- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Voltaire, analyse de Zadig, chapitre 6

l'apologue, un récit attractif, un idéal de justice

 

Voltaire, le conte philosophique

 

 

 

Première partie de l'entretien : Zadig, Voltaire, chapitre 6

  • Voltaire, Zadig
  • Chapitre 6
  • Le ministre.

Lecture de l'extrait :

Le roi avait perdu son premier ministre. Il choisit Zadig pour remplir cette place. Toutes les belles dames de Babylone applaudirent à ce choix, car depuis la fondation de l'empire il n'y avait jamais eu de ministre si jeune. Tous les courtisans furent fâchés ; l'Envieux en eut un crachement de sang, et le nez lui enfla prodigieusement. Zadig ayant remercié le roi et la reine, alla remercier aussi le perroquet : Bel oiseau, lui dit-il, c'est vous qui m'avez sauvé la vie, et qui m'avez fait premier ministre : la chienne et le cheval de leurs majestés m'avaient fait beaucoup de mal, mais vous m'avez fait du bien. Voilà donc de quoi dépendent les destins des hommes ! Mais, ajouta-t-il, un bonheur si étrange sera peut-être bientôt évanoui. Le perroquet répondit, Oui. Ce mot frappe Zadig. Cependant, comme il était bon physicien, et qu'il ne croyait pas que les perroquets fussent prophètes, il se rassura bientôt ; il se mit à exercer son ministère de son mieux.

Il fit sentir à tout le monde le pouvoir sacré des lois, et ne fit sentir à personne le poids de sa dignité. Il ne gêna point les voix du divan, et chaque vizir pouvait avoir un avis sans lui déplaire. Quand il jugeait une affaire, ce n'était pas lui qui jugeait, c'était la loi ; mais quand elle était trop sévère, il la tempérait ; et quand on manquait de lois, son équité en faisait qu'on aurait prises pour celles de Zoroastre.

C'est de lui que les nations tiennent ce grand principe, Qu'il vaut mieux hasarder de sauver un coupable que de condamner un innocent. Il croyait que les lois étaient faites pour secourir les citoyens autant que pour les intimider. Son principal talent était de démêler la vérité, que tous les hommes cherchent à obscurcir. Dès les premiers jours de son administration il mit ce grand talent en usage. Un fameux négociant de Babylone était mort aux Indes ; il avait fait ses héritiers ses deux fils par portions égales, après avoir marié leur sœur, et il laissait un présent de trente mille pièces d'or à celui de ses deux fils qui serait jugé l'aimer davantage. L'aîné lui bâtit un tombeau, le second augmenta d'une partie de son héritage la dot de sa sœur ; chacun disait : C'est l'aîné qui aime le mieux son père, le cadet aime mieux sa sœur ; c'est à l'aîné qu'appartiennent les trente mille pièces.

Zadig les fit venir tous deux l'un après l'autre. Il dit à l'aîné : Votre père n'est point mort, il est guéri de sa dernière maladie, il revient à Babylone. Dieu soit loué, répondit le jeune homme ; mais voilà un tombeau qui m'a coûté bien cher ! Zadig dit ensuite la même chose au cadet. Dieu soit loué ! répondit-il, je vais rendre à mon père tout ce que j'ai ; mais je voudrais qu'il laissât à ma sueur ce que je lui ai donné. Vous ne rendrez rien, dit Zadig, et vous aurez les trente mille pièces ; c'est vous qui aimez le mieux votre père.

Une fille fort riche avait fait une promesse de mariage à deux mages, et, après avoir reçu quelques mois des instructions de l'un et de l'autre, elle se trouva grosse. Ils voulaient tous deux l'épouser. Je prendrai pour mon mari, dit-elle, celui des deux qui m'a mise en état de donner un citoyen à l'empire. C'est moi qui ai fait cette bonne œuvre, dit l'un. C'est moi qui ai eu cet avantage, dit l'autre. Eh bien ! répondit-elle, je reconnais pour père de l'enfant celui des deux qui lui pourra donner la meilleure éducation. Elle accoucha d'un fils. Chacun des mages veut l'élever. La cause est portée devant Zadig. Il fait venir les deux mages. Qu'enseigneras-tu à ton pupille ? dit-il au premier. Je lui apprendrai, dit le docteur, les huit parties d'oraison, la dialectique, l'astrologie, la démonomanie ; ce que c'est que la substance et l'accident, l'abstrait et le concret, les monades et l'harmonie préétablie. Moi, dit le second, je tâcherai de le rendre juste et digne d'avoir des amis. Zadig prononça : Que tu sois son père ou non, tu épouseras sa mère.

Analyse de l'extrait :

  •  Quand la littérature est au service de l’ Homme

 

I) l’ Apologue, récit attractif

II) L’ idéal de justice

 

 

Consulter l'entretien préparé du bac de français sur Zadig, Voltaire, chapitre 6, le ministre. Il comprend l'étude du chapitre et les questions pour réussir l'oral

 

 

Descriptif de l'entretien préparé :
 
L'entretien comprend :
 
-  La lecture du chapitre 6 à présenter à l'oral
- Une analyse  du passage en deux parties :
  • Introduction
  • Première partie : un apologue qui a pour fonction de plaire
  • Deuxième partie : un idéal de justice
  • Conclusion
 
L'analyse est conduite en fonction de la problématique et les questions de l'entretien trouvent leurs réponses dans l'étude du chapitre.
  • Problématique de l'entretien :
  • Comment ce chapitre construit-il  l’idéal de justice de Voltaire?
  • Analyse du thème
 
Les questions et réponses aux questions posées  portent :
 
*** Toutes les réponses aux questions sont dans l'analyse proposée du chapitre 6 et dans l'exposé du siècle des lumières joint à l'entretien
L'exposé vous permet de répondre aux questions suivantes :
 
Définir les lumières
Situez le contexte historique
Qu'est-ce qu'un philosophe éclairé?
Quel est le projet de l'encyclopédie
Quels sont les principes des lumières?
 
  • Sur Voltaire
  • Sur l'idéal des lumières : 7 questions avec les réponses
  • Sur l'oeuvre Zadig : 15 questions avec les réponses
  • Sur l'extrait, chapitre 6 : les questions sur le passage à présenter à l'oral suivent les deux axes d'étude de l'analyse proposée : 21 questions avec les réponses dans l'analyse du chapitre.
 
 
 

 

Date de dernière mise à jour : 22/03/2017

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau