, on ne craindrait pas de nuire beaucoup aux autres hommes, lorsqu’on croirait en retirer quelque petitecommodité, et on n’aurait au cune vraie amitié, ni aucune fidélité, nigénéralement aucune vertu ; au lieu qu’en se considérant comme une partie du public, on prend plaisir à faire du bien à tout le monde, et même on ne craint pas d’exposer sa vie pour le service d’autrui, lorsque l’occasion s’en présente. DESCARTES, Lettre à Elisabeth, 1645.
La connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise. Il faut et il suffit quel’explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question.

 

 Série L –

Sujet 3 - Texte Descartes


Introduction possible

La personne est un individu qui se constitue dans ce qu'il a de plus singulier à savoir dans sa différence avec les autres. En ce sens, chaque homme est singulier. Le point commun à tous les hommes est de ne pouvoir vivre seul. L'homme n'existe que pour autant qu'il appartient à une communauté car il sait où sont ses intérêts. Il s'agit alors de comprendre comment l'homme peut faire pour concilier ses intérêts personnels, sa subjectivité avec les intérêts de la communauté. Le but est de vivre bien sans nuire aux autres L'enjeu est donc une question morale, comment agir, comment gérer mes actions, que dois-je faire? L'enjeu est la morale, c'est à dire la réponse à la question "que dois-je faire?" que Descartes déduit ici d'une connaissance de soi et du rapport aux autres. Ce point est biensûr envisagé avec une lucidité et une connaissance de nous-même dans notre rapport aux autres

 

 

Tous les corrigés série L

 

Date de dernière mise à jour : 31/08/2017