- Calendrier scolaire - Nos rendez-vous sur skype pour l'oral de français - Docbac

Candidats libres     Descriptifs    Oeuvres intégrales    L'entretien EAF    Coaching scolaire     Lycées français à l'étranger   

Candide, Voltaire, conclusion et ouverture sur le nègre de Surinam et l'autodafé

  • Valérie série techno
    Valérie série techno

    le 19/06/2016 à 19:04 Citer ce message

    De retour pour demander aux profs une conclusion et une ouverture sur :
    Candide
    L'autodafé
    Le nègre de Surinam

    Merci beaucoup
  • professeur
    professeur

    le 19/06/2016 à 19:06 Citer ce message

    Bonne lecture Valérie et bonnes révisions pour ton oral de français

    Candide Chapitre 6 l'autodafé

    •Conclusion :


    •Voltaire dénonce dans ce chapitre le fanatisme religieux et l'intolérance . Pour arriver à ces moyens, il cherche à provoquer le lecteur en décrivant l'autodafé comme un spectacle esthétique et carnavalesque sans émotions, ce qui donne une impression de décalage à cause de la cruauté de ce qui se passe. Il dénonce aussi par le biais d'humour noire, d'antiphrases et en montrant l'absurdité de la cérémonie. On voit que Candide, à la fin de ce chapitre, commence à avoir une réflexion, après tout ses malheurs sur la philosophie si optimiste de Pangloss.

    •Ouverture :

    •Voltaire dénonce avec candide le fanatisme religieux de manière indirecte, mais cette lutte contre le fanatisme se voit aussi dans d'autree ouvrages: par exemple dans son dictionnaire philosophique avec l'article Fanatisme où il essaie de convaincre et de persuader directement le lecteur des effets négatifs du fanatisme.

    -> Candide Le nègre de Surinam

    •Conclusion :


    •Dans cet extrait , Voltaire, dénonce l'esclavage en suscitant l'émotion chez le lecteur avec la narration, les réactions de Candide et le discours du nègre qui soulèvent du pathétique.

    •Ouverture :

    •Par ce moyen, il dénonce la déshumanisation des esclaves, la cruauté qu'ils subissent juste pour les petits plaisirs des européens et la réussite d'une économie. Ce thème de l'exploitation de l'homme par l'homme est récurrent chez les philosophes. Montesquieu par exemple, démontre de manière ironique l'absurdité de l'esclavage.
    Professeur de français de prépabac
  • Valérie série techno
    Valérie série techno

Répondre à ce message