Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales     L'entretien EAF    Coaching scolaire      Lycées français à l'étranger 

Les annales 2018  -  L'actualité du bac 2018  -  L'actualité du brevet 2018

Bac 2013, philosophie, sujet corrigé, commentaire, série ES

DNBAC

 

 

 

 

 

Baccalauréat 2013 : Profs en direct le jour du bac
*** Sujets et corrigés gratuits sur prépabac Séries générales, séries ES

Bac de philosophie avec des professeurs du site 

Profs en direct le jour du bac

•Soumettre son plan, commentaire ou dissertation

•Correction et évaluation de tous les devoirs type bac, toutes séries

•Confirmer le hors-sujet

•Demander une évaluation de la note 

Sujets et corrigés :

 

BACCALAURÉAT GÉNÉRALSESSION 2013 PHILOSOPHIE Série ES Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 4 

Expliquer le texte suivant :

Prenons maintenant un exemple où apparaissent une volonté droite, c’est-à-dire juste, laliberté du choix et le choix lui-même ; et aussi la façon dont la volonté droite, tentéed’abandonner la rectitude, la conserve par un libre choix. Quelqu’un veut du fond du cœurservir la vérité parce qu’il comprend qu’il est droit d’aimer la vérité. Cette personne a, certes,la volonté droite et la rectitude de la volonté ; mais la volonté est une chose, la rectitude quila rend droite en est une autre. Arrive une autre personne la menaçant de mort si elle nement. Voyons maintenant le choix qui se présente de sacrifier la vie pour la rectitude de lavolonté ou la rectitude pour la vie. Ce choix, qu’on peut aussi appeler jugement, est libre,puisque la raison qui perçoit la rectitude enseigne que cette rectitude doit être observée paramour de la rectitude elle-même, que tout ce qui est allégué pour son abandon doit êtreméprisé et que c’est à la volonté de repousser et de choisir selon les données del’intelligence rationnelle ; c’est dans ce but principalement, en effet, qu’ont été données à lacréature raisonnable la volonté et la raison. C’est pourquoi ce choix de la volonté pourabandonner cette rectitude n’est soumis à aucune nécessité bien qu’il soit combattu par ladifficulté née de la pensée de la mort. Quoiqu’il soit nécessaire, en effet, d’abandonner soit lavie, soit la rectitude, aucune nécessité ne détermine cependant ce qui est conservé ouabandonné. La seule volonté détermine ici ce qui est gardé et la force de la nécessité ne faitrien là où le seul choix de la volonté opère.

ANSELME, De la concorde (XIIème siècle)
La connaissance de la doctrine de l'auteur n'est pas requise. Il faut et il suffit que l'explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question.

 

 

 

Tous les corrigés série ES

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 31/08/2017